Doom death

A l'poque, The Gathering avaient encore une passion dvorante pour le gros metal qui tche... Celui aux guitares de plomb, la voix de cookie monster, aux leads vaporeuses... Bref, celle de ce bon vieux metal des '90s justement...
Mais le problme du dbut des '90s dira-t-on, c'est qu'il suit directement la fin des '80s...

Et seulement voil, The Gathering avaient l'poque, en plus de l'envie de frapper lourdement et metalliquement, une envie certaine de se dmarquer dj... et l'ennui c'est que justement, ils ont cru bon d'intgrer leur doom death old school un clavier top du top ultra kitschissime certes original pour l'poque, mais aux sonorits aujourd'hui affreusement douteuses...

Imaginez du doom / death au son vieilli, un poil pique, avec ma droite, une grosse rythmique et une basse bien pateuse et aux attaques parfois claquantes, ma gauche une lead timide mais intressante, l'arrire un batteur qui a un vocabulaire suffisament riche pour se faire remarquer mais pas trop une grande gueule non plus, dans le tas, un bon vieux grunter des familles la voix puissante et abyssale, et par dessus le tout, un clavier qui vient benner des mlodies d'un pompier vomir, aux sons synthtiques dats, et qui en plus a le malheur d'tre sur-mix, et la mauvaise habitude de ne plus vouloir s'arrter de marteler ses touches, comme un gamin qui on offre son premier synth la sortie de la foire europenne... cette mauvaise manie dglauquisant forcment la musique de The Gathering d'origine en lui filant un ct "La Vosgienne" si vous me passez l'expression...

Et pourtant derrire, des ides il y en a... Dj en ces temps reculs, du trs rare chant fminin thr en renforcement des vocaux death, des encore plus rares et franchement passe-muraille vocaux clairs masculins (si si, d'ailleurs je ne m'en tais mme pas rendu compte avant rcoute de la chose pour cette chronique, c'est dire...), des carrment rarissimes guitares acoustiques, et surtout des compos vraiment bien foutues, riches et intressantes aux breaks atmos bienvenus, des ponts terribles, de bons musiciens (y compris ce foutu clavier, qui au contraire aurait mieux fait l'poque d'integrer une formation prog no-classique...), et puis une musique finalement pas si loigne de la priode Anneke, juste "a bit heavier", comme ils s'aiment leur dirent...

Et puis voil, malgr tous les dfauts cits, moi j'aime. Ce disque, une fois son ct hideusement kitsch assimil, parvient crr des ambiances montagneuses gniales. C'est la fois lourd et froid, paradisiaque et abyssal, c'est frais et atmosphrique, reminiscent de tout ce que les '80s ont pu avoir de plus mauvais got, en bref, a du caractre, et suffit amplement...

Always... en trois mots : dat, glacial, jurassique


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs