SEVEN FOOT SPLEEN - Enter therapy
1999 · Tee Pee / MIA

Détails

Sinical
le 31 juillet 2009 (651 lectures)

   Sludgecore

73 mn de sludge...cet album est long comme un tron qui refuse de tomber...mais rassurez vous, c'est beaucoup moins incommodant. L'anal-ogie est autant incongrue que dplace sans doute. Et au passage elle ne me mne nulle part.
Repartons sur de meilleures bases. D'ailleurs l'album ne fait pas vraiment 73mn, c'tait une blague. Il en fait 63, pour cause que le dernier morceau est une longue plage constitue d'un unique sample tournant en boucle et donc, par consquent, atrocement dispensable. A part a, SFS, c'est du sludge qui colle aux chaussures (7 pouce pas plus), gluant souhait, parsem de riffs saugrenus, la plupart du temps lents as fuck version papi s'est perdu dans les marais, mais aussi tantt blastant, tantt d-beatant, tantt poum-poum-tchakisant. Le tout tant globalement salement pataud.
L'enregistrement est certes un peu sourd (faut bien monter le son), mais a renforce le ct touffant, l'impression de se trouver dans une cave moite pire qu'un hammam. Le ct poussireux aussi. Cet album me donne soif tellement il est poussireux (c'est cette occasion que j'ai ralis que le sludge tait galement une musique de soiffards).
And last but not least, je pense que vous apprcierez tous le hurleur de service, dont on a l'impression qu'il a un chat en travers de la gorge. Au sens propre videmment. Genre un chat avec vraiment plein de poils. Pis bien longs les poils. Et sales aussi. Du coup le hurleur, il aimerait vomir, mais y arrive pas. ET donc du coup bah a donne ce que vous entendrez, un ton de voix assez unique (sans blague).
Et si tout a n'a pas fini de vous convaincre, sachez que Johnny Morrow (de chez le singe de fer) a un t-shirt de SFS. Me demandez pas comment je sais, je sais.

Enter therapy en trois mots : pataud, poussireux, laid


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
Excellent
Excellent