Interview de Stephen O'Malley (SunnO))), Khanate, Burning Witch...)

— Slow End, le 04 mars 2006 (1736 lectures)

- par Ez, Nirguna & toine000 A peine remis de l'assez monumental soufflet qu'a été le show Earth / Sunn O))) au Point FMR de Paris, reprenons donc la route direction la Suisse, pour une virée bucolique destination Dudingen, avec pause d'une heure dans les chaleureux bureaux de la douane helvétique. Ramassons dans la foulée le mystérieux Nirguna sur le bord du chemin champêtre qui mène au Bad Bonn. Retrouvons l'ami Ezra pour régler autour d'une ou dix bière(s) les derniers détails des questions que nous nous apprêtons à poser au fort sympathique Stephen O))) Malley, qui préférera grelotter en coeur sur un rustique banc de bois 'en terrasse', plutôt que de profiter des effluves de chanvre indien qui enfument à bloc une salle densément peuplée de gais lurons qui n'ont sûrement aucune idée d'à quel point cette bande d'aimables petits ricains qui soundcheckent un peu plus loin est sur le point de faire virer l'ambiance au macabre dans quelques heures. En attendant : à nous Stephen !

Alors, comment se passe la tournée ?

C'est super. Oui, ça se passe vraiment très bien.

Qu'est-ce que ça fait de tourner avec Earth ? Pour autant que je sache, c'est la première fois que vous le faites.

Nous avons fait quelques shows ensemble ces dernières années, mais, oui, c'est notre première tournée, et c'est chouette, tout le monde s'entend très bien, donc c'est très amusant, c'est comme une sortie entre potes. Très amusant. Et. musicalement, les deux groupes cartonnent vraiment je trouve, jouent très bien et envisagent de nouveaux territoires, ce genre de trucs.

Les deux groupes sont en ce moment en train de prendre de nouvelles directions, est-ce que c'est ce qui vous a amené à tourner ensemble ?

Oui, nous sommes des groupes progressifs et je pense que nous nous complétons bien d'une certaine manière, en tout cas en tournée. Même si notre musique est très différente, il y a des éléments communs au niveau des liens entre musique et des abstractions comme le temps, la vitesse, le ton, ce type de choses, etc. C'est cool de pouvoir les mettre en commun lors d'une tournée.

Une question à laquelle je ne t'ai jamais entendu répondre. Avec quel instrument as-tu commencé à jouer de la musique ?

Quand j'étais gosse je jouais de la musique. j'étais dans un groupe scolaire et je jouais de la clarinette, puis j'ai joué de la clarinette basse, j'avais quoi. 10 ans quelque chose comme ça. Ensuite j'ai joué de la cornemuse écossaise, puis de la basse, de la guitare. Je n'ai pas pratiqué la guitare avant d'avoir 18 ou 19 ans, ça paraît assez tardif vu que beaucoup de gens que je connais, qui jouent de la guitare, ont commencé à 12 ans voire plus tôt.

Et ça se passait à?

J'ai grandi à Seattle, c'est là que j'ai commencé à jouer.

Est-ce que tu perçois tes différents projets musicaux comme une sorte d'entité universelle ?

Bien sûr, de mon point de vue, c'est juste comme différentes. expressions, mais c'est toujours moi, même si du point de vue de l'auditeur, ces différentes expressions peuvent sembler plutôt désespérées parfois. Mais c'est simplement des états émotionnels communs que je recherche quand je fais de la musique : la transe, les éléments liés à la transe de l'esprit est une des principales choses, donc il y a forcément des similitudes, mais c'est comme différentes personnalités.

Je crois que tu travailles aussi dans le design y compris pour de la pub, c'est juste ?

Oui mais je n'en ai pas fait depuis l'été dernier, je n'ai fait que de la musique. Ou du design lié à la musique.

Donc en ce moment il n'y a pas de projet graphique en cours ?

Et bien, je fais du design mais. ce mois-ci je n'en fais pas parce que je suis en tournée et. Enfin oui, c'est ce que je fais. C'est l'autre facette. (ndt : on sent qu'il n'a pas nécessairement envie d'en dire plus).

