Live-report de VALIS + Astrosoniq @ Ekko, Utrecht (N)

— marystonage, 2005-06-11 (563 lectures)

Un trajet en Eurolines est toujours une preuve extrmement douloureuse pour moi. Quand le voyage touche sa fin, les passagers doivent penser que je suis profondment mue, que les larmes dans mes yeux sont dues ma joie de retrouver le pays. S''ils savaient la vrit. s''ils savaient que lors de mes premiers sports d''hiver, il y a plus de 10 ans, je me suis fatalement et lamentablement clate le fion sur de la neige gele, dure comme du roc, s''ils savaient quel point j''ai mal au cul d''tre reste cloue mon sige pendant les 8 heures que dure le parcours Paris - Utrecht. Aaaaah, quel soulagement de pouvoir me dboter de ce fauteuil, le plus difficile est de simuler une dmarche normale pendant les premiers pas malgr une intense souffrance postrieure. Mais comme je sais prendre sur moi, je sors du car et dgaine mon plan de la ville comme si de rien n''tait (j''ai pas mal au cul. j''ai pas mal au cul.) et je tente de trouver mon chemin jusqu''au club o joue Valis ce soir : l''Ekko.

J''avais jamais srieusement foutu les pieds en Hollande jusque l, et ce pays a vraiment l''air bien chouette. Jamais vu autant de vlos, y en a absolument partout, a donne envie de pdaler. Quand les feux des pitons passent au vert, une nue de cyclistes dboule, et laisse 2 ou 3 marcheurs perdus dans son sillage. Mme les moulins c''est pas une lgende, tiens par contre j''ai pas vu de tulipes (ah, c''est pas la saison ?).







Je consulte ma carte d''Utrecht et trouve la salle plutt facilement, en moins de 20 minutes. Elle ressemble ni plus ni moins aux autres maisons qui l''encadrent, perdue dans une petite rue, en face d''un cours d''eau tout paisible. J''adore ce ct insouponn, savoir que quand vient la nuit cette habitation passe-partout devient une des source les plus concentre en lectricit et en hollandais dbauchs.

J''ai 3 heures d''avance. Je vais flner dans le coin, a a l''air magnifique. Il fait beau, je me pause au soleil sur le quai en face de l''Ekko en coutant Goatsnake. J''m''ennuie un brin quand mme. Je finis par revenir vers la salle pour jeter un oeil aux groupes figurant sur le programme du mois. J''aperois soudain quelqu''un qui me fait des signes par la fentre, c''est Adrian !







