Live-report de DOZER + An Elephant In The Kitchen @ Le Zanzibar, Strasbourg (F)

— marystonage, 2005-12-08 (722 lectures)

14h47. Pour changer, je sors par le hall des arrives, Benoo est pas trs loin. On va chez lui pour prparer le catering de Dozer. Sur le chemin, j''appelle Arno qui a organis le show de la veille Limoges. Il semble avoir eut les mmes problmes que nous niveau btes poils / hbergement, hey le vgtarien a mang du poulet, c''est quoi ce foutage de gueule ?! Mais le groupe a l''air d''avoir une fois de plus assur sur scne. Pourvu que tout aille bien ce soir.

On croise le merveilleux Matthieu sur la route, arrivs la maison, on dballe la matire premire et c''est parti pour un atelier sandwiches. Cette fois-ci, a sera pas du travail trs soign, j''en profiterais pour mettre une tranche de mon pouce dans un des sandwiches hmmm. Y a la reum noo-Ben qui dbarque, salut m''man, un de ses potes fera aussi un passage clair pour rendre des cds et en emprunter d''autres (achte Family Man Benoo !). Bon ba les sandwiches sont prts, Bastien ne tarde pas arriver et on roule jusqu''au Zanzibar.

L''ambulance (la classe) d''An Elephant In The Kitchen est dj l, mais on peut pas encore dcharger le matos dans la salle comme Lauch est absent pour le moment. J''fouterais juste le catering vite fait dans le frigo. Lauch arrive, toujours aussi enthousiaste et dynamique, on peut vider le camion, on se sera fait les muscles cette semaine. Mme si le backline des openers est dans la salle, on peut ni l''installer, ni faire de soundcheck puisque Dozer ne sont pas arrivs. Mais il est encore relativement tt donc pas la peine de sur-stresser, on va les guetter sagement ct de l''ambulance d''AEITK. On attend. Je stresse, heureusement (?) les 3 nergumnes (Matthieu, Vince, un inconnu) en ma compagnie sont trs distrayants entre leurs blagues 2 balles et leur diaporama de tofs de bofs sur tlphone portable (ceci dit j''ai bien aim le gnrique des P''tits Malins et les anecdotes de boulots, merci). Au bout d''un moment, j''avoue que a commence me saouler un tout p''tit peu et que je reprends de plus belle conscience d'' quel point le temps passe lentement, mais toujours trop vite quand on attend les groupes, et il doit tre quelque chose comme 17h30, a yeah : je peux sur-stresser. J''vais faire le piquet en solitaire au coin de la rue d''o Dozer n''a pas le choix d''arriver, j''imagine le pire. et s''ils s''taient pas remis du coup du chat de dimanche dernier. s''ils ne venaient pas du tout cause de ma connerie. Je m''fais toute une srie de films d''horreur de cet acabit pour passer le temps. Les lments manquants d''AEITK arrivent entre temps. Je dsespre, la moindre twingo qui passe ressemble au van de Dozer, je vais pter un plomb, je sens qu''ils vont nous laisser tomber. Matthieu me rejoint, je m''lamente, j''casse du sucre sur le dos de Dozer. soudain, il croit voir un gros van vert l''horizon : alleluia, il a raison, c''est eux. j''cours dans leur direction, j''indique la rue Wille, le merchguy, mais il me dit qu''il connat dj la salle comme il y a jou avec Sunride plus tt cette anne ! :DECOMPRESSION: Par contre, vu qu''il est 18h30 et qu''au Zanzibar le soundcheck ne peut se faire qu''entre 17 et 19h00, le temps de descendre le backline des sudois et les 19h00 devraient tre dpasses. Un line-check sera fait pour les 2 groupes avant chaque prestation. Et c''est bien comme a qu''a finira. ils bouffent leur sandwiches au salami (le batteur pseudo vgtarien aussi.), boivent un coup, Daniel monte juste sa batterie 2 secondes aprs avoir accept de jouer sur celle d''AEITK pour simplifier les choses (?? ok, tout va bien), puis on s''en va chercher les valises des groupes qu''ils traneront jusque chez Benoo puisqu''on va y dner.

Jusque l j''ai servi rien, comment a fout les boules. Pourquoi j''suis venue ?. A part aider vider le van et faire les sandwiches je suis strictement inutile, a m''dprime. En plus, comme on doit tre de retour au Zanzibar 21h30 dernier carat, Ben appelle sa mre en chemin pour qu''elle mette les ptes et le rti en route. J''pourrais mme pas aider faire a. Bon ba c''est pas grave je mettrai le couvert. L''ambiance est toujours loin d''tre trs conviviale entre sudois et franais, mme durant le repas, ils se servent entre eux et nous on peut un peu aller s''faire foutre, c''est qu''un dtail mais c''est un brin nervant j''trouve. Bon au moins ils se rgalent on dirait, a fait toujours plaisir (big up M''man !). Baba arrive in extremis, le temps qu''il engloutisse le contenu de son assiette et on est reparti, flanqu d''un Fredrik de particulirement bon poil.

