YOB - Catharsis
2003 · Abstractsounds

Détails

intheseblackdays
le 23 août 2004 (854 lectures)

   Traditional doom Stoner Psyché

Au vu de la tracklist, on serait en position de se demander si l'on a affaire ici un ersatz d'Earth ou de Sunn o))): trois chansons, respectivement de dix-huit, sept et vingt-trois minutes. C'est donc avec apprhension que j'insre dans mon lecteur ce disque d'un groupe qui m'tait alors inconnu jusqu' ce que je me balade sur ce cher site Doom-metal.com. Affili mes groupes favoris, Sleep et Electric Wizard, c'est donc avec enthousiasme que je me le suis procur.

Le premier morceau dmarre, et dj un constat s'impose, Yob n'a en fait pas grand chose voir avec les deux groupes sus-cits, en dehors d'une probable influence sur le compositeur. L'intro est lente, trs lente ( normal ). Non, en fait ce n'est pas une intro, tout le morceau sera de cette trempe, montant crescendo. Je commence alors saisir la particularit du groupe: proposer un doom, parce qu'il s'agit nanmoins de cela, les guitares sous accordes, la basse catatonique et la batterie sous antidpresseurs jouant un train de limace tant l pour le confirmer, bref, proposer un doom progressif. Le soin est laiss chaque musicien de faire entrer son instrument au moment opportun, construisant petit petit l'atmosphre suffocante du titre. Chaque chose en son temps, on n'est pas press: de vrais doom-freaks. Enfin arrive l'ventuel petit problme, qui peut ne pas en tre un pour qui rentre vraiment dans le jeu du groupe: la voix. La premire coute est vraiment surprenante et dterminera l'apprciation de l'auditeur. En contradiction totale avec la musique lourde et rampante, surgit une voix suraiguë passe travers filtres et effets qui lui donnent une touche psychdlique. Pass l'effet de surprise qui peut s'avrer droutant, l'auditeur s'habituant malgr lui, le vocaliste change de registre pour nous balancer une voix death des cavernes, assez plaisante "gutturalement" parlant, mais moins agile que son alter ego, car trop "pousse" .

S'attendant nouveau morceau plutt lent au dpart, Ether dmarre sur les chapeaux de roues, limite "speed" (relatif compte tenu du genre musical). Le son est vraiment compact, souterrain mais donne une impression de retrait, de passer travers un coussin. La voix de harpie continue d'alterner les couplets avec des hurlements headbangatoires. Les guitares, vraiment mises en avant sur cet album jouent pour tisser une toile cosmique (diffrente de celles de groupes comme E.W. ou Sons Of Otis) et se laisse aller des panchements "wahwahesques" paules par monsieur phaser.

Le titre ponyme rejoint dans la forme son confrre premier du nom par une structure progressive. Cette fois cependant, aprs une semi intro assez doucereuse clate la puissance de Yob: le spectre sonore dborde littralement et le son devient aussi gras que des amateurs rguliers du fast food la mascotte dmoniaque. La mlodie apparat et disparat, joue au chat et la souris, tandis que la basse, gonfle l'Orange continue son bonhomme de chemin en se prenant pour un marteau pilon. On ralise la premire apparition de la voix le rle arateur qu'elle joue, malgr l'impression de la percevoir depuis le cosmos. On se dit alors qu'elle n'est pas si dsagrable, ajoutant au cachet de la singularit de ce doom coinc entre plusieurs tiquettes. Le groupe se paie le luxe d'acclrer au point de passer pour un groupe de death, pour de nouveau passer une note toutes les cinq secondes, tout en gardant l'unit du morceau qui se termine en queue de poisson aprs un final de plus en plus intense.

Comment dfinir Yob, sinon comme des hippies ayant trop lu les bouquins d'Isaac Asimov, ayant trop frquent de dealers et ayant trop tran dans des magasins de musique tester des pdales d'effet.
Le groove de Yob est vraiment trs personnel, difficile d'accs par cette diversit paradoxale entre les voix et la musique vraiment lourde. Cet album plaira aux amateurs de curiosits doomesques et peut tre aux fans de Lara Fabian. Hu hu.

Catharsis en trois mots : paradoxal, cosmique, psychdlique


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
Classique!
Classique!