Live-report de PARADISE LOST @ Tivoli Theatre, Dublin (IE)

— EyeLovya, 2018-02-24 (198 lectures)

Je me déplace assez peu aux concerts, alors chacun d'entre eux est un petit événement en soi pour moi : Paradise Lost, un groupe que j'écoutais avant de savoir qu'ils avaient donné dans le doom, et avant que je n'apprenne l'existence d'un tel style musical, bref depuis un bout de temps, ça fait plaisir. Surtout que c'est un groupe pour qui, à défaut d'être fan à proprement parler, j'éprouve une grande tendresse, probablement pour le talent qu'ils ont de ne pas en avoir.

Un groupe de doom extrême lambda local en première partie, Owlcrusher, particulièrement pas ma came, faux riffs en forme de power-chords alternés au pif toutes les 12 secondes, chant black en son saturé horrible qui donne simplement l'impression d'entendre une grosse bourrasque de vent, le tout me plongeant dans une profonde léthargie dont les suédois de Outshine en deuxième partie, In Flames-like pas dégueu, me sortent gentiment.

J'appréhendais un peu le set de Paradise Lost que je pensais constitué très majoritairement de morceaux des deux derniers albums que je n'ai pas vraiment écoutés. Eh bien j'ai été très agréablement surpris, non seulement ces morceaux sont superbes mais les anglais ont été très généreux et ont été piocher un peu partout dans leurs albums, de Shades of God à Medusa (5 morceaux). Et c'était super bien. Une prestation sobre et efficace entrecoupée de quelques blagues pince-sans-rire, ils font plaisir à tout le monde en jouant leurs tubes, One second, Erased, The last time, le son est parfait, le goth-crooning de Nick lui va de mieux en mieux à mesure qu'il vieillit et son grunt est poussièreux et morbide à souhait. Je note qu'il chante juste et sans le moindre effet sur sa voix, pas même un petit écho, et force est de constater qu'ils excellent sans effort dans le doom le plus cadavérique : un morceau comme Beneath broken Earth installe en deux secondes une ambiance de morgue dans la salle, ça sent la terre froide, le public n'ose plus trop regarder le groupe dans les yeux, et le chanteur du premier groupe se cramponne à ses pédales d'effet et pleure dans un coin. A côté des morceaux de ces deux derniers albums, As I die sonnent étonnamment jovial et presque radiophonique, je suis aux anges de les découvrir ainsi au milieu de tout ce que je connais par cœur, en ressort conquis et espère un jour avoir la chance de les revoir, pourquoi pas, dans un set uniquement doom death.

 

Setlist :

  1. From the gallows

  2. Tragic idol

  3. One second

  4. Gods of Ancient

  5. Erased

  6. Enchantment

  7. Medusa

  8. An eternity of lies

  9. Faith divides us – Death unites us

  10. Blood and chaos

  11. True belief

  12. As I die

  13. Beneath broken Earth

Encore

  1. No hope in sight

  2. The longest winter

  3. The last time

PARADISE LOST

OWLCRUSHER

Retour à la liste des live-reports

Chargement...