intheseblackdays
le 30 août 2009 (786 lectures)

   Psyché Space Rock

Curieusement, la premire fois que j'ai entendu parler, ou plutt lu le nom de Black Math Horseman, c'tait dans un magazine sur les choppers et autres motos custom. Car l'un des deux gratteux, le moustachu bret, est avant tout dans la vie un passionn de vieilles anglaises qu'il customise avec patience et raffinement, au point, pour l'anecdote (faut bien que mes autres saines lectures me servent autre chose qu' entretenir un filet de bave devant les nombreuses motos que je ne piloterai jamais) de rafler le premier d'un concours auquel il s'tait point avec sa Falcon (le nom de son garage) comme simple spectateur et non comme participant. C'est dire le talent du gars ce niveau ( www.falconmotorcycles.com/ les amateurs apprcieront, les autres dprcieront puisque forcment beauf car hors du cadre musical ).

Eh bien, mme si dans le contexte de BMH il n'est pas le seul matre d'uvre, on y retrouve cette envie de pondre un truc chiad, aux petits oignons, cette motivation proposer un rock metal lgrement teint de psychdlisme affut et poli, sans pour autant que le tout sonne comme trop travaill.

Si certains se souviennent de Butcher, le groupe de l'pouse d'Adam Jones de Tool, produit et accompagn par Scott Reeder ( la basse, forcement), au flop retentissant (Black Dahlia tait pourtant un bon dbut, c'est par la suite que cela s'croulait), on pourrait dire que BMH en est la version accomplie et matrise. Cette comparaison m'est venu l'esprit ds la premire coute, avant mme de me renseigner sur ce disque qui avait atterri je ne sais plus comment dans un de mes nombreux colis, et de m'apercevoir que c'tait toujours Scotty qui officie derrire la console de son ranch et le mme batteur au patronyme aux consonances russes. Les ambiances sont nettement plus nuancs et l'engin ne s'emballe pas ds les premiers riffs pour tout donner en un seul morceau. Mme si l'album est assez courts: 38 petites minutes pour 6 morceaux, chacun d'entre eux rservent son lot de bonnes surprise, entre ce fameux batteur dgourdi au jeu tantt tribal, tantt bien lourd, des riffs suivant le mme chemin ou tissant une toile arienne d'un psychdlisme aussi raffin que les motos de leur compositeur. L'cho du chant de la bassiste permet de rendre celui-ci envoutant, et sa mise en retrait lui vite l'cueil de miser une trop grande importance des compos sur celui-ci (qui a cri The Gathering?).

Mme si par moments, on pense invitablement Tool, probablement cause de ce son limpide, de l'vocation de ce fameux Butcher qui s'en rapprochait dj, BMH dveloppe largement assez d'ides personnelles pour qu'on le ressorte rgulirement avec le mme plaisir. Une sortie inattendue par un label qui a eu dernirement le nez assez creux je dois dire.

Wyllt en trois mots : planant, hypnotique, pur


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
Coup de cœur
Coup de cœur