ANCESTORS - Of sound mind
2009 · Tee Pee

Détails

Changement de format, changement de son, changement d'approche, j'ai eu peine reconnaitre le Ancestors de 2008, celui qui, mme si finalement l'album avait fini par se faire oublier sur un coin d'une tagre au bout de quelques mois, m'avait bien surpris avec son mlange HoF meets Asva saupoudr de psychdlisme 'Haight Ashburien'. Les barbus de Californie (il commence y en avoir plthore) ont chang leur fusil d'paule. Aujourd'hui, c'est la rvision aussi moderne peut-elle d'un possible enfant secret entre King Crimson et Pink Floyd qu'il nous propose.

En cela, il va invitablement souffrir de la comparaison avec un autre album amricain, sorti sur un autre chantre des labels plombs actuels, le mythique Rise Above. Je parle bien sr du monstrueux 'The Weirding' d'Astra dont je ne pourrai plus mettre sous silence bien longtemps mon amour fou...
Bien sr, les chipoteurs me soutiendront qu'Astra ne joue pas dans la mme cour, qu'il est aussi vintage et respectueux des dogmes anglais qu'Ancestors sonne frais et moderne, exploitant la puissance des moyens de production actuels pour en imposer aussi bien visuellement que 'soniquement' (oui, ils n'ont pas l'effet l'erreur d'engager Roper, eux, je le concde aisment...).
C'est pourtant en cela que s'appuie mon principal reproche envers eux. Trop insister sur un son lourd, des hurlements 'neurosiens' pour tenter de cacher un rel manque d'innovation.
L o Astra se place en rip off de qualit, conscient d'arriver bien au del de la fin de la bataille, Ancestors tente de faire croire que l'influence des groupes anglais l'a pouss vers de nouveaux firmaments psychdliques, o le doom croise le fer avec l'acidit des guitares corrosives d'un Grateful Dead. Que nenni, on a beau tre impressionn par la tracklist qui est pass de 2 8 morceaux, la moiti est constitus d'interludes sans queue ni tte, rappelant les pires moments du Roi Cramoisi, les exprimentations exasprantes qui nous font zapper coup sr pour rapidement atteindre les joyaux que l'on sait camoufls entre deux disharmonies et autres cacophonies qui intellectualise tort ce qui n'est finalement que de la branlette de musiciens.

Alors bien sr, ce disque contient des moments piques, d'excellents morceaux parmi ses meilleurs (The Trial), des ralentissements lourds et jouissifs, des ambiances planantes, des riffs qui tabassent mais ce n'est pas assez, on n'prouve la sensation d'avoir perdu une partie de son temps, qui aurait pu aider pleinement apprcier ce nouvel opus si l'envie de ressembler aux matres ne les avaient pousser, dans leur mimtisme, reproduire les mmes erreurs...

Of sound mind en trois mots : pique, syncop, frustrant


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Moyen
Moyen