lucas
le 30 novembre 2008 (1813 lectures)

   Doom death

Quand je disais que cet album tait infernal, j'tais bien en dessous de la vrit. TOUT dans ce disque, respire la fume, le sale, le goudron, la poisse, l'infamie, la peste...Et encore, rien n'est dit que l'on puisse respirer l dedans. Une masse, sorte de carcasse putrfie, d'o s'chappent des remugles qui vont laisser des traces dans tes narines, autant que ce jus visqueux va en laisser sur le sol. Toujours ce mme trio d'Anglais, venus en dcoudre avec la musique soit disant plombe pour remettre jour la dfinition. Sur les deux eps, le son tait dj relativement exceptionnel, grsillant et ultimement gras. Misanthropic Alchemy enfonce le clou rouill sur tous les points, mais surtout sur celui ci. Plus lourd, plus sombre, plus gras, lugubre, funbre... Le mur de saturation est inquantifiable, la seule chose que l'on sent passer est cette masse, ce tout uniforme combien peu dlicat l'extrme oppos de la frappe chirurgicale. Ramesses lche trois divisions entires des panzer pour deux roturiers fourche, aime creuser, finir le sale boulot, personne ne se relvera. Terrordactyl c'est toute la puissance du groupe, vrombissant, le cerveau dvast, sur-enfum. Les samples de films rotiques et d'horreur utiliss parfaitement finissent de te glacer le sang. Le fauchage prends effet ds le premier titre, surement un des plus up tempo vomit par le groupe, la caisse claire claque, ultra naturelle, et se fraie un chemin parmi la couche de saturation quasiment physique. Des jams dfonces, granuleuses, les cristaux de THC inhals sans intermdiaire, avec comme trip ultime de balancer la musique la plus grasse et oppressante qui ne soit jamais sortie d'amplis. La bien nomme Earth Must Die clt l'album sur une note abattue, dgoute, ambiance d'armistice force, le son d'une terre dvaste qui n'a plus qu' s'teindre.

La bile, a n'a pas la mme couleur que le verdtre de l'artwork ?

Misanthropic Alchemy en trois mots : Gras, Effrayant, Monstrueux


   Doom death

Pour celle-ci, on mattend au tournant. Ramesses sort enfin son premier album. A vrai dire, avant den recevoir le promo en avril dernier, je ne lattendais plus. Car leur dmarche et attitude antrieure (sortir 10 fois les mmes titres plus une condescendance exagre), sur lesquelles je reviens encore, msont longtemps reste en travers de la gorge. Il avait intrt tre bon pour effacer ces dboires extra-musicaux. Pas de panique, bon il lest. Mais ce nest pas non plus le nirvana.

Enregistr donc en mme temps que les titres qui figurent sur The Tomb, on retrouve sur Misanthropic alchemy ce qui fait lidentit Ramesses : dluge satur et bouillonnant de grosses grattes baveuses, une basse dgueulasse avec un sale son, sans parler de celui de la caisse claire de Greening. Les riffs de Bagshaw nont rien dinoubliables mais forment une chappe grouillante et massive, un vrai voile de rouille corrosive (sans blague ?). Richardson joue son rle la perfection : ours bitur qui samuse parfois chanter en voix claire maladive mais imposante. Les mecs ont cherch crer une entit malsaine, ils y sont arrivs mais bien plus par le son que par leurs compositions.
Et pourtant, malgr le jeu de Greening qui fait bel et bien de lui un des meilleurs batteurs du genre (eh ouais, cest comme a), tribal et cinglant, il manque quelque chose. Une ambiance poisseuse qui tait plus dveloppe sur We will, un soupon doriginalit supplmentaire qui aurait pu faire ressortir un titre ou deux de la masse. Mais non, cela reste un pav gigantesque de doom death qui sil nest pas si difficile daccs, laisse une impression dinachev. Avec comme idoles Winter et Autopsy, le trio a russi pondre un disque dans leur droite ligne mais avec labsence de ligne directrice dont la cause est sans doute du au processus cratif et leur faon de jouer (du jam et encore du jam sous THC), on sen prend plein la tronche pour finalement se demander o les gars veulent en venir.

Un monument de dcadence et dabjection qui vous fera passer coup sr pour un tre vil au mauvais got certain.

Misanthropic Alchemy en trois mots : grouillant, baveux, nausabond


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
Classique!
Classique!
 
Excellent
Excellent