Double sance de line-check, les portes ouvrent, hey mais c''est que a circule plutt pas mal, cool.





J''croise Toinette et Riton (yes !) en sortant des chiottes. Y a la p''tite Christelle, dans un moins bon jour que pour Ufomammut on dirait. et JP, a faisait longtemps. ah et tiens, quelqu''un me demande si j''suis la personne que j''ai l''air d''tre, il a trop une tte de suisse, j''parie que c''est chyndonax du Kab de l''Usine, bah ouais on a bon, c''est bien nous.



An Elephant In The Kitchen passe aux choses srieuses, il doit bien y avoir une trentaine de personnes dj (on atteindra 60 au meilleur de la soire, cool pour un mardi soir strasbourgeois (merci les gens !)). J''m''adosse au mr pour les contempler.





Je savais pas trop quoi m''attendre, j''me disais que ouais, c''est le groupe de maarnaden, un membre de SlowEnd, a doit plus tre un projet pour le fun que pour la scne, rien de bien mchant. C''est trange de les voir en pulls, en cols rouls ou en chemise, tout srieux. En fait j''ai t agrablement surprise ma foi, c''est assez sage si j''puis m''permettre, mais c''est pas si commun que a. En tout cas c''est bien du Stoner, que j''ai souvent trouv bluesy, influences Kyuss assez flagrantes mon avis. Rien d''exceptionnellement original mais a se laisse couter sans problmes, assez brut puisque presque dpourvu d''effets, Vince fera quelques petits wah-wah de temps en temps, c''est peu prs tout. Matthieu est trs concentr, il tait un peu stress je crois, mais son jeu est pas nerveux pour autant, a glisse tout seul, par contre, je sais pas si c''est parce que sa basse est branche direct la sono, mais on l''entend pas des masses. En revanche la batterie, elle, sonne fort par rapport au reste (c''est normal ?). Les morceaux sont relativement courts, a s''enchane plutt d''une traite, seulement entrecoup par quelques mots notre attention, et plus prcisment JP, leur ancien guitariste, pour le dernier titre qui lui sera ddi, a par contre c''est convivial, je dirais mme que c''est homo-sensuel, n''est-ce pas ? Fini, j''pense qu''ils pourraient faire un rappel mais ils ont l''air de vouloir respecter strictement leur demi heure, tant pis. On remballe tout a, exceptes les amps que Dozer a bien voulu partager (merci bien), c''est donc plutt vite fait, et on passe la suite assez rapidement.



Toinette me glisse en passant que si j''veux fumer, a se passera au fond de la salle, mais je n''y penserais plus une fois le set entam, et pour cause.

J''avais peur que la scne soit juste pour 4 Dozer et leur matos, mais en fait a va largement. Bon, j''ai dit que je ne considrais pas qu''il y avait de lead guitar, bah en fait j''ai quand mme bien tort.





Mme si le son est un peu moins bon qu''au Batofar, la principale source de bruit avec la batterie doit tre la guitare de Tommi, qui la manipule dans tout les sens, sans arrt, en faisant sortir les riffs qu''on connat, c''est vraiment tout un art, encore plus impressionnant quand on peut ajouter l''image au son. Il est toujours aussi vivace sur scne, d''ailleurs la taille plus petite de celle-ci et son niveau plus bas, ont d contribuer rendre son talent encore plus vident, ses prouesses ayant l''air de prendre encore plus de place. Ils sont dj bien imbibs et il faut avouer que a leur fait pas de mal, et du coup nous non plus.





Fredrik communique bien plus qu'' Paris, ils ont tous l''air plus l''aise. Il est souvent en train de raccorder sa p''tite SG, mais beaucoup moins qu''au Batofar, il finira d''ailleurs par la troquer dfinitivement contre une Fender, par contre sa voix est vraiment touffe, un peu dommage... La set-list est sensiblement la mme que 2 jours plus tt, seul 1 titre diffre, l''ordre n''est pas exactement le mme galement, j''aime bien le fait qu''ils piochent absolument dans toute leur discographie, c''est encore plus intense qu'' Paris alors que ce show avait dj t une bonne petite claque. Et puis ils ont des bires sur scne, pas de l''eau, a entretient leur entrain, a le ferait mme plutt aller crescendo. Daniel joue toujours aussi puissamment, et c''est toujours aussi bluffant de voir que ce p''tit chieur tout coquet possde de telles dispositions tout dvaster quand il en vient passer derrire sa batterie. Johan est gal ce que j''en avais vu

Paris, comme il est d''un naturel plus cool mme sans alcool (la fte est vraiment pas plus folle, une preuve de plus ce soir), il s''excite donc sur sa Rickenbacker qui vibre dcidment franchement plus que sur disque.





