Live-report de Ashes to Ashes, Doom to Dust Festival pt. 2 @ 013, Tilburg (N)

— the.freezing.clown, 2004-09-17 (593 lectures)

Aprs une nuit finalement pas trs reposante et une petite heure et demie de route, je dbarque au 013 de Tilsburg, une salle beaucoup plus imposante que le Frontline, dote d''une organisation ultra-carre. Abandonnant les groupes pour le sound-check, direction le centre-ville afin de goter la nourriture locale (Mc Donaaaalds), puis retour la salle pour assister au concert.



On attaque, comme la veille, avec le groupe Planet Aids, qui dlivre un Industrial Droning Doom trs puissant. La premire chose qui frappe, c''est le son, bien plus clair qu''au Frontline, ce qui va se confirmer tout au long de la soire. Ensuite, le groupe en impose avec sa disposition scnique, les 2 chanteurs se relayant derrire un pupitre faon meeting politique, tandis que le guitariste et le bassiste assnent des rythmiques pachydermiques, sur fond de percussions enregistres. trs puissant, mme si on peut tre un peu sceptique sur la capacit du groupe restituer sur disque une ambiance qui doit beaucoup au visuel.



On enchane avec Malasangre, un groupe italien, qui malgr les efforts de son chanteur pour mettre un peu d''animation (tranglement avec le fil du micro ou port d''un masque un gaz pour la 2me moiti du show), ne parvient pas vraiment faire passer le mlange Sludge Drone du groupe, les effets sur la voix tant particulirement pnibles.



C''est ensuite Funeralium qui entre sur scne, dans une configuration un peu spciale, puisque leur batteur habituel, n''ayant pas pu se librer, est remplac par Pierre d''Ataraxie. Le groupe assure particulirement bien ce soir, et libr des incidents techniques de la veille, il dlivre un excellent concert, comportant les 3 morceaux de la dmo Ultra sick doom , dont l''intro en compagnie du chanteur de Moss, et une reprise du Dark world de Saint Vitus. Le mlange chant tortur / chant Death est vraiment bien rendu, et les rythmiques frappent fort.Un groupe suivre.



Moss envahit ensuite la scne, et l encore on se retrouve avec un groupe au line-up inhabituel, puisqu''il s''agit d''un trio ne comportant pas de bassiste, cette absence tant largement compense par une guitare accorde trs (TRES) bas. La prestation est d''ailleurs assez hallucinante suivre, les musiciens semblant compter les temps entre chaque charge de rythmique, le tout tant entrecoup par les hurlements dchirs du chanteur, qui semble parfois la limite de l''hystrie. L encore, une grosse claque !



Seul groupe de pur Funeral Doom l''affiche, le trio finlandais Wormphlegm entre sur scne aprs une longue prparation, et dlivre un bon concert. J''tais sceptique sur la capacit d''une musique comme le Funeral tre restitue sur scne, mais les Finlandais prouvent facilement le contraire en assenant un morceau diffrent de celui de la veille, compltement hypnotique et malsain. Ici encore, l''aspect visuel est assez recherch, les musiciens jouant encapuchonns dans des soutanes, accentuant le cot presque religieux de la chose.



Leur set de la veille m''avait vraiment surpris, et ce soir Bunkur atomise encore l''assistance (particulirement attentive et immobile. enfin, on n''est pas un concert de Vader). Avec 2 bassistes chanteurs, une claviriste et un batteur, le groupe arrive crer une musique la fois extrmement pesante et malsaine, tout en ayant un petit cot planant (hum. faut couter). Le premier morceau est donc une de leur composition, qui me semble un peu courte par rapport la veille, et le 2me titre est une reprise compltement hallucine du Erblicket die tochter des firmaments de Burzum, avec le chanteur de Sauron en guest, dont la prsence scnique va en laisser plus d''un sur le carreau (on retrouve ce morceau sur le rcent split CD avec Moss). Flippant !



Contrairement la veille, Forgotten tomb n''assure pas la tte d''affiche, et entre donc en scne avant TPOG, pour dlivrer son mlange Black / Doom dpressif. Manifestement, une partie non ngligeable du public est venu pour eux, et le groupe interprte donc les meilleurs titres extraits de ses 3 albums ( Subway apathy, Entombed by winter, Alone, Scars ). Le son est parfait, l''interprtation aussi, mais malheureusement, le groupe est contraint de quitter la scne la fin du 4me morceau, cause d''un retard pris sur le planning, nous privant du dernier morceau ( Disheartement ) interprt la veille.



Si on pouvait s''tonner de trouver Thee plague of gentlemen en tte d''affiche, le groupe va balayer tous les doutes d''une seule main en dlivrant une gigantesque prestation. Leur musique se situe quelque part entre le groove du Stoner et la puissance du Doom, le tout tant interprt avec conviction par des musiciens qui, de toute vidence savent comment tenir une scne. Le bassiste frappe le sol de toutes ses forces tandis que ses collgues enchanent riff mortel sur riff mortel, le tout avec une bonne humeur communicative. La fin du concert voit les musiciens s''amuser nous faire le coup du larsen final rptition, puisque chaque larsen, le groupe entame un nouveau passage avant de recommencer. Ils finissent enfin par quitter la scne, en laissant, c''est vident, une excellente impression au public (pour s''en convaincre, il suffisait d''entendre les commentaires la sortie de la salle).