Je m''explique : en tant que seule (?) amatrice franaise de Valis, et plus encore de Kitty Kitty, je m''intresse un tantinet ce groupe et suis en contact avec le bassiste (Adrian (Makins)) de ces 2 groupes depuis un certain temps, et figurez-vous que mon priple en car est la seule chose que j''ai eu a dbourser puisque j''ai t cordialement invite m''incruster l''quipe jusqu'' ce qu''ils quittent Utrecht le lendemain, royal. Il m''a donc reconnu, me fait entrer dans les lieux et me prsente Pat (hey une fan de Kitty² !), son frre Van (salut, t''aurais pas un accordeur ?), tous quoi (nice to meet you & you & you & you.). On prend place ct pub, mon anglais n''a jamais t aussi pourri : je ne capte rien ou tout comme, c''est horrible, a a jamais t terrible mais l c''est vraiment pire que tout et ce sera le GROS bmol cette petite excursion. Premire can de Grolsch, et on s''en sifflera profusion, 8 a tout casser pour moi et bien une vingtaine pour mon hte. Celui-ci me demande d''ailleurs si j''veux accompagner a d''un peu de weed : un peu mon n''veu ! je tends la main instinctivement et il me file une pipe (merde j''prfre fumer des joints moi), je la prends quand mme, elle s''teint misrablement, j''insiste pas et je la lui rend, Mike (un gars de la crew) vient passer et me donne un bon vieux joint : et putain elle est bonne, trs forte, bizarre, on dirait que ses effluves sentent l''orange. Bires et herbes sont locales et on s''en enverra allgrement (bah eh, faut bien vivre hein, surtout si c''est gratuit). Adrian me dit que je connais dj Greg qui est assis notre table. ah bon ? Greg. ah oui ! c''est le booker europen d''une flope de groupes SmallStone (Five Horse Johnson, Acid King.), je l''avais vu Paris au concert de Clutch/FHJ, comme le monde est petit, c''est fou. On parle un peu de nos affaires en cours, unanimes pour trouver qu''il faut tre malade pour produire des groupes stoners, j''en profite pour en placer une propos de Yawning Man (c''est plus fort que moi, pardon). La communication est trs dlicate, j''assure pas une bille, c''est honteux. Heureusement, Mike a tudi quelques mois Toulon jadis et se fait un devoir d''appliquer ses restes de franais, tant mieux pour moi. Van se joint nous, ''Regular John'' (de QOTSA) en musique de fond, il s''emballe puisqu''il a fait partie de Gamma Ray (QOTSA sous son 1° nom), petit scoop appris sur le vif : Carlo Von Sexron, le pseudo qu''avait choisi Josh Homme pour son rle de bassiste sur l''album homonyme, tait l''origine celui de Van ! D''ailleurs, a les amne parler brivement de Josh, il semble qu''il soit considr plus ou moins comme un tratre, c''est triste.

Les gens autour de notre table, s''clipsent un un, finalement il ne reste plus que Mike et moi, on parle, je ne sais absolument plus de quoi, amnsie d''alcoolique sans doute. On vient nous chercher : a va commencer. Je me dirige vers la salle, toute contente d''assister un show d''Astrosoniq (opener local, trs bon groupe de space rock) pour la premire fois. et je ralise que j''ai pass beaucoup plus de temps au bar que prvu : Astrosoniq ont dj jou, c''est au tour de Valis. Merde, j''ai loup l''occasion de ma vie de voir une prestation de ce groupe nerlandais, je suis dgoutte, mise part la laideur incontestable de leur coverarts, j''aime normment ce qu''ils font. C''est malin. Pour le coup, j''ai vraiment les boules.



C''est donc Valis que je trouve sur scne en gagnant la salle. Il ne doit pas y avoir plus de 50 personnes. Il y a un vide devant le groupe, puisque le public est amass 5 mtres de la scne. pas cool, mme Paris on ose approcher. Pourtant, la clientle semble tre enthousiaste, elle siffle, elle crie, pourquoi ils ne se font pas voir en plus de se faire entendre ?. C''est trs regrettable. Ca n''empchera pas les guitaristes Conner, surtout Pat, d''tre particulirement dchans, Adrian et sa basse sont plus sobres mais pas moins efficaces (il donnera mme dans le feedback, tonnant).







Quant Sean la batterie, je me demande comment il parvient jouer avec autant d''nergie aprs toute la marijuana qu''il s''est enfil, c''est presque miraculeux d''tre tmoin d''une telle matrise aprs l''avoir vu, une demie-heure plus tt, 2 doigts de se liqufier sous la table tellement il tait ramolli par son herbe. Sans partir en jams, beaucoup de morceaux sont rallongs par un patchwork de petites impros en tout genres qui apporte de la diversit ce set et rend certains titres quasiment mconnaissables : a me plait a ! Ce groupe est surprenant. Ils nous offriront mme une reprise du combo ''comdie rock mtal'' le plus barr des 80''s : Bad News, et pour ceux qui pensent qu''il n''est plus possible d''entendre du Screaming Trees en live, sachez que le grand frre Conner se laissera aller reprendre (quoi que a lui appartient un peu quand mme.) Beyond The Horizon pour clore la prestation !







