Live-report de Ashes to Ashes, Doom to Dust Festival @ Gent (Bel)

— Tom, 2004-09-05 (899 lectures)

Aprs deux heures de train nous arrivons dans la fabuleuse ville de Gent et partons la recherche du Frontline... Etant donn que j''y tais dj venu nous suivons mon instinct et mes souvenirs, et nous nous perdons.

Enfin arrivs destination et aprs une bonne heure d''attente la salle ouvre ses portes...



Planet Aids
Compos de membres de Bunkur et du groupe de black metal Fluisterwoud, Planet Aids dmarre les hostilits d''une manire absolument apocalyptique. Pratiquant un mlange de doom et d''indus d''une puissance dvastatrice hors du commun, Planet Aids s''annonce comme un groupe surveiller de prs. Le seul morceau jou, misant sur la rptitivit, est coup par le changement de chanteur qui, plac derrire un pupitre, nous voque un dictateur prnant la mort et la destruction.





Funeralium
Accompagn par le chanteur de Moss, les frenchies de Funeralium commencent leur set par une intro qui s''tirera en longueur cause d''un gros problme technique. En effet un des amplis ne fonctionne carrment plus ! Pour nous faire patienter durant la rsolution de ce problme et avec une seule guitare, le groupe nous offre une reprise du " Dark World " de St Vitus (normalement joue la fin) vraiment excellente. Une fois l''ampli chang, les franais continuent normalement leur concert et avec un talent fou... Le rendu scnique de leur doom est en effet excellent, la musique rellement malsaine et maladive et les hurlements de Marquis sont vous glacer le sang.





Malasangre
Ce groupe italien pratiquant une sorte de sludge/doom, ne me convainc pas vraiment. La musique est sympathique le jeu de scne du chanteur (sautillant un peu partout, sortant l''occasion un masque gaz) rigolo, mais aprs les deux claques prcdentes c''est franchement pas transcendant.





Bunkur
Ne connaissant pas trop la musique de bunkur je ne savais pas trop quoi m''attendre, et j''avoue que la surprise fut de taille... La particularit du groupe est bien sr sa non utilisation de guitares. Tout le boulot est donc assur par deux basses au son destructeur. En effet, la salle entire tremble sous le vrombissement fabuleux de ces deux machines de guerre. Le set sera compos de deux morceaux, en l''occurrence un morceau trs long et une reprise de Burzum. Le premier morceau est tout simplement gnial... Incroyablement malsain tout en restant trs puissant, ce morceau annihile tout simplement notre esprit. Difficile de se remettre de cette exprience, et c''est bien d''une exprience dont on peut parler puisque ce concert est un voyage dans les profondeurs des tnbres... L''ambiance est poisseuse et maladive... inoubliable... Rejoint par le chanteur de Sauron (apparemment un groupe de black avec des membres de Bunkur) Bunkur excute donc la reprise de Burzum littralement assommante...

Le chanteur est formidable, srement la voix la plus extrme du fest.





Moss
Pas vu...



Wormphlegm
Pareil que pour Bunkur, je ne connaissais ce groupe que de nom, et encore une fois c''est une claque monumentale qui m''attend...

Les 3 finlandais apparaissent sur scne dguiss en espce de moines. Un morceau... Un mlange ultime entre le doom/death et le black pour un resultat vraiment extreme... C''est lent, douloureux et terrifiant la fois... Personnellement je ne m''en suis pas encore remis...

Un morceau de 30 minutes hant par des cris horribles et une atmosphre absolument indescriptible... Une fois de plus, le son est apocalyptique (pas dans le mauvais sens du terme) et dgage une puissance formidable. Que dire de plus ? Il faut le voir pour le croire... LA dcouverte du festival. Un conseil jetez un coup d''oeil aux textes, c''est... spcial.





Thee Plague Of Gentlemen
Deuxime fois pour moi que j''assiste un concert de TPOG. La premire fois, ici mme Gent lors de la BDN, ce groupe m''avait vraiment emball, ce fut en quelque sorte la rvlation du fest. Cette impression est ce soir plus que confirm. Les belges reussisent littralement enflammer la salle avec son sludge/doom rock ultra heavy et surtout groovy mort. Le groupe bnficie apparemment d''une certaine exprience, l''image de son chanteur/guitariste la classe et au charisme impressionnant. L''homme, arborant firement un magnifique t-shirt black sabbath trs color, domine l''assemble de par sa taille monumentale et de par sa prsence scnique. Pour une fois dans le fest le headbanging et l''nergie sont de la partie, et honntement a fait du bien, parmi tous ces groupes extrmes.

Encore une fois TPOG reste le meilleur souvenir du festival.





Forgotten Tomb
Aprs le coup de poings en pleine face de TPOG, le regain d''nergie nous donne le courage d''affronter le dernier groupe propos ce soir et ce malgr la fatigue. Apprciant vraiment Forgotten Tomb sur album j''attendais pas mal de leur passage sur scne et j''avoue que je suis du. La sauce ne prend pas vraiment et nous nous ennuyons vite. Le jeu scnique d''Herr Morbid n''est pas vraiment convainquant, ses grimaces donnent plus envie de rire que de se trancher les veines. Musicalement, c''est carr mais vraiment, je ne sais pas si c''est la fatigue ou autre, je n''accroche pas... Les nouveaux morceaux jous semblent renouer avec la tradition d''un black/doom mlodique initi par Katatonia sur l''album Dance of December Souls et donc s''loigner du black " burzumesque " du fabuleux Springtime Depression.

En plus durant le set un skinhead commence faire des siennes ce qui ne nous donne pas vraiment envie d''en voir plus...



