Manumal
le 20 juin 2008 (783 lectures)

   Traditional doom Epic doom

Avec maintenant trois albums sortis depuis 2004 les gaillards de The Gates Of Slumber ont fait assez modestement parl d'eux, le prcdent Suffer No Guilt tait tout de mme sorti chez I Hate en 2006 et jusqu'ici le trio trempait dans un sympathique Doom Trad des annes 2000 aux accents piques. Le groupe prend un tournant sur ce nouveau disque puisque le metal de Conqueror est dfinitivement plus heavy que doom. Plus galopant que jamais, le NWOBHM y ctoie l'esprit de pesanteur de certains morceaux plus down-tempo, la manire d'un doom originel pas encore mancip; Conqueror voque les pres Cirith Ungol, Black Sabbath, Trouble ou Pagan Altar, sans aucun moment vicier l'hommage d'une quelconque remise au gout du jour. Ce retour aux sources s'accompagne logiquement d'une refonte sonore en analogique acheve au Volume Studio Chicago, de quoi jouer fond la carte de l'authenticit.
Le contact mme avec l'objet impose le respect de par un soucis certain de la finition, et avec ce fabuleux artwork de Vebjorn Stromann Conqueror a une gueule d'enfer, comme la cover le laisse prsager on pntre ici dans un monde de fantasy Howardienne o les araignes velues ctoient joyeusement les vers glacs.
La mme rigueur est de mise quand il s'agit de faire ronronner les amplis et de revivifier le son des anciens, The Gates Of Slumber fait du trs bon heavy-doom et son amour du genre est contagieux.
D'emble on se trouve sous le feu d'un dluge de notes assn par la six cordes de Karl Simon, redoutable matre-guitariste du trio. Une orgie de sons, un assaut pique, flamboyant et incisif ouvre les hostilits. Impitoyable dans le maniement de son quipement le jeu de ce dernier sduit de par sa gnrosit et dbouche tous les coups sur de bien dlicieux solos ( Children Of Satan, Eyes Of The Liar, To Kill and Be King, The Dark Valley Suite etc etc); le mme monsieur assure le chant avec autant de conviction, narratif, pourfendeur mais sans lyrisme, un peu la Wino... Quant la section rythmique elle n'est pas en reste, les lignes de basses sont clairement inspires et le batteur tambourine non sans panache.
De la mme manire on a affaire du solide niveau song-writing, l'criture des morceaux est impeccable, riche en riffs, et tiens en haleine durant soixante minutes en mlant vrai metal l'ancienne, entrainant, sans longueur superflue ( Ice Worm, Children Of Satan, The Machine, du pur rock'n'roll ), ambiance grave, pesante ( le riffing martial de Conquerer, le palpitant To Kill and Be King...), gros breaks... Le tout mtin de ce qu'il faut de nuances, de petits dtails (apparitions du synth) et d'atmosphres diverses comme les passages feutrs-bourrs d'Eyes Of the Lair ou le voile thr-mlancolique qui s'abattra sur The Dark Valley Suite.
Pour finir la prod n'a plus qu' envelopper ce Conqueror du parfum vintage qu'il mrite tout en faisant ressortir chaque instrument comme il se doit et The Gates Of Slumber viens de sortir un excellent album de heavy-doom fait par et pour les amoureux du genre. Un disque qui est bien parti pour tourner tout l't et qui prouve qu'en 2008 encore on peut tre respectueux des traditions et avoir son mot dire.

Conqueror en trois mots : pique, passionn, conqurant


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
Excellent
Excellent