Live-report de MONARCH + Gallagher + Carne @ GRND Zero, Lyon (F)

— lucas, 2009-11-15 (665 lectures)

Une connaissance trs approximative de l''emplacement de la salle, un froid de canard pour une arrive en Vlov'', j''avais mis toutes les chances de mon cot pour attendre le moins possible sur place avant les concerts, et c''est plus ou moins russi pour cette fois car quand j''arrive Carne s''installe tout juste sur la scne -je veux dire par terre, mais devant tout le monde.



Si on fait confiance au flyer on doit s''attendre du veggie sludge et c''est ce qu''on aura. Parce que le sludge est fait pour tre carnassier, violent et totalement nihiliste, le leur manque de mchancet glaireuse. Pourtant on entend bien une volont de sonner Black Cobra , et ce n''est pas que la formation duo qui me fait dire a, certains passages pourraient vraiment en avoir les paules mais il leur manque toujours le mordant et la puissance pharaonique que le groupe suscit dgage. J''y ai aussi entendu un brin de Moho dernier album dans l''esprit plus groove crapuleux, mais toujours, un manque de gnaque. Ah...et la voix...je crois juste que ce n''est pas donn tout le monde d''avoir du verre pill dans la gorge, moi le premier.



Je passe trs rapidement sur Gallaher, parce que je ne peux dcidment pas aimer quelque chose qui se nomme beau-harsh noise, dsol. Il y a bien eu un moment dancefloor piqu chez Fuck Buttons qui aurait t sauver, mais j''tais aussi bien dans un coin avec les boules quis profondment enfonces dans les oreilles.



Monarch enfin s''installe et rapidement on saura quoi s''en tenir, Shiran un son normissime, qui s''il ne change pas grand chose dans la nouvelle mouture de Year Of No Light, anantit tout vie avoisinante chez Monarch. Un long larsen donne le coup d''envoi d''un morceau qu''on ne devine tre Mer Morte qu''au bout de dix minutes. Dommage cependant qu''il y ait eu des problme des sono pendant toute la premire face, ou les vocaux servent justement poser l''ambiance fantomatique et oppressante du morceau. Il reviendront pile temps pour l''crasante et grandiose seconde face du morceau, celle ou je prends toute l''ampleur du SON Monarch au visage. Et a doit aussi tre le premier concert ou j''ai rellement compris l''utilit d''une pdale de volume, faisant monter crescendo le drone jusqu'' s''en faire exploser le caisson. Un deuxime morceau en forme de riff black metal dsabus, ralenti un maximum et rpt pendant une dizaine de minutes mais qui s''arrte malheureusement pile au moment ou il commenait rendre idiot, dommage.



Un bon concert en plus d''une exprience sonore rare, pour simplifier.

MONARCH

Retour à la liste des live-reports

Chargement...