Donc au final, excellente initiative de la part des organisateurs pour cette premire dition qui on l''espre aura une suite. Enfin arrivs destination et aprs une bonne heure d'attente la salle ouvre ses portes...
Planet Aids
Compos de membres de Bunkur et du groupe de black metal Fluisterwoud, Planet Aids dmarre les hostilits d'une manire absolument apocalyptique. Pratiquant un mlange de doom et d'indus d'une puissance dvastatrice hors du commun, Planet Aids s'annonce comme un groupe surveiller de prs. Le seul morceau jou, misant sur la rptitivit, est coup par le changement de chanteur qui, plac derrire un pupitre, nous voque un dictateur prnant la mort et la destruction.
Funeralium
Accompagn par le chanteur de Moss, les frenchies de Funeralium commencent leur set par une intro qui s'tirera en longueur cause d'un gros problme technique. En effet un des amplis ne fonctionne carrment plus ! Pour nous faire patienter durant la rsolution de ce problme et avec une seule guitare, le groupe nous offre une reprise du " Dark World " de St Vitus (normalement joue la fin) vraiment excellente. Une fois l'ampli chang, les franais continuent normalement leur concert et avec un talent fou... Le rendu scnique de leur doom est en effet excellent, la musique rellement malsaine et maladive et les hurlements de Marquis sont vous glacer le sang.
Malasangre
Ce groupe italien pratiquant une sorte de sludge/doom, ne me convainc pas vraiment. La musique est sympathique le jeu de scne du chanteur (sautillant un peu partout, sortant l'occasion un masque gaz) rigolo, mais aprs les deux claques prcdentes c'est franchement pas transcendant.
Bunkur
Ne connaissant pas trop la musique de bunkur je ne savais pas trop quoi m'attendre, et j'avoue que la surprise fut de taille... La particularit du groupe est bien sr sa non utilisation de guitares. Tout le boulot est donc assur par deux basses au son destructeur. En effet, la salle entire tremble sous le vrombissement fabuleux de ces deux machines de guerre. Le set sera compos de deux morceaux, en l'occurrence un morceau trs long et une reprise de Burzum. Le premier morceau est tout simplement gnial... Incroyablement malsain tout en restant trs puissant, ce morceau annihile tout simplement notre esprit. Difficile de se remettre de cette exprience, et c'est bien d'une exprience dont on peut parler puisque ce concert est un voyage dans les profondeurs des tnbres... L'ambiance est poisseuse et maladive... inoubliable... Rejoint par le chanteur de Sauron (apparemment un groupe de black avec des membres de Bunkur) Bunkur excute donc la reprise de Burzum littralement assommante... Le chanteur est formidable, srement la voix la plus extrme du fest.
Moss
Pas vu...
Wormphlegm
Pareil que pour Bunkur, je ne connaissais ce groupe que de nom, et encore une fois c'est une claque monumentale qui m'attend... Les 3 finlandais apparaissent sur scne dguiss en espce de moines. Un morceau... Un mlange ultime entre le doom/death et le black pour un resultat vraiment extreme... C'est lent, douloureux et terrifiant la fois... Personnellement je ne m'en suis pas encore remis... Un morceau de 30 minutes hant par des cris horribles et une atmosphre absolument indescriptible... Une fois de plus, le son est apocalyptique (pas dans le mauvais sens du terme) et dgage une puissance formidable. Que dire de plus ? Il faut le voir pour le croire... LA dcouverte du festival. Un conseil jetez un coup d'oeil aux textes, c'est... spcial.
Thee Plague Of Gentlemen
Deuxime fois pour moi que j'assiste un concert de TPOG. La premire fois, ici mme Gent lors de la BDN, ce groupe m'avait vraiment emball, ce fut en quelque sorte la rvlation du fest. Cette impression est ce soir plus que confirm. Les belges reussisent littralement enflammer la salle avec son sludge/doom rock ultra heavy et surtout groovy mort. Le groupe bnficie apparemment d'une certaine exprience, l'image de son chanteur/guitariste la classe et au charisme impressionnant. L'homme, arborant firement un magnifique t-shirt black sabbath trs color, domine l'assemble de par sa taille monumentale et de par sa prsence scnique. Pour une fois dans le fest le headbanging et l'nergie sont de la partie, et honntement a fait du bien, parmi tous ces groupes extrmes. Encore une fois TPOG reste le meilleur souvenir du festival.
Forgotten Tomb
Aprs le coup de poings en pleine face de TPOG, le regain d'nergie nous donne le courage d'affronter le dernier groupe propos ce soir et ce malgr la fatigue. Apprciant vraiment Forgotten Tomb sur album j'attendais pas mal de leur passage sur scne et j'avoue que je suis du. La sauce ne prend pas vraiment et nous nous ennuyons vite. Le jeu scnique d'Herr Morbid n'est pas vraiment convainquant, ses grimaces donnent plus envie de rire que de se trancher les veines. Musicalement, c'est carr mais vraiment, je ne sais pas si c'est la fatigue ou autre, je n'accroche pas... Les nouveaux morceaux jous semblent renouer avec la tradition d'un black/doom mlodique initi par Katatonia sur l'album Dance of December Souls et donc s'loigner du black " burzumesque " du fabuleux Springtime Depression. En plus durant le set un skinhead commence faire des siennes ce qui ne nous donne pas vraiment envie d'en voir plus... Donc au final, excellente initiative de la part des organisateurs pour cette premire dition qui on l'espre aura une suite.

FUNERALIUM

THEE PLAGUE OF GENTLEMEN

MOSS

BUNKUR

PLANET AIDS

WORMPHLEGM

Retour à la liste des live-reports

Chargement...