Est-ce que la musique et le graphisme sont connectés d'une manière profonde ou est-ce qu'ils vont dans des directions différentes et plus ou moins indépendantes ?

Et bien je m'occupe de tout le travail de design pour nos groupes, presque tout, ou du moins. En tout cas tout vient de nous directement. Donc de ce point de vue, oui, il y a un lien, mais ça dépend beaucoup du projet ou de l'album ou de différentes choses, comme l'orientation artistique, par exemple pour Black One, nous avons confié notre oeuvre à un illustrateur, et je me suis occupé du design pour assembler les différents pièces, mais les principes esthétiques sont beaucoup basés sur d'autres principes que mon propre style.

Et concernant les artworks que tu réalises pour d'autres groupe ; est-ce que tu as tendance à coller à leur musique ou est-ce que tu mets une certaine part de toi-même dans ton travail ?

Ca dépend vraiment du groupe et de la manière dont il m'approche. Certains viennent vers moi avec des idées bien précises, d'autres viennent avec une palette ouverte genre «t'as quartier libre». Mais j'essaie d'être proche du groupe, d'être en connexion, sauf si je n'aime pas la musique ; c'est ça être un professionnel, tu dois accepter certains boulots de commande, parfois. Si c'est le cas, et que j'ai un minimum de liberté artistique, alors je me lance dans des choses un peu plus expérimentales. Mais certains projets laissent de la place à l'expérimentation de toutes manières, tandis que d'autres ne l'appellent pas du tout, en étant très direct et dirigiste, où l'on se concentre plus sur les détails que sur l'esthétique. Mais dans tous les cas j'essaie de respecter l'univers visuel du groupe, évidemment. Même si je n'aime pas la musique, j'essaie d'entrer dedans.

Tu pourrais nous donner un exemple de projet qui n'aurait pas été très...

Ben, ce n'est pas comme si je détestais non plus, mais l'intérêt n'y est pas toujours. Certaines choses pour Southern Lord auxquelles je suis comme qui dirait commis d'office. C'est Greg qui est à fond dedans. Bon il y a aussi d'autres projets en free-lance, mais. Je ne suis pas toujours dans l'esprit «OMAGAD je suis le plus grand fan des groupes pour lesquels je travaille». Ce que j'apprécie c'est le fait qu'ils aient, hum. la capacité d'aller plus loin et d'essayer de mettre un peu de pertinence, d'esthétique un peu intellectuelle qui est souvent absente dans le monde du design lié à la musique, je trouve. Tout est toujours superficiel ou émotionnel.

Oui, des artworks purement fonctionnels, quoi.

Exactement. Suivant le style de musique tu as toujours les mêmes clichés, pour le metal par exemple, beaucoup de choses ressemblent à des jeux vidéo, des jeux de rôle, tu sais ce genre de trucs fantastiques, des machins en 3D. Les fans aiment ça, mais tu sais, je crois qu'il y a tout un autre niveau dans la musique metal qui permet un type de graphisme plus mature, ou du moins une approche différente, même si le sujet lui-même est stupide.

Passons à un autre sujet : est-ce que tu prends les fans en considération quand tu composes de la musique ?

Non. (ndt : long silence lourd de sous-entendus) Je ne fais pas dans le divertissement. Mais je pense que c'est une bonne question. La musique est une forme d'expression divertissante la plupart du temps. Des gens produisent quelque chose qui divertit. Mais je ne pense pas que notre musique soit faite pour ça. Même si cela peut-être être divertissant pour certaines personnes, je pense que c'est plutôt. Enfin ce n'est pas le but, le but n'est pas de divertir, le but est ailleurs. Et je pense que les fans. Disons que nous prenons en considération les fans dans la mesure où nous leur donnons une partie de ce qu'ils recherchent dans la musique qu'ils écoutent. Mais c'est collatéral.

Black One : tu en es satisfait ?

