THE WOUNDED KINGS - The shadow over atlantis
2010 · I Hate

Détails

   Psyché

Le constat reste inchang. Les anglo-saxons nous prouvent encore chaque jour qu'ils sont et restent les meilleurs crateurs en ce qui concernent le doom-metal. Le duo Mills/Birch nous l'avait signal ds son premier opus qui mine de rien, au fil des mois, gagn les faveurs de toute l'quipe au point que le consensus ne peut tre ignor en nos rangs. Une premire ou presque. Parmi les rares exemples qui me viennent l'esprit, hormis le Sabb', Electric Wizard ou Evoken, et encore, cela se cantonnant un album ou deux en gnral, difficile il est de runir les personnalits bien distinctes qui font la richesse (ou la mdiocrit selon les points de vues qui nous sont parvenus) de ce site. O n en soulignera d'autant plus la performance.
Toujours est il que cette seconde merveille va peut tre me faire mentir, mais vous saurez donc dj de quel ct je me range.

Ambiance thre, chant tout aussi hant, mysticisme, occultisme, sorcellerie, folklore, littrature gothique, les sujets traits et les motivations des deux musiciens (passs depuis pour la scne) sont rests tout aussi prvisibles que le contenu sonore. On a lgrement perdu le cot poussireux qui faisait une grand partie du charme d' 'Embrace...', prolongation surprise et alors bienvenue du plaisant 'Witchcult Today', au profit d'une ambiance plus spulcrale et caverneuse, un a organique et suintante, ravivant le plaisir du souvenir d'un monstrueux 'Caress of the Void'...
N'allez pas pour autant penser que les britanniques surfent sur un quelconque effet de mode. Au contraire, leur doom metal rac possde sa personnalit qui va sans doute devenir typiquement reconnaissable et les enfermer dans carcan dont certains lui reprocheront un jour son monolithisme ou un trop grand loignement, mais qui sait pour l'instant sait surtout et justement voquer les tnors sans pour autant penser une bte copie. Les interludes sombres et menaant crs l'aide d'un simple piano et quelques notes sourdes de basse suffisent prouver que Steve Mills sait mener sa barque l o il l'entend et n'attend surement pas la prochaine livre des toxicomanes du Dorset pour travailler sur ses prochains morceaux.

C'est d'ailleurs sans doute le seul reproche que je me permettrai de faire, en bon auditeur et fan ingrat qui ne sait pas se contenter de qu'on lui offre. Ce disque sorti assez rapidement, un an et demi peine aprs son prdcesseur nous a permis de ne pas ronger excessivement notre frein, mais aussi grande soit la qualit de ces compositions (et dieu sait si elle l'est), la dure est abominablement courte et deux coutes affiles suffisent peine calmer mon apptit d'album aussi classieux et je le souhaite, marquants.

The shadow over atlantis en trois mots : occulte, rituel, spulcral


Facebook 

Chargement...