Au bout d''une heure, le set s''achve sur From Fire Fell (qui est devenue ma chanson de Dozer prfre depuis ce nouvel album). Et toujours le mme rappel, aprs s''tre fait longuement dsirs comme nous n''hurlions pas assez fort leur got (c''est a, c''tait surtout pour avoir le temps d''vous envoyer quelques bires de plus ou), avec une version encore plus longue et jammesque de Rising The Machine. C''tait excellent, et je veux vraiment dire par l qu''ils ont excell, tout du long. MERCI !





Drawing Dead, Let The Shit Roll, The Hills Have Eyes, Supersoul, Light Years Ahead, Rising, Feelgood Formula, Big Sky Theory, From Fire Fell. + Riding The Machine



Retour beaucoup plus de calme, il est des concerts o la redescente sur terre est particulirement trop brusque, comme l par exemple. Le gros du public vacue les lieux rapidement, ceux qui restent sont surtout des connaissances de Benoo, de moi parfois s''ils sont slowendiens, voire suisse. Le sentiment de servir rien resurgit d''un coup, j''m''emmerde, j''refais une crise d''asociabilit, pourquoi j''sais pas parler anglais, pourquoi j''suis aussi pas marrante que Daniel. J''finis par dcoller mon cul du tabouret du bar, je sais pas pourquoi en fait, juste pour dcoller mon cul du tabouret du bar. Wille me chope au passage et me propose une vodka, ah bah volontiers ! en plus, pour une fois qu''un de ces sales petits scandinave fait un pas vers la France j''vais surtout pas refuser ! On rde dans une salle de plus en plus vide, Fredrik vient me demander la signification de ce qu''il y a crit sur mon bras, top secret, Wille se joint nous et me dit que l''une des dates est celle de son anniversaire et l''autre celle de la ''saint Wille'' en Finlande (merci Wille, j''t''oublierai plus jamais) !





Fredrik est trop drle. il est avide d''apprendre des mots franais, il connat (phontiquement) un p''tit bout d''une chanson d''Edith Piaf, et n''arrte pas de rpter ''je suis enfant'' (en fait j''ai cru pendant un bon moment qu''il disait ''je suis en forme''. a aurait t croyable aussi.) pour nous faire savoir qu''il se sent pas son ge, je serais amene le croire une bonne fois pour toute au cours de cette nuit. Ben me dit que Johan veut aller en discothque, nan piti, pas a.





A ct de a, Daniel a encore l''air de tirer la gueule, il est fatigu et veut rentrer, on propose donc au groupe de rester au bar tandis qu''on ramne Daniel la maison, on avisera aprs pour la discothque. Ca ne drange pas trop Johan qui reluque sans retenue une poigne de pouff'' attables un peu plus loin.





On raccompagne Daniel, sur le chemin, Ben reoit un sms de Toinette disant qu''il se fait chier dans un club nomm l''Elastic o Riton est all mixer aprs Dozer. Ben essayera de le rappeler par la suite en vain, il va tenter d''aller les rcuprer pendant que je rejoins Dozer au Zanzibar. Entre temps, Johan a rejoint la table de pouff'' (ahahah), les autres sont toujours ensemble autour de la mme table, avec le suisse de service qu''ils connaissent depuis un bail. Je me prends un Jagermeister au bar et m''assoie ct de cet mo goth qui accompagne Dozer et dont je ne connais toujours pas le nom. Fredrik, over-joyeux, veut que je vienne ct de lui, mieux : sur ces genoux ! Ahahah non non a ira merci, pourtant c''est pas l''envie qui me manque d''aller lui faire un bisous, il est trop mignon, en effet on dirait un enfant, il est totalement dbilis par l''alcool, c''en est presque attendrissant (pas presque en fait). Il me dit que parmi les bookers de cette tourne, j''ai t la chouchoute de Tom, leur booker eux (hihihi – gonflage de chevilles : merci). Wille me demande si je connais Fu Manchu – ouais – et la pochette du 10'''' de Godzilla ? – mmm, ouais je vois. il me dit que ds la premire fois qu''il m''a vu Paris il a trouv que je ressemblais exactement (dixit.) la fille sur cette pochette. mon dieu, je crois que je dteste cette comparaison, comment j''dois prendre cette remarque, mieux vaut pas y penser. Je tlphone Ben pour savoir o il en est, il a fait une halte pour boire un coup au bar dans lequel il travail, ok. J''me rassois pas tout de suite aux cts de Dozer (trop de tmoins, on pourrait me traiter de.), j''vais aux chiottes pour perdre un peu de temps, et sur le retour je croise encore Riton et Toinette (yes !), si on allait tous dans l''autre partie du bar ? je mets 3 ans convaincre Dozer, puis on y va finalement. Les sudois se posent 15km des franais comme au mauvais vieux temps, je pousse notre table vers la leur et clate le verre plein de bire de Toinette par terre (pardon). On discute de tas de conneries, comme d''hab, j''apprends des nouveaux mots Fredrik, Toinette connat la suite de sa chanson d''Edith Piaf. Ah et on apprend que, ils ont beau tre amis depuis des annes, Dozer hassent le p''tit suisse, le jalousant d''avoir vu les Melvins 15 fois (sale vantard). Je sais plus comment a a commenc mais soudain Fredrik saute sur Wille et Johan pour les chatouiller (eh oui), ils sont tous par terre, cerner par les fauteuils renverss : c''est trop drle, non merci j''veux pas participer. Y a aussi eut un dbat sur Tintin, Milou, Dupont, Dupont, Capitaine Haddock, Professeur Sunflower. Une fille qui croisait nos abords sur son parcours jusqu''aux chiottes gueule bien fort et avec mpris qu''on est que des sales ivrognes, croyant qu''on est tous non-franais, ahhh t''as moins fait ta maligne quand on t''a rpondu en franais hein !

Il est 4h00, le bar ferme, on nous vire, il pleut, Ben est toujours pas l, j''adore ce Fredrik. Ben arrive, il titube trs trs fortement, fin saoul. Bon bah on va pas trop pouvoir compter sur lui pour le guidage jusqu'' la maison. Fredrik me demande si j''ai les clefs, je lui dis que non, ils veulent pas dcoller tant que les clefs sont pas dans notre camp, j''lui montre celles de chez moi en lui faisant croire que c''est les bonnes et on est partis, bras dessus, bras dessous, je sais plus de quoi on parle, toujours des conneries. J''pensais tre toute seule avec le groupe, mais j''vois que Toinette et Riton (yes !) sont pas loin derrire, mais pas de Benoo. On se relayera 2 pour l''appeler, lui rappeler o il est sens aller (chez lui). Une fois le groupe et nous arrivs dans sa rue, les sudois tlphonent Daniel qui descendra nous ouvrir, pas marrant de poireauter sous la pluie.

Dommage, ils vont tous se coucher direct, on se retrouve Tommi, chyndonax, Toinette, Riton et moi dans le salon, autour de bires, Benoo finira par arriver pour atterrir sans trop attendre sur un canap, ressuscitant de temps en temps. D''autres s''clipseront plus tard, Tommi, puis chyndonax qui vers 6h30 partira pour la gare, Riton que je pensais plus rsistant me fiant la lgende, Toinette comme il rentre en voiture et qu''un peu de sommeil ne serait pas du luxe, Ben revient la vie pour de mieux vers 8h00, il veut aller prendre l''air, mais vu qu''il est dans un tat quand mme un peu loquesque, j''vais prendre une douche et j''l''accompagne. Et en fait je regrette parce que je me fais chier, je suis morte de fatigue, vide, on a pas de but, j''erre comme un fantme, c''est exactement a. On rentre, j''me dcide me coucher, bon bah au moins j''aurais eu les yeux ferms pendant 1 heure dfaut de dormir... Peu avant 10h, Matthieu sonne la porte, ces inconscients (ok, j''en faisais peut-tre partie) ont dcid la veille d''une runion SEA comme j''tais l, je sais pas si a a servi vraiment grand chose mais au moins c''est fait. Tiens, quel moment j''ai de nouveau eut la pche, comment a se fait ? o est-ce que j''ai pu aller puiser cette nergie, bof c''est peut-tre juste de la bonne humeur. Matthieu repart acheter le p''tit dj'', pendant ce temps l, on boit des cafs pas trs bons avec Benoo et Toinette, Riton finit par se lever aussi (j''espre que c''est pas cause de moi, pardon), j''lui laisse mon caf pas trs bon, j''en fais moi mme pour le groupe (alors il dcapait pas trop ?). D''ailleurs ils se rveillent eux aussi, je dis au revoir ceux qui ont dormis en bas comme il est temps d''aller prendre mon train, par chance je croiserais mon prfr avant de franchir la porte - ''au revoir mon amour'' (pas d''inquitude, il a d appeler peu prs tout le monde comme a un moment ou un autre (mais moi plus que les autres hihihi)) - pourquoi j''ai pas rserv pour le train suivant... Quand je pense comment j''ai pu les maudire, en fait je sens que certains vont presque me manquer, moins que a soit juste ce genre de moments en gnral.

DOZER

Retour à la liste des live-reports

Chargement...