Live-report de ELECTRIC WIZARD + CAPRICORNS + SLOTH @ The Garage, Londres (Uk)

— marystonage, 2005-05-06 (705 lectures)

Je me suis endormie comme une larve devant The Nun''s Story, c''est malin je saurai jamais si Audrey Hepburn s''est faite dnonnifier par le docteur Van Der Mal. Bon d''accord, en fait a m''intressait moyennement, j''avais juste allum la TV pour me maintenir veille, en vain. C''est vrai que j''ai dconn de m''tre leve 04h00 du mat'', mon train tant 08h30, c''tait peut-tre un peu pouss. Mais comme dirait le docteur Van Der Mal : prevention is better than cure.. En attendant, j''ai quand mme moins la tte dans le cul moi. Maintenant, il est presque 17h00 et la salle ouvre 19h00. Attends que je rflchisse : j''ai juste prendre le mtro jusqu'' Highbury & Islington, normalement The Garage est seulement quelques mtres plus loin sur Highbury Corner, je dois pouvoir rattraper le temps perdu ; soyons fous, je vais mme prendre le temps d''aller l''autre bout de cet htel miteux to take a shower. Grand moment d''humilit sous la douche : le bouton m''est rest dans la main, j''arrive me taper des hontes enferme toute seule dans 2 m² : c''est trop fort. Doux jsus ! J''ai consacr trop de temps en plomberie essayer de rparer mes dgts, maintenant il est 18h00, hurry up !



     Heureusement, le mtro c''est une de mes passions internationales, a devrait rouler. Voyons. c''est sur la ligne Victoria et en plus y a pas de changement : royal. Hop l, here I am, Highbury & Islington, une seule sortie, je peux pas me tromper. Cooool, je vois le Garage d''ici : c''tait trop facile. Ok, finalement le trajet m''a pris 10 pauvres minutes, j''ai plus qu'' attendre trois quart d''heures. Si j''allais me boire une bire tiens ? Ah oui, mais pas dans un pub hein, j''ai que £10 et en plus ils la servent toute tidasse, tant pis si je passe pour une ivrogne : je vais m''acheter une canette chez le premier indien venu, au moins elle sera frache. Fuck, £0.99 les 33 cl de Boddingtons Pub Ale : c''est vraiment abuser ! Allons nous siffler a devant le club, il a l''air plutt pas grand, tant mieux.







     C''est normal que je sois la seule attendre ? Ca m''inquite. Ah, gang de chevelus midi, ouf. Tiens, y a pas de filles part cette quadragnaire couverte de tatouages et moi ? Pas le temps d''approfondir cette question existentielle, tlphone : hi Marie, Matoo''s speaking, where are you ? - J''suis devant toi mon p''tit connard, tu m''as pas vu rpondre ton appel ?, voil j''ai retrouv mon slovne. Fi-na-lly : la porte s''ouvre, et c''est une franaise qui foulera la premire le sol du Garage ce soir-l. La mme qui inaugurera le bar. hey, j''voudrais une bire, mais j''y connais rien, donnes-moi ce que tu penses tre la meilleure locale, please - euh. j''te sers une Double Diamond (?). Et voil, £3 pour une pinte dfroidie, comme prvu. Bah y a pas grand monde quand mme, au moins j''aurais pas de mal me faire une bonne place, tiens d''ailleurs je vais aller me la faire tout de suite.



     Uh ? Mais qui sont ces gens ? Pour sre, c''est pas Capricorns. Non, parce que c''est Sloth (ex- Godzilla) !







     Classe le programme 100% Rise Above ! Ce cas Sloth, sur lequel j''avoue ne m''tre jamais attarde, se rvle tre une plutt bonne surprise. Ils doivent tre ravis d''ouvrir pour Electric Wizard, parce que vu ce qu''ils font (une sorte d''heavy mtal doomy), il y a de grandes chances pour que a soit des amateurs du groupe : nos ttes se mettent osciller d''avant en arrire sans qu''on s''en rende compte, a doit signifier qu''ils sont relativement efficaces. Sans compter qu''ils ont un son bien satur, et la majorit des personnes qui se trouvent l pour Electric Wizard n''a, a priori, vraiment rien contre, donc a aide. La saturation, sera d''ailleurs le mot d''ordre absolu de la soire.







