Nirguna
le 03 juillet 2004 (860 lectures)

   Drone doom Noise

L'album dbute par un son voquant immanquablement celui d'un avion au dcollage... Un avion qui va faire son chemin bien sagement, avec son cortge de pollution sonore assourdissante, pendant une vingtaine de minute spare en deux pistes difficilement discernables et semblables 00 Void... Mais passs ces premiers instants d'insouciance, tout au plus propices au mal de l'air, un forcen connu sous le nom de Masami Akita (Merzbow pour les intimes) prend le contrle de l'appareil et terrorise les passagers avec ses armes habituelles: grsillements et bruits (aucun autre mot ne saurait rendre justice la qute de l'inaudible que poursuit le bonhomme depuis toutes ces annes)... Et il triture, et il bidouille, et il dmonte pice par pice l'appareil et la sant mentale de ses occupants, usant de son arsenal du parfait petit terroriste musical, tandis que le pilote essaie tant bien que mal de garder le cap... Mais le crash est inluctable, et ainsi trpasseront probablement la plupart des auditeurs, aprs une interminable descente en flamme au milieu de laquelle, tel les musiciens du Titanic, un pianiste sorti d'on ne sait o s'acharne vouloir terminer son morceau malgr les assauts rpts du pirate et l'imminence du dsastre... Qu'importe, il doit retrouver cette dernire note, et son jeu aux allures surralistes, couvert et distordu par la panique ambiante, nous renvoie directement cette forme aigue de suicide de la musique qu'incarne la dmarche de Sunn O)))... En tout cas, c'est bien au royaume des morts que nous entrane la dernire piste, dans une funbre et glaciale procession au son du glas, o apparaissent pour la premire fois des percussions, voquant le boulet que traneront jamais les victimes du psