Nirguna
le 23 août 2004 (766 lectures)

   Doom death

Morgion. Au-del de ce sobriquet trs typ station de sport d'hiver se cache sans aucun doute un des groupes les plus classieux de la scne doom/death actuel. Non, franchement, on pourra dire ce qu'on voudra, mais. Ce groupe a de la gueule, et ce Solinari n'y est pas pour rien.

Toujours dans une veine pentecostale (j'ai hsit avec pentecostesque, mais c'tait encore moins gracieux), savoir un doom/death trs mlodique qui privilgie les montes en puissance et qui s'agrmente de quelques acclrations ma foi assez efficaces. euh. et voil. chronique suivante, merci.

Vous notez j'espre l'irrgularit grammaticale de la phrase prcdente (une anacoluthe en bonne et due forme), elle prend tout son sens si on se rend compte qu'il m'a fallu moins d'une phrase pour dire peu prs tout ce qu'il y a dire sur cette galette. En effet, ce disque est tellement proche de l'archtype du doom/death parfait qu'il n'y a strictement rien en dire ni, et c'est plus grave, en retenir. Au fond l'album est tellement russi, que ce soit au niveau du son, des mlodies accrocheuses et doucement mlancolique, de la puissance de la voix, des parties plus death ou guitare clean et que sais-je encore, qu'on l'coute sans vraiment y prendre garde, tant il flotte dlicatement sans nous corcher quoi que ce soit.

Alors bon, je caricature un peu, je vous l'accorde, mais c'est un trs trange sentiment que celui que me laisse cet opus. Il passe vraiment tout seul, sans jamais russir m'accrocher, mais sans que je puisse non plus comprendre pourquoi, puisque si je me concentre dessus, il est indniable que la musique est vraiment puissante, le phras ajoute au ct pique et les mlodies sont excellentes. Je crois qu'au fond mon problme c'est de trouver cet album trop propre et gentil, de manquer cruellement de venin. Solinari, c'est la version musicale du nounours que vous treigniez pour vous endormir tant petit, mais un nounours deux fois plus grand que vous.

Ceci dit, au-del de mes tats d'mes, il y a tout de mme ce constat, vident, qu'il est totalement hors de question de ngliger ce disque, tant il a la classe. Car ce qui me fait trouver cet album un peu lisse et chiant, c'est aussi cette classe incroyable qui fait qu' la fin de The Last Sunrise, on se dit 'tain, il tait long ce premier morceau . Bah non, tu viens d'couter tout le disque.

Je pourrais spculer pendant des heures sur les raisons profondes qui font que je me suis finalement vraiment lass de ce Solinari (car ai-je oubli de le prciser, ce disque a longtemps figur parmi mon top 3 doom/death), mais ce serait bien prtentieux de ma part, alors je vais plutt conclure lchement en disant simplement que ce disque reste une valeur sure du genre. Pfiou, quelle inspiration, aujourd'hui.

Solinari en trois mots : pique, cosmique, majestueux


Facebook 

Chargement...