Voil, s''il y''avait un bilan global tirer de ce fest, il serait bien vident 95 % positif, et il ne reste plus qu'' attendre les ditions suivantes, avec, on l''espre, encore plus de distorsion, de larsens, de hurlements. de (ber) DOOM ! On attaque, comme la veille, avec le groupe Planet Aids, qui dlivre un Industrial Droning Doom trs puissant. La premire chose qui frappe, c'est le son, bien plus clair qu'au Frontline, ce qui va se confirmer tout au long de la soire. Ensuite, le groupe en impose avec sa disposition scnique, les 2 chanteurs se relayant derrire un pupitre faon meeting politique, tandis que le guitariste et le bassiste assnent des rythmiques pachydermiques, sur fond de percussions enregistres. trs puissant, mme si on peut tre un peu sceptique sur la capacit du groupe restituer sur disque une ambiance qui doit beaucoup au visuel. On enchane avec Malasangre, un groupe italien, qui malgr les efforts de son chanteur pour mettre un peu d'animation (tranglement avec le fil du micro ou port d'un masque un gaz pour la 2me moiti du show), ne parvient pas vraiment faire passer le mlange Sludge Drone du groupe, les effets sur la voix tant particulirement pnibles. C'est ensuite Funeralium qui entre sur scne, dans une configuration un peu spciale, puisque leur batteur habituel, n'ayant pas pu se librer, est remplac par Pierre d'Ataraxie. Le groupe assure particulirement bien ce soir, et libr des incidents techniques de la veille, il dlivre un excellent concert, comportant les 3 morceaux de la dmo Ultra sick doom , dont l'intro en compagnie du chanteur de Moss, et une reprise du Dark world de Saint Vitus. Le mlange chant tortur / chant Death est vraiment bien rendu, et les rythmiques frappent fort.Un groupe suivre. Moss envahit ensuite la scne, et l encore on se retrouve avec un groupe au line-up inhabituel, puisqu'il s'agit d'un trio ne comportant pas de bassiste, cette absence tant largement compense par une guitare accorde trs (TRES) bas. La prestation est d'ailleurs assez hallucinante suivre, les musiciens semblant compter les temps entre chaque charge de rythmique, le tout tant entrecoup par les hurlements dchirs du chanteur, qui semble parfois la limite de l'hystrie. L encore, une grosse claque ! Seul groupe de pur Funeral Doom l'affiche, le trio finlandais Wormphlegm entre sur scne aprs une longue prparation, et dlivre un bon concert. J'tais sceptique sur la capacit d'une musique comme le Funeral tre restitue sur scne, mais les Finlandais prouvent facilement le contraire en assenant un morceau diffrent de celui de la veille, compltement hypnotique et malsain. Ici encore, l'aspect visuel est assez recherch, les musiciens jouant encapuchonns dans des soutanes, accentuant le cot presque religieux de la chose. Leur set de la veille m'avait vraiment surpris, et ce soir Bunkur atomise encore l'assistance (particulirement attentive et immobile. enfin, on n'est pas un concert de Vader). Avec 2 bassistes chanteurs, une claviriste et un batteur, le groupe arrive crer une musique la fois extrmement pesante et malsaine, tout en ayant un petit cot planant (hum. faut couter). Le premier morceau est donc une de leur composition, qui me semble un peu courte par rapport la veille, et le 2me titre est une reprise compltement hallucine du Erblicket die tochter des firmaments de Burzum, avec le chanteur de Sauron en guest, dont la prsence scnique va en laisser plus d'un sur le carreau (on retrouve ce morceau sur le rcent split CD avec Moss). Flippant ! Contrairement la veille, Forgotten tomb n'assure pas la tte d'affiche, et entre donc en scne avant TPOG, pour dlivrer son mlange Black / Doom dpressif. Manifestement, une partie non ngligeable du public est venu pour eux, et le groupe interprte donc les meilleurs titres extraits de ses 3 albums ( Subway apathy, Entombed by winter, Alone, Scars ). Le son est parfait, l'interprtation aussi, mais malheureusement, le groupe est contraint de quitter la scne la fin du 4me morceau, cause d'un retard pris sur le planning, nous privant du dernier morceau ( Disheartement ) interprt la veille. Si on pouvait s'tonner de trouver Thee plague of gentlemen en tte d'affiche, le groupe va balayer tous les doutes d'une seule main en dlivrant une gigantesque prestation. Leur musique se situe quelque part entre le groove du Stoner et la puissance du Doom, le tout tant interprt avec conviction par des musiciens qui, de toute vidence savent comment tenir une scne. Le bassiste frappe le sol de toutes ses forces tandis que ses collgues enchanent riff mortel sur riff mortel, le tout avec une bonne humeur communicative. La fin du concert voit les musiciens s'amuser nous faire le coup du larsen final rptition, puisque chaque larsen, le groupe entame un nouveau passage avant de recommencer. Ils finissent enfin par quitter la scne, en laissant, c'est vident, une excellente impression au public (pour s'en convaincre, il suffisait d'entendre les commentaires la sortie de la salle). Voil, s'il y'avait un bilan global tirer de ce fest, il serait bien vident 95 % positif, et il ne reste plus qu' attendre les ditions suivantes, avec, on l'espre, encore plus de distorsion, de larsens, de hurlements. de (über) DOOM !

ATARAXIE

FUNERALIUM

THEE PLAGUE OF GENTLEMEN

MOSS

BUNKUR

PLANET AIDS

WORMPHLEGM

Retour à la liste des live-reports

Chargement...