Live-report de KHANATE + ATAVIST + Allergen @ The Garage, Londres (Uk)

— toine000, 2005-12-03 (610 lectures)

Londres. Ville tentaculaire et cosmopolite, capitale mondiale de la coolitude. Premire tape de la semaine-marathon un concert par jour que je me suis offert pour fter mon licenciement, effectif depuis la veille au soir.

A peine arrivs destination on retrouve mon vieux pote Yann, qui sera notre hte pour ces quatre jours. Ca fait plaisir de se revoir, on passe chez lui poser nos sacs, on discute de tout et de rien, et dj la bire coule flots. Vue l''heure, on n''aura pas le temps de faire grand-chose avant le concert, donc on se dirige vers la Foundry, une espce de pub/squatt autogr ma fois trs agrable, o il a ses habitudes. Sur le trajet, on visite quand mme deux galeries bien branchouilles, avec notamment une expo de Jake & Dino Chapman, compltement barre et morbide, j''aime bien. Deux bires et pas mal de conneries racontes plus tard, on repasse chez Yann, par chance il n''habite pas trop loin du Garage, on pourra donc y aller pied. Encore une bire et hop, c''est parti.



En premire partie, on aurait du avoir SHORA, groupe suisse que j''aurais bien aim revoir, surtout qu''il parait que leur screamo ultra-intense de psychopathe, trs port sur le bruit, s''est mu en post-rock... Pas de chance (a priori), pour une raison inconnue c''est Allergen qui jouera leur place. Arrivs trs la bourre et dj pas mal mchs, on n''assistera qu'' la fin du concert, 5 minutes de crescendo drone-noise insoutenable, sur des boucles de guitare sche et avec l''assistance d''un fltiste (?!?). Dommage, j''aurais aim en voir plus.



Je jette un coup d''oeil autour de moi. La salle est pas mal, capacit 300 personnes vue de nez, mais c''est un peu vide pour l''instant (a s''arrangera ensuite). Me dirigeant vers le bar, j''en profite pour faire un petit tour devant le stand merch, tenu, surprise, par Lee Dorrian himself. Cool, ils ont le pic 12" que j''avais rat cet t, et des DVDs aussi, mais les prix sont prohibitifs (en Euros a passe, en livres sterling beaucoup moins...).



Ensuite c''est Atavist qui monte sur scne. Ne me demandez pas ce que j''en ai pens, je suis compltement pass cot de ce concert. 20 minutes de show, 2 morceaux, pour eux c''est vraiment trop court, pas le temps de rentrer dans leur trip. A part a c''est lourd, dgueulasse, et absolument pas groovy, faut que je rcoute.





Khanate. Khanate, putain. Un des groupes les plus extrmes et drangeants au monde, et aussi un de mes prfrs. Pendant qu''ils installent le matos je discute, je ris mme, mais je sens la tension monter, car je sais pertinemment que je vais me prendre une claque dont je me souviendrai longtemps.





J''en attendais beaucoup, donc. Et je n''ai pas t du.



Premier drone, premier larsen. Je ferme les yeux, et je suis instantanment catapult dans l''espace, moins que ce ne soit en enfer, mais cet enfer est si beau que je veux y retourner tout de suite, et ne jamais en revenir. Dans cet espace/enfer, le temps est aboli, et avec lui toute notion de rythme. Le son, colossal, est d''une clart stupfiante. Chaque coup de gong ou de cymbales me parvient avec une nettet parfaite. La basse est totalement crasante, faisant vibrer les os et massant les organes internes, et ce sans jamais saturer. Quant au son de guitare, sa simple vocation me donne des frissons dans le dos... C''est lourd, lent, et BEAU (a vous tonne?). Et pas si oppressant et prouvant que a aprs tout, SunnO))) par exemple est bien pire, l c''est juste le parfait trip introspectif.



15-20 minutes, fin du premier morceau, j''ouvre les yeux. Applaudissements polis, difficile de savoir si le public prsent a aim ou pas, j''aimerais bien, mais je crois que je m''en fous. Dans un moment comme celui-l toute discussion aurait t hors de propos de toute faon.



Deuxime morceau. "Fields", il me semble. Dbut dronesque interminable, mais c''est pas moi qui m''en plaindrai. Cette fois je garderai les yeux ouverts, ce qui me permettra de constater qu''il ne se passe pas grand-chose sur scne.

Dubin, de profil, hurle en vomir ses tripes, sans jamais moduler sa voix ou chuchoter comme c''est parfois le cas sur album, n''interrompant son balancement hbphrnique ( vos dictionnaires) que pour tourner quelques boutons sur la console place devant lui. Je ne verrai pas son visage de tout le set.





Plotkin et O''Malley sont statiques, manifestement extrmement concentrs, et en contact visuel permanent avec le batteur. J''imagine que c''est indispensable quand on joue avec une lenteur et une prcision pareilles.

Wyskida lui, alterne parcimonieusement roulements de cymbales et fracassage pseudo-arythmique, spars par de longues secondes de bourdonnement nauseux et les hurlements de Dubin, levant les mains le plus haut possible, prenant tout son lan, comme s''il allait dfoncer son kit chaque coup de caisse claire...





La matrise instrumentale est totale, mme les larsens sont parfaits, la tension est palpable, la gravit augmente sans cesse... je suis paralys, je suis soumis. Khanage rvle son vrai visage : un trou noir. Annihilant toute rsistance. Et tout espoir.



Inutile de s''essayer un quelconque headbanging, le temps est si dform que toute tentative est voue l''chec, mme sur le dernier et riffu morceau "Pieces Of Quiet", d''une lourdeur encore une fois totalement jouissive. Puis Dubin lance un thank you, qui tournera en boucle un moment, horriblement dform, et tout s''arrte, les lumires se rallument, c''est pas possible, j''en veux encore... Je veux "Commuted"... mais je sais que le groupe ne fait jamais de rappel...



Seulement trois morceaux donc, mais tellement intenses et prenants que j''en ai oubli la bire que je tenais la main, reste intacte et maintenant tidie, au bout de cette petite heure trop courte mais mmorable. Je VEUX les revoir l''an prochain !



L''ANECDOTE QUI TUE (et que certains connaissent dj, ah ah) : le lendemain aprs-midi, en pleine excursion dans le cirque gothico-touristo-punk de Camden, alors que je tranais depuis le rveil une tenace gueule de bois, on sortait juste d''un disquaire, et devinez qui on croise? Dorrian et SOMA, devant une boutique de fringues, en train d''essayer... une cartouchire. Metaaaaaaaaaaaaaaaal !!



Le soir, aprs pas mal de marche, et pas mal de bires, c''est Blonde Redhead (quel contraste avec la veille!) qui me scotchera, un concert juste parfait la Scala, dans le cadre d''une soire anniversaire du label 4AD.

Pubs, visites, disquaires, et encore concerts, voil le programme de nos 2 jours restants Londres, avant de rentrer en France, juste le temps de refaire mon sac, rcuprer Henry Dche et repartir pour Nancy retrouver Inziz au gig d''High On Fire...



Merci Herv pour les photos!

KHANATE

ATAVIST

Retour à la liste des live-reports

Chargement...