Oui, je l'aime vraiment. Tout le processus s'est avéré super stimulant. C'était vraiment un projet terrible. Tu sais, chaque aspect de chaque chose. Nous essayions de faire de nouvelles choses, avec notre enregistrement, des choses que nous n'avions encore jamais faites. Peut-être que tout n'a pas été complètement inédit, mais devant nous s'ouvre de nouveaux horizons. Mais c'est toujours Sunn O))), sans aucun doute. Yeah

Black Two : Est-ce qu'il y en aura un ?

Je ne sais pas. Il n'y a rien de prévu pour l'instant. Nous travaillons sur un album différent en ce moment, appelé Altar. En fait c'est une collaboration avec Boris. Et beaucoup d'autres gens d'ailleurs : Dylan (Carlson) joue dessus, Joe Preston, Kim Thayil de Soundgarden, Jessie Sykes, Bubba Dupree etc. Il y a beaucoup de gens impliqués, ça va être un putain de disque. Les morceaux ne ressemblent à aucun des deux groupes, mais tu peux quand même savoir qui les joue.

Et c'est pour quand ?

Pour septembre je pense, oui, nous devons encore le mixer mais ça se fera en juin.

Sur Southern Lord ?

Oui. Et Inoxia, le label de Boris, fera une version japonaise.

Je suis sûr que tu es au courant de l'enthousiasme dément qui tourne autour du merchandising de Sunn O))), Earth et Boris. C'est marrant.

Oui c'est marrant et bizarre. Hier soir nous étions à Genève, c'était un soir de repos. Et ça m'a fait quelque chose comme : « fuck ! nos 12 pouces de la tournée sont déjà sur eBay, des mecs les vendent pour 75 dollars US ». mmm ? pour 100, même ? ouais tu vois, c'est ridicule, mais quelque part c'est un marché de collectionneurs ; ce sont des objets que les gens veulent. Et tu sais, c'est vraiment un compliment. Des gens fortunés sont prêts à payer pour ça. Je ne peux pas me le permettre, mais certaines personnes le peuvent, tant mieux pour eux.

En parlant de ça, est-ce pour cette raison que vous avez pressé 5000 copies vinyles de Black One ?

Oui en quelque sorte. Même si nous avons encore fait différentes couleurs de vinyles. Nous l'avons fait en cinq couleurs différentes, toutes des variations de gris, donc au final ça donne un truc du genre : ok, il y a le transparent, le marbré, l'opaque. Donc quelles sont les couleurs ? Ben gris. Gris gris gris. et NOIR ! (ndt : ce monologue prononcé avec un enthousiasme qui frôle l'hilarité) Les noirs sont en fait les moins nombreux. Là évidemment ça fait un peu mal aux collectionneurs, mais il faut savoir que si nous pressions peu jusque là, ce n'est pas parce que nous voulions réserver le vinyle à une élite. Quand nous avons fait White 1 en vinyle, nous ne savions pas si qui que ce soit allait l'acheter, c'était un risque. Ca coûte cher, le Seigneur des Presses de Southern Lord, c'est Greg, c'est son pognon, et c'était vraiment un risque. Mais avec Black One, je ne sais pas, il y a beaucoup plus d'intérêt pour le groupe à présent, ce qui nous permet de faire ça. 5000 copies, c'est beaucoup.

Une idée de combien vous en avez vendu ?

Je crois que tout a été envoyé depuis Southern Lord. Ouais je pense que Black One se vend vraiment bien. Mieux que n'importe quel autre de nos albums. C'est le plus gros jusqu'à présent, en ce qui concerne les ventes en tout cas. Pourtant il est vraiment extrême aussi. L'album est cru, il est sombre, je pense qu'il est tout sauf accessible. Peut-être que Flight Of The Behemoth était plus éprouvant, mais Black One est passablement exigeant, même si paradoxalement nous nous sommes orientés vers des morceaux plus courts. Comme si nous faisions un film avec davantage de scènes, si tu veux.

J'imagine que c'était calculé, mais penses-tu que vous avez pris un risque en faisant des morceaux plus courts ?