     Vient le tour de Capricorns . J''avais leur EP en mp3 (oui, c''est mal), puis dans l''optique de ce concert je prvoyais de l''acqurir officiellement, ce que j''ai eu l''occasion de faire par le biais de notre fabuleux SlowEnd d''ailleurs (spciale ddicace monk666). Et donc, a me plaisait (sinon je ne l''aurais pas tlcharg et encore moins achet). Capricorns dans ma chane, c''est de l''instrumental tendance funbre, peut-tre plus mlodique qu''heavy. Capricorns live at The Garage, c''est de l''instrumental funbre heavy as hell, tout juste accessoirement mlodique ! Ca prend normment de relief sur scne, dj parce que les 4 gars sont hyperactifs, particulirement le charismatique bassiste / leader, qui se dmne comme un malade et se contorsionne (il a l''air trs souple) en des spasmes violents mesure qu''il inflige hargneusement des coups sa basse, c''est assez impressionnant voir. Et puis tout les effets utiliss en studio sont largement amplifis en live, ce qui rend leur musique beaucoup moins clean et plus corrosif. C''est un rgal, une bonne grosse claque qui lance les oreilles durablement. On doit pouvoir s''attendre prochainement du nouveau de leur part, puisqu''ils ont jou 7 morceaux, alors que l''EP en contient seulement 3*.

setlist : Dümb, Comrades*, War, Gossamer, New Stab, Queens*, Tapewürm















     Arrive enfin la tte d''affiche. Les rangs du public se resserrent instantanment, je perds physiquement Matej, que j''avais dj perdu par la pense depuis Capricorns. Premire chose, chaque wizard dtenteur d''une guitare ou d''une basse enclenche la saturation, la pousse fond, pour ne plus jamais l''arrter, et surtout pas l''attnuer : partir de maintenant, le moindre effleurement de corde aura des rpercussions sonores disproportionnes. La splendide Liz prend place au centre de la scne, juste devant moi, encadre par Rob Al-Issa sa droite, bassiste invisible mais absolument pas inaudible, et Jus Le Magnifique sa gauche.















     Ca y est, leurs doigts et mdiators sont entrs en contact avec les cordes, faisant tomber d''un coup un mur de saturation qui plombe, proprement parler, l''ambiance et qui oppressera, sans trve et parfois jusqu''aux limites de l''insoutenable, les fanatiques que nous sommes pendant toute l''heure que durera le show. C''est dans un statisme quasi immuable qu'' Electric Wizard dcoche des riffs qui vont s''craser comme la foudre sec sur le fameux mur, inbranlable, sans parvenir l''altrer, s''y brisant dans la plus pure brutalit en clats acrs qui giclent jusqu'' nos crnes-paratonnerres pour s''y loger trs profondment. L''immobilit du groupe peut surprendre au dpart, mais on a tt fait de comprendre qu''elle est indispensable tout sorcier dsireux de plaquer des accords au comble de leur lourdeur : une note dviant d''une trajectoire parfaitement perpendiculaire, est une note qui ne tombera pas de tout son poids. Les toutes premires ranges de l''assistance n''auront pas la moindre prise laquelle s''accrocher pour tenter d''merger de ce bain de plomb puisque la voix de Jus y est regrettablement et absolument indiscernable une si proche distance. Mais, mme si beaucoup d''yeux sont rivs – juste titre - sur Miss Buckingham, il est vident que c''est Sir Oborn qui mne la danse, se laissant aller des solos de guitare qui ne tardent pas dtourner l''attention des regards braqus sur Lizon, des solos qu''on ne peut qu''approuver, en acquiesant par des mouvements de ttes tellement prononcs que les cheveux viennent avec. Pourtant, c''est peu dire qu''il nous maltraite le Justin, et nous, en bons SM, on en veut encore plus : suffoquer sous la saturation d''une impntrable densit, avoir le crne transperc de part en part par des impacts de tirs soniques, sentir ses tripes remuer sous la gravit extrme des ondes wizardiennes n''est pas suffisant, le chef le voit bien et nous fera connatre nos limites via l''outro de l''ultime titre du set, ''Supercoven'', en gnrant des larsens vritablement tourdissants que les coups de butoirs de l''autre Justin, aussi haineux soient-ils, ne parviendront pas couvrir le moins du monde ; J''ai cru sentir mon crne se fendre, j''ai ferm les yeux pour que ma cervelle ne coule pas des orbites, les gens qui passaient sur Highbury Corner ce moment-l ont d voir le Garage vibrer, et nous, on l''a bien senti bouger sous nos pieds. Ca n''a dur que quelques secondes, quand j''ai rouvert les yeux, j''ai vu un sourire de satisfaction sur le visage de Jus, qui a lev le poing comme un guerrier triomphant, et s''en est all, abandonnant sa guitare encore

gmissante, sa mission pleinement accomplie, suivit par son arme, pour ne plus revenir, malgr les appels d''un public non seulement pas au bout de ses forces, mais, semble-t-il, trangement fortifi. Aprs une telle messe, et malgr (grce ?) l''tat plaisamment cotonneux dans lequel je me trouve, je pense dsormais pouvoir affirmer qu''Electric Wizard doit bel et bien tre dot de quelques pouvoirs surnaturels pour parvenir faire tant de bien par le mal, ou peut-tre l''inverse.

setlist : Eko Eko Azarak, We Live, Dopethrone, Another Perfect Day ?, Return Trip, Supercoven



ELECTRIC WIZARD

SLOTH

CAPRICORNS

Retour à la liste des live-reports

Chargement...