MY DYING BRIDE - Like gods of the sun
1996 · Peaceville

Détails

Sinical
le 01 juin 2007 (717 lectures)

   Doom death

Et hop! Encore un monument de subjectivit revendiqu! Je vous le donne mile, cet album est monstrueux. Et pourtant, il n'est certainement pas mon prfr, ni de manire gnrale, le chouchou des die-hard du combo britannique.
Pourtant, sur cet opus, le ct romantico-vampiriquo-britannico-mortuaire est plus prsent que jamais. Les mlodies sont parmi les plus efficaces que l'on puisse trouver sur les 10 (je crois) opus du groupe. Le contre-point, marque de fabrique de nos dsesprs prfers, atteint comme d'habitude des paroxysmes de beaut, mais sans laisser de ct les attaques soniques de double gratte comme sur le lancement de "Here in the throat". Les parties de violon et de claviers n'ont pas cet aspect niais que l'on peut parfois relever sur "The Angel and the dark river", mais prennent au contraire un aspect plus menaant, plus sadique (peut tre l'influence Cradle of S**t). La voix d'Aaron est claire tout du long, mais sans virer dans le glandesque comme malheureusement il a de plus en plus tendance faire (cf. le dernier album). Il est ici parfaitement dans son rle de gentleman immortel envelopp dans une robe de chambre satine, tache du sang de sa dying bride.
Rsultat, l'ambiance sur cet album est trs particulire. Particulirement raffine, travaille, elle voque plus que jamais une lande de cornouailles baigne de brume, transperce deci del par des pierres tombales dresses misrablement vers un ciel encombr (pfffff que c'est laborieux...j'ose esprer que cette minable diatribe digne d'un Francis Lalanne vous voquera quelque chose).
Toujours est-il que cet album est trs spcifique dans la discographie du groupe notamment du fait de sa production, trs sche, arride presque, loin des sonorits larmoyantes de "The Angel", plus encore des ambiances gluantes des premiers essais. Le grain de guitare si spcial que l'on retrouve sur cet opus interple systmatiquement, quelque que soit le nombre d'coutes, et je pense que c'est une des raisons qui explique la (relative) desaffection entourant cet allbum.
Pour finir, comment ne pas voquer ce trsor de "For my fallen angel", cette voix de crooner has-been, ce miaulement pathtique du violon, ces nappes kitchimesques toutes droits sorties d'un clavier bontempi...Mais que voulez -vous, ces gars sont des sorciers, et malgr tout ce que je viens de dire, je dfie quiconque de se plonger dans ce morceau et d'en ressortir indemne. Ils fontt rsonner une corde sensible secrte, enfouie sous des kilos de rire gras et de blagues de cul, une corde qui invitablement brise toute vellit de rjouissance. C'est a la magie de ce groupe, en tout cas partir de "The Angel and the dark river": parvenir transformer les sludgeux-deathfuneral doomeux-post/hard coreux etc...en misrable lavettes dpressives. Miam.

Like gods of the sun en trois mots : mythique, romanc, invitable


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
Excellent
Excellent