Je ne suis absolument pas due d''avoir parcouru tout ce chemin pour voir Valis. Je les trouve vraiment meilleurs en live, car tout ce qui me ''gne'' un petit peu sur album (trop d''effets synth, trop d''cho dans le chant : son trop nickel) est peine discernable sur scne, Valis en raw version : c''est parfait. Un spectateur me demande soudain si j''peux pas lui filer une bire gratos - moi pas comprendre (??) - en fait il m''explique qu''il m''a vu avec le groupe (il doit croire que j''suis de la crew ou quelque chose comme a), je vois, je vais lui chercher un bire dans les loges (+ une pour moi au passage, d''ailleurs je manque de me paner la gueule en revenant). Et en fait ce gars reconnu le logo Man''s Ruin sur mon paule et me dit qu''il collectionne les disques : comme moi ! Il possde le split 10'''' Valis vs Kitty Kitty et me demande si y a moyen que je le fasse signer par le groupe, je ne peux que rpondre positivement une telle requte, surtout manant d''un homologue collectionneur, on rglera a aprs le show !







Valis en raw version, c''est tellement gnial que la foulette en redemande et aura le droit 2 titres en rappel ! Le (trop court) concert termin, Adrian me dira en descendant de la scne que le groupe n''a pas assur son got. Alors l, je suis pas du tout d''accord et j''vais rapporter a Van (comment crer un conflit dans un groupe en 2 leons) qui est outr tellement il est pas d''accord non plus et trouve mme que a a t leur meilleur depuis le dbut de cette tourne europenne, a me fait extrmement plaisir de savoir que j''ai assist a.

Setlist : We Got A Situation,

Voyager, Venus In Red, Indian Giver, All Phase, Warriors Of Ghengis Khan (Bad News), Welcome To Homeschool, Head Full Of Pills, World In Decay, Paper Doll, Beyond This Horizon (Screaming Trees)








Aprs tout ceci, on retourne se droguer au bar, une bire la main, videmment. Je pars la recherche du dutch collector et sa p''tite amie pour les amener au groupe. Et ils sont ravis de s''asseoir notre table, et moi aussi car j''avais jamais eu l''occasion de rellement discuter, dans la longueur qui plus est, d''un des trucs qui me passionne le plus dans la vie : Man''s Ruin. Juste dommage que je galre avec l''anglais, quoi que a a l''air d''aller mieux avec ce hollandais. Il veut mon e-mail pour qu''on s''entre aide trouver de quoi complter nos collections, j''approuve bien sur ! Quelle meilleure occasion de refourguer un flyer du concert parisien de Yawning Man ? (plus fort que moi j''vous dis.)

Il va tre temps de partir, je quitte mon nouveau correspondant et sa dulcine (qui nous ont offert une tourne de demies dans un lan d''moustillement valisien) pour aller m''installer dans le van, on roule vers l''htel o on passera plus de temps aller pisser de la bire qu'' dormir. C''est dimanche, on se prlasse tant qu''on peut, pas presss de devoir se lever. Un caf m''attend quand j''sors de la douche : la journe commence bien ! Tiens, il y a le nouveau testament en guise de livre de chevet, je le garde en souvenir. Adrian me demande si je veux venir en Belgique avec eux, c''est pas l''envie qui m''en manque, mais j''ai dj mon ticket de retour Utrecht – Paris. De toutes faons, Valis revient en Europe dbut 2006 si tout va bien et j''ai rellement hte, parce que ces gars, en plus d''tre un tas de bon musiciens au pedigree assez impressionnant (Screaming Trees, Kitty Kitty, TAD.), sont galement des crmes tous autant qu''ils sont. 11:00, le temps est venu de reprendre la route, dans la voiture, Mike est dj en train de se rouler un joint, et je pari que c''est pas le premier de la journe. Ils me dposent proximit de l''endroit o je prends mon car de retour.







15 heures douiller du cul pour 24 heures hollandaises aussi mmorables, a aurait finalement pu faire plus mal.

VALIS

Retour à la liste des live-reports

Chargement...