Bon, ils sont plus courts, mais ils font toujours quelque chose comme 10 minutes, ça reste long. Greg voulait vraiment essayer des pièces plus courtes, et je suis content que nous l'ayons fait. J'adore les morceaux de 20 minutes et des poussières, mais bon, nous en avons fait un paquet, et je pense que Black One est plus proche de ce que Sunn O))) est en concert, parce que nous avons plusieurs pièces qui entrent en jeu pendant une performance d'une heure. C'est cool, je veux dire, c'était vraiment honnête, c'est n'est ni trahison ni prétention d'avoir fait ça.

A propos de la popularité et du fait que vous avez attiré, en particuliers aux USA, une grande foule de personnes qui n'iraient normalement pas dans les concerts de metal, ceux que certains qualifieraient de «trends», est-ce que tu te considères, ou ton oeuvre en général, comme possédant une certaine sensibilité avant-gardiste ?

Oui, je pense que Sunn O))), rien qu'en regardant le public de nos concerts, a une relation très large avec l'auditeur. Nous ne sommes pas un groupe de metal, nous ne sommes pas un groupe expérimental, nous ne sommes pas un groupe électronique, mais toutes ces choses coexistent dans notre musique. Ce sont plus les origines et le parcours des gens impliqués que la musique que nous jouons, ou notre son, qui entrent en jeu. Nous essayons d'explorer les fondements de ce qu'est Sunn O))), c'est-à-dire une «amplifier music» transcendante, primordiale et viscérale.

Pourquoi est-ce que vous n'employez pas du matériel 100% Sunn O))) ?

Euh. toutes les guitares sont des Model-T's, et les amplis sont des ampeg. Je ne comprends rien aux détails techniques, tout ce que je sais c'est que. Ok, disons que ce n'est pas qu'une question de marque, les Model-T et les ampeg sont ce que nous voulons pour notre son. La raison pour laquelle nous avons pris ce nom n'est pas à prendre avec trop de sérieux, c'est plus un délire du genre «ok vous êtes Sunn O))), et oh voici Earth». Greg et moi faisions des trucs crados à la Melvins. «T'en penses quoi ? on pourrait s'appeler Sunn O))), le logo est cool». En même temps ça fonctionne vraiment bien. Ca ressemble à un terme alien. Tu ne penses pas que notre musique à quelque chose d'alien ou de céleste ?

Vous semblez vraiment avoir un son et une identité bien définis. Vous n'avez pas de temps en temps envie de vous distancer de votre background, du son Sunn O))), du logo Sunn O))), des amplis Sunn O))). et de Earth ?

Nous ne pouvons pas. Je veux dire. POURQUOI ? si nous avons notre propre identité, ça n'a aucune importance pour moi la manière dont elle est perçue. C'est ce que nous faisons. Nous aurons toujours une relation avec Earth. Nous sommes complètement influencés par eux, toute ma manière de jouer de la guitare en dépend. Mais je ne crois pas que ce soit une mauvaise chose, comme si nous étions des rip-off ou ce genre de mecs. Et une grande partie de ce que nous faisons cherche à aller plus loin. Comme ce que nous avons fait sur Black One en prospectant du côté du black metal. En l'occurrence une certaine intensité inexplicable qui fait que quand tu écoutes, c'est émotionnellement surchargé.

Est-ce que votre principale influence est la scène américaine ou est-ce qu'elle vient plutôt directement de la scène norvégienne ?

Oui, j'ai une histoire personnelle avec ça. Et Greg aussi, d'ailleurs. Disons que depuis le début des années 90 j'étais à fond dedans. J'avais un fanzine sur le black metal appelé Descent, j'ai bossé au milieu des années 90 pour un label appelé Misanthropy Records, qui sortait les disques de Burzum, j'ai fait des artworks pour certains de ces groupes comme Emperor. Tu sais j'étais un énorme fan de ce qui se passait à ce moment, et je le suis toujours. Je ne sais pas si c'était dû à mon âge ou quoi. Quelque part cette musique doit compter. Par exemple, De Mysteriis Dom Sathanas est une pierre angulaire du metal. C'est meilleur, et c'est plus important pour moi que tout ce que Slayer et d'autres ont pu faire. C'est vrai. putain, ça touchait à quelque chose d'essentiel. Je ne dis pas que Slayer était banal d'une quelconque manière ou était un groupe de seconde zone, mais pour moi. Sans doute qu'il y avait dans Mayhem quelque chose qui dépassait la musique, et qui m'inspirait davantage.

