[ SPLITS ] - Graves at Sea / Asunder
2005 · 20 Buck Spin / Life is abuse

Détails

intheseblackdays
le 26 août 2006 (1472 lectures)

   Doom death Funeral doom Sludgecore

Graves At Sea, Asunder. L'affiche ne laisse aucun doute sur le programme, ce sera doom.
D'un cot, le groupe d'Arizona qui jouissait jusqu'alors d'une rputation base sur des on-dit de concerts et une dmo ayant circul sous le manteau avant de se rpandre le net, plus que sur de vritables preuves, pour nous, pauvre europens. De l'autre, le groupe d'Oakland, San Francisco, Californie, dj responsable d'un split et d'un album passs inaperus, y compris pour moi, puisque c'est ce prsent disque qui m'a fait m'intresser eux.

Graves At Sea, c'est simple, se prennent pour Burning Witch. La fameuse dmo, aujourd'hui rdite, ne m'a pas laiss de souvenirs imprissables ; des ides mais englob dans un doom metala ssez chiant et pauvre. Les deux titres prsents relvent le niveau. On y trouve une vritable tension, des gros riffs gras et suintants, une puissance sonore assez imposante et un chanteur dont l'idole est parier Edgy. Il en fait quelques-fois un peu trop, sa voix synthtique se montrant parfois horripilante, dans ses sonorits ou dans ses susurrements. Lorsqu'il opte pour des growls appuys par les guitares grsillantes, c'est Migration de Buried At Sea (tiens donc). Donc si les productions du jeune O'Malley et celles de Sanford Parker vous parlent, je pense que cette partie vous satisfera.

De l'autre cot, mon nouveau coup de coeur (merci Tom d'ailleurs), les doom-deatheux d'Asunder, qui a perdu entre temps son violoncelliste (tout du moins sur ce morceau, j'espre en retrouver sur l'album venir) et son bassiste, pas le moindre de ses membres, puisqu' l'origine du concept, des paroles et important vocaliste sur A clarion call.
Morceau unique, mais encore plus long qu' l'accoutume. On y retrouve tout qui fait le charme du groupe malgr ses changements, c'est dire un doom death dans la vibe Turn loose the swans (oui, j'ai commenc combler mes lacunes en doom-death depuis la dernire fois), lorgnant parfois vers le funeral dans ses tempis ttraplgiques aux notes sporadiquement graines et ses solis lointains empreints d'une mlancolie souterraine (ce qui ne veut absolument rien dire, mais je me comprend). Un morceau qui correspond exactement la dfinition du doom-death que j'ai toujours cherch (de faon dilettante), pas le plus original mais au moins sincre et bien excut : voix d'outre-tombe poussive comme il faut, choeurs hants et omniprsents, envelopps dans un cho lugubre, riffs massifs, solis ttaniques et batterie dont la double pdale a subi galement une cure d'atarax.

Enfin, puisque le packaging a toujours une signification importante pour moi, notons le travail intressant d'un artiste qui est en train de se faire une place dans la scne doom amricaine, David Vincent d'Andrea, qui est super sympa, pour avoir dj chang quelques bafouilles avec lui (oui, on en a rien foutre mais je tenais le placer).

Doom.

Graves at Sea / Asunder en trois mots : doom. doom-death, funeral doom


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs