Interview de Frédéric Patte-Brasseur (Ataraxie, Funeralium...)

— Tom, le 28 octobre 2004 (1023 lectures)

Salut Fred

Peux tu tout d''abord nous éclairer sur le contenu du nouvel album, et dans un cas plus général sur l''évolution musicale subie par Ataraxie depuis la sortie de " The Other Path " ?

Le nouvel album s''appelle " Slow Transcending Agony ", et comporte cinq chansons pour une durée dépassant les 50 minutes. Au niveau du style musical, nous pensons avoir fait un album de doom/death qui comporte de nombreuses références au doom/death ''old school'', avec toutefois l''inclusion d''éléments sonnant peut être plus modernes. Au niveau du son, nous n''avons fait aucune concession, puisque nous avons travaillé avec Kris Belaen aux manettes, qui a déjà enregistré des groupes comme Aborted, No Return, Kronos, Pantheist, Thee Plague Of Gentlemen, In Quest, et dont l''implication nous a énormément apporté de choses !

En tous cas, cet album présente de notre point de vue une logique, une unité que n''avait pas forcément son prédécesseur. " The Other Path ". Bien que sorti en janvier 2003, " The Other Path " reflétait un Ataraxie en pleine maturation. Les chansons de cet album avaient été composées parfois même avant mon entrée dans le groupe, et si je te classais ces chansons dans l''ordre chronologique de leur composition, on retrouverait celles qui sonnent death/black au début, et les plus doom/death à la fin.

Il est clair que nous avons depuis trouvé nos marques, développé un style propre, et qu''il y a maintenant un " son " Ataraxie. C''est assez difficile pour moi de le résumer, car il comporte de nombreux éléments. La base reste le doom/death du début des années 90, auquel nous avons inclus d''autres éléments empruntés au death old school, au doom extrême, avec des parties vocales qui sont maintenant beaucoup plus variées. un mélange de lourdeur, d''oppression, de mélancolie, de désespoir et de rage.

Pour quand est prévue la sortie de ce nouvel album, et comment ça se passe au niveau de la distribution ?

C''est une très bonne question à laquelle je ne sais pour le moment répondre. Nous sommes actuellement en pourparlers avec des labels, et nous devrions à priori sortir cet album sous contrat de distribution.

Vous jouez assez souvent sur scène et possédez une expérience scénique évidente. Que représente la scène pour vous ?

Ataraxie est un groupe de scène avant tout, nous composons toujours avec cette optique en tête. Sur scène, la musique prend vie, et gagne une force considérable. C''est une immersion totale, sans échappatoire possible. en tant que musicien, c''est un sentiment indescriptible de sentir un plancher trembler sous la puissance des amplis, d''être baigné par sa propre musique.
On a pu le voir, en studio, avec une personne compétente aux manettes, tout est possible. Il suffit d''avoir l''argent et le temps... mais enregistrer un morceau inefficace ''live'' demande à mon avis beaucoup d''efforts supplémentaires à faire sonner !
Tandis que sur scène, impossible de tricher. Et c''est ce qui pour moi fait la différence entre les bons et les mauvais groupes. Je crois en tous cas que j''aurai toujours énormément de mal à respecter les autistes qui ne sortent jamais de leur home studio !

Vous avez récemment joué avec Cult Of Luna et d''autres groupes de hxc, je suppose que ce fut un honneur de jouer avec un groupe de l''envergure de Cult Of Luna.Quelle expérience en retirez vous ?

Ce concert a surtout été notre premier passage dans la grande salle de la Locomotive, donc une étape importante pour nous !
Quant à Cult of Luna, c''est un groupe que nous apprécions tous dans Ataraxie. J''avoue d''ailleurs que sur ce plan, nous sommes très gâtés, car en comptant nos projets parallèles, nous avons pu croiser, jouer, et nous lier d''amitié avec énormément de groupes qui ont compté dans l''évolution musicale d''Ataraxie. Avoir des musiciens d''Evoken, de My Dying Bride, de Morgion ou de Mourning Beloveth au nombre de ses amis et fans, c''est une chose inestimable !
Pour en revenir au concert avec Cult Of Luna, j''ai apprécié le coté inhabituel de cette programmation. Cult Of Luna a pour moi autant à voir avec le doom qu''avec le hardcore, même si une partie du public hardcoreux n''a pas semblé comprendre les similitudes qui peuvent exister entre eux et nous.
Au final, je crois que ce concert a laissé peu de gens indifférents, en bien ou en mal, et j''espère sincèrement que nous avons réussi à toucher un nouveau public.

Comment décrirais- tu la scène doom française, aujourd''hui ?

Hé bien je dois dire que par rapport à ce qu''elle était à nos débuts, elle s''étoffe, ce qui est une bonne chose ! Bon, proportionnellement à la scène metal en général, elle reste très petite, mais je suis ravi qu''elle se pérennise.
La presse ne s''y trompe pas d''ailleurs, je crois n''avoir jamais lu autant de chroniques ou d''articles consacrés à des groupes de doom que l''année passée, et les groupes français en bénéficient aussi.
Concernant les groupes, je ne suis malheureusement pas encore en contact avec tout le monde, mais il y a dans le lot des groupes que j''apprécie énormément. Et il y a des formations, comme Inborn Sufferings, qui bien que très jeunes, me paraissent vraiment prometteuses.
Le seul regret que j''émettrai, mais il concerne aussi la scène ''doom'' en général, est l''amalgame existant encore entre le doom et le metal à tendance gothique-romantique-avec-chanteuses-et-violon-et-synthé-qui-suintent-de-partout. Non pas que je n''apprécie pas ce style, mais que prétendre que ceci est du doom est une profonde erreur !

Passons désormais à Funeralium, qui peut se vanter d''être le groupe de doom le plus extrême en activité en France. Pourrais tu décrire votre musique, et nous présenter le groupe ?

Funeralium est un groupe que nous avons fondé en juillet 2003. Marquis et moi cherchions à faire quelque chose de nouveau après Despond, et nous avons contacté Ys et Toxine d''Heol Telwen, que nous connaissions bien, et qui étaient très motivés pour monter un projet de doom extreme pour se joindre au projet.
L''intention de départ était d''arriver à mélanger nos goûts pour le doom traditionnel avec nos influences de doom extrême, à tenter de faire un groupe qui sonnerait comme un mélange de Burning Witch, Thorr''s Hammer, Electric Wizard, Saint Vitus et Bethlehem, et qui serait un champ libre à nos expérimentations.
Et c''est en jammant, dès les premières répétitions, que nous avons composé Transcendance #26 et Funeralium. Par rapport à nos autres projets, nous avons été très surpris d''arriver à faire ces chansons en si peu de temps, avec des riffs aussi simples. mais si efficaces !
Comme nous n''avions jamais entendu de groupe sonnant comme ceci, nous avons décidé de baptiser notre musique " ultra sick doom ", ce qui à mon avis reflète parfaitement le coté à la fois pesant, hypnotique et malsain de notre musique.
Nous avons donc enregistré notre démo " à la maison " au printemps 2004, qui rencontre à notre grande surprise un vif succès, et qui nous a ouvert quelques portes, comme le Ashes to Ashes, Doom to Dust Fest.

Justement en parlant de ce festival, qu''en retiens tu ?

Là, je crois qu''il faut rendre hommage à Manuel de Bunkur, qui a eu la géniale idée de rassembler les groupes les plus extrêmes du genre sur un seul et même festival !
Nous avions avec nous Forgotten Tomb en tête d''affiche le premier soir, et c''était un des groupes les plus " doux " de la journée, c''est dire si nous étions une belle brochette de psychopathes !
En fait, je retiens les deux faces de ce festival : d''un coté l''immense respect et la grande convivialité entre les groupes (très civilisés et boute-en-train quand ils ne jouaient pas sur scène), et de l''autre, cette apocalypse sonore sur scène. J''aimerai vraiment voir une telle affiche débouler un jour en France, je parie que ça botterait quelques culs !

Y''a-t-il d''autres événements de ce genre en prévision où Funeralium jouera ? Dans une autre mesure qu''en est t''il de vos prochains concerts?

Nous avons dores et déjà deux autres concerts de programmés, en support de la tournée de Halo en europe. Ainsi, nous jouerons le 27 novembre à Aalst, en Belgique, au Negasonic, en compagnie de Planet AIDS, et nous jouerons le 28 novembre à Rotterdam, aux Pays-Bas, en compagnie de Bunkur.
Malheureusement, comme tu peux le constater, nous n''avons encore aucun concert de prévu en France, ce que je trouve assez paradoxal, mais assez symptomatique de l''underground français actuel finalement.

Votre démarche au niveau de " ultra sick doom ", votre excellente démo, reste très underground. Uniquement en cassette et en quantité très limitée. D''où vient cette volonté de rester dans la " face cachée " ?

Effectivement, nous gardons délibérément une démarche très ancrée dans l''underground. Vu la musique que nous jouons, nous nous adressons de toutes façons à un public ''averti''.
Sur l''idée de !Bang or Be Banged! Qui nous a très sympathiquement approché pour sortir notre première démo, il nous a semblé plutôt logique de sortir celle-ci ''à l''ancienne'', en quantité limitée et en cassette. Histoire que l''auditeur de Funeralium soit une personne passionnée et motivée, et pas le premier wanabee venu !

Y''a-t-il des sorties à prévoir concernant Funeralium ?

Nous terminons actuellement la composition de notre premier album, que nous produirons une nouvelle fois de par nous-même, et qui sortira sur le label Komaworx - label qui ceci dit en passant, réédite la cultissime démo de Wormphlegm.

Merci à toi Fred, je te laisse le mot de la fin ! :-)

J''aimerais remercier tous les gens qui depuis tout ce temps, se sont impliqués dans Ataraxie et Funeralium. Et notre public, car sans lui, nous ne serions que quelques groupes de plus gratouillant dans leurs studios de répète ! et merci à toi !

J''en profite aussi pour passer cette annonce : nous serions ravis de jouer plus souvent en France, pour porter la bonne parole du doom ! si vous vous sentez de nous organiser un concert, contactez notre management à hairy.management@wanadoo.fr !

DOOM OR BE DOOMED !

ATARAXIE

FUNERALIUM

Retour à la liste des interviews

Chargement...