Quel est votre rapport avec la scène black metal américaine en ce moment, par rapport à la présence de Malefic (de Xasthur) dans vos rangs, notamment ?

C'est un rapport basé sur des relations personnelles et entre fans. Tu vois, Greg était à fond dans Leviathan, euh. Je l'avais entendu mais ça ne m'accrochait pas. Jusqu'à ce qu'un certain album sorte et que Greg me dise «tu devrais vraiment écouter ce groupe, parce que ça sort du lot, franchement», «ok je vais voir. putain c'est vraiment cool, c'est progressif» (ndt : Stephen semble obsédé par ce terme de «progressive»). Bref nous sommes entrés en contact avec eux. Et pour ce qui est de leur contribution à l'album. Quand nous préparons un album avec Sunn O))), le concept n'est pas bouclé avant que nous entrions en studio, c'est en quelque sorte le résultat de tout ce qui s'est produit depuis notre dernier enregistrement, les gens que nous avons rencontré et impliqué. Ils sont dans le clan Sunn O))) si j'ose dire, et le concept de ce qui se passe sur l'album doit beaucoup à ces gens. Parce que Sunn O))) c'est. Je veux dire, Greg et moi dirigeons le tout, bien sûr, mais ce n'est pas nous, ce sont d'autres choses, notamment la combinaison des gens qui y sont impliqués. Donc, euh. Pour Malefic aussi, nous l'avons rencontré, avons noué contact. La manière dont ce mec joue de la guitare est vraiment étrange. Je veux dire c'est unique, ce type a vraiment quelque chose de différent et de particulier.

Et tu apprécies les one man's band, n'est-ce pas ?

Beaucoup de groupes américains le sont, ou semblent l'être, parce que l'isolation c'est la musique, franchement. Les choses n'existent que dans leur esprit. et sur album. tu sais c'est un peu comme. comme l'évocation d'une idée qui n'existe ni comme un groupe de musique, ni sur le plan social, ça me semble vraiment intéressant. Je pense aussi qu'il y a quelque chose dans la société qui engendre ce type de projet et ce style de musique.

Au niveau de vos influences, quelle importance la musique industrielle a-t-elle dans Sunn O))) ? Je crois avoir lu que le premier Godflesh était un de tes albums préférés.

Oh oui. Je suis vraiment fan. Bien plus, en fait, je suis aussi dans des trucs plus anciens comme Throbbing Gristle. Industriel est une étiquette étrange. Ce n'est pas aussi clairement défini que metal, jazz ou expérimental. C'est un terme creux qui englobe beaucoup de musiques naïves. non, plus que naïves. disons musiques électroniques qui ne sont pas considérées comme académiques. Ou expérimentales. Un truc comme Coil est considéré comme industriel alors que. Ou alors ils sont rangés sous le rayon industriel dans les magasins de disques. J'aime énormément de musiques différentes. Godflesh est juste un putain de classique. Quelque part, ils sont une sorte de groupe de metal, je crois, mais.

Tu t'inspires de leur musique ? Le feeling, probablement. La désolation ?

Oui en quelque sorte. Mais la musique de Godflesh est davantage. Quand j'étais plus jeune, j'adorais Pearl Jam. Et Godflesh me faisait le même effet. Euh. comment s'appelle-t-il ? Streetcleaner ? Ca sonnait vraiment comme si Justin Broadrick essayait de chasser les rats de son navire. De se purger lui-même. Je pense que c'est une des choses puissantes que la musique permet. Une sorte de filtre.

Parlons de vos autres projets : Burning Witch. Qu'en est-il des rééditions ?

J'aimerais beaucoup que cela se fasse, même si rien de précis n'est prévu pour l'instant. Il y a certains plans dont nous avons discuté mais rien de solide. Si ça se fait, j'imagine que nous nous tournerons vers Southern Lord. Ce serait stupide de le faire ailleurs, sachant que Greg était dans le groupe, enfin, qu'il en était l'instigateur. Je pense qu'on parle beaucoup de ces rééditions parce que nous avons repris contact ensemble, et que c'est comme si Edgy était un peu ressorti du bois. Mais alors que nous parlons de rééditions, certains nous voient déjà jouer des concerts, faire une tournée, enregistrer un nouveau disque etc... Mais je ne sais pas trop, je suis méfiant. Ce serait comme de jouer des reprises, parce que je n'ai plus la tête là-dedans. J'adore ces disques que nous avons fait, je pense qu'ils sont hallucinants, mais c'est différent. c'était un autre temps, c'était il y a dix ans. Il y a tellement de choses enthousiasmantes qui m'arrivent en ce moment. Ma réalité est tournée vers. Faire un nouveau Khanate ou essayer de nouveaux projets. Même si j'aimerais à nouveau jouer avec ces mecs à l'occasion. Mais je préférerais du neuf, par exemple Jamie a un groupe de black metal, je crois.

Donc ce serait tout sauf une reformation.

Non, c'est autre chose. Ce mot n'est pas quelque chose que je veux. Je n'en ai pas besoin. Je trouve qu'une reformation. Ca veut dire que tu reviens à quelque chose, et je pense que j'ai progressé bien au-delà. Rien ne reste de ce que j'étais alors. J'ai été impliqué dans la création d'autres univers sonores entièrement différents. Ce serait pour ainsi dire une régression. Je sais que les gens adorent Burning Witch, et que ce se serait l'occasion de faire une tournée triomphale, que les gens se réjouiraient d'aller à un concert de Burning Witch, mais. Ouais j'ai aussi l'impression que ces reformations, spécialement quand c'est si loin dans le passé et que les gens ont évolué. On pourrait les appeler «jammer avec les gens à nouveau», mais la reformation est absurde. Oui, et des choses bêtes comme. les amplis, les trucs sur lesquels ont jouait à l'époque, on ne pourrait plus s'en servir maintenant. Mes goûts sont différents. ne serait-ce que ça. Je ne dis pas qu'il faudrait absolument jouer avec le même équipement, mais c'est une grosse part de ce que ce groupe était. Comme n'importe quel groupe. C'est la somme de l'équipement qui crée une grande part du son du groupe. Donc si je mettais mon matos de Sunn O))) au service de Burning Witch, ce serait complètement différent. ça sonnerait comme Khanate. Je veux dire, la musique de ce type que j'ai envie de faire maintenant, c'est Khanate, je ne peux pas faire semblant. «Okay, dans quel état d'esprit j'étais, déjà. Ah ouais j'étais à fond dans Celtic Frost, Black Sabbath et Burzum. Bon je ferais bien de réécouter ces disques». Mais bon, j'aimerais quand même jouer quelque chose de plus metal de temps en temps.

Tu vas voir Celtic Frost ?

OUAIS j'ai déjà mon ticket pour New York, c'est un peu stupide mais ça fera une pause. J'aime la mentalité de Celtic Frost, s'échapper de la petite ville pour devenir un grand groupe de rock. Ils jouent dans ce club à New York, le BB King's. C'est stupide c'est comme. Je sais pas. Beaucoup de groupes de metal jouent là-bas malgré le fait que ce soit un club à la con à Time Square et tout. Ils pourraient jouer dans un endroit bien plus cool. C'est la créativité du tour manager qui est en cause. Ils pourraient jouer dans un monastère ou une église, quelque part qui évoque davantage de choses que du headbanging et de la bière.

Est-ce qu'il y aura un nouveau Teeth Of Lions Rule The Divine ?

Euh. Il y en a un. Je ne suis pas impliqué moi-même dedans, ceci dit. JE CROIS qu'il y en a un. Justin Greaves essayait de réunir tout le monde, les mêmes personnes que celles de l'album Rampton pour faire un nouvel enregistrement. Mais c'est très difficile, même si nous sommes amis. Ca c'est fait parce que nous nous sommes retrouvés tous au même endroit. Ce n'était pas vraiment prévu. Justin et moi avions déjà joué ensemble, et soudain, tout le monde s'est retrouvé là au même moment. C'était du genre «ok, on se fait ces chansons et on les enregistre». Quoiqu'il en soit, il essaie de réunir tous les gens intéressé pour en faire un autre. Je pense que Lee sera de la partie, mais je ne pense pas que Greg en sera. Justin m'a envoyé une démo de choses qu'il avait écrite avec des gens. C'est assez différent de Rampton, en tout cas. C'est comme. Je crois que quelqu'un de Mogwai joue.

Alors la rumeur était vraie.

Pour autant que je sache, oui. Je n'ai pas trop accroché à la démo, mais j'attends de voir. Je pense que ce qu'il écrit est bon mais ce n'est pas à mon goût. Encore une fois, c'est ce que je disais pour Burning Witch, même si c'est moins extrême. Ce que j'avais aimé, c'est de jouer avec Justin, qui joue de la batterie d'une manière particulièrement lourde, c'est vraiment excellent de jouer avec un batteur comme lui. Enfin bref, ça va sûrement donner lieu à un nouveau disque. Pour ce que j'en sais. Ca me paraît bien.

Khanate ?

Oui. Il y a déjà quelque chose d'enregistré, en fait. C'est de l'impro. Je veux dire, le nouveau ; le reste de nos disques n'en est pas.

Dans quelle direction va le groupe ? est-ce que tu vois une progression d'un album à l'autre ?

Je pense que c'est un hommage à Fushitsusha. Tu connais ce groupe ? japonais. Keiji Haino. Dans le genre free-rock, free-noise-rock. en gros. EN GROS ! Mais c'est plus lourd, moins structuré, plus ouvert. Donc tu ne considères pas Khanate comme un groupe de rock, d'habitude. Disons que ce sera en effet plus rock que n'importe quel autre de nos albums. Plus dans l'esprit rock en tout cas. (ndt : ici Stephen est interrompu par l'arrivée tonitruante d'une voiture sur le parking de la salle, il semble perdre un peu le fil). ouais euh. la seule chose qui n'était pas improvisée sont les paroles d'Alan. Et pour ce que j'en sais, ils profitent du fait que je sois en tournée pour les travailler. James et Tim, pendant ce temps, ont enregistré un disque complètement improvisé, juste en duo, qui sortira sur Archive Recordings. (ndt : label de Scott Slimm, dont le catalogue est quasi intégralement constitué de live enregistrés par lui-même).

C'est un disque live ?

Non, en fait ça n'en est pas un. Donc ce serait le premier disque d'Archive enregistré en studio pour ce que j'en sais. Je crois que LSD March était en fait un album studio, je ne suis pas sûr, mais ouais, un des premiers c'est sûr. C'est vraiment bien ce qu'il fait. Oui je suis très content d'être impliqué un peu là-dedans, tu sais. C'est un label cool, c'est certain. Il a de très bonnes idées. Ce qu'il a fait pour nous est vraiment cool. Le mec enregistre tous les concerts où je vais, il est toujours là avec son enregistreur DAT, ces grosses lunettes de nerd du New Jersey et le micro clippé sur la casquette. Il est chouette.

Mais comment fait-il pour enregistrer des concerts comme les vôtres avec une qualité acceptable, il doit avoir un putain de matos ?

Ouais, il a simplement un excellent micro. Mais bon tout ce qu'il produit est masterisé de toutes manières, donc c'est retravaillé en réalité. Un peu comme le sera cette interview quoi.

Eh bien, je crois qu'on a fait le tour. Merci pour tout !

Merci à vous. (@ Marie) et ne t'évanouis pas cette fois, je pense que ça va être un concert !LOUD!

SUNN O)))

KHANATE

BURNING WITCH

Retour à la liste des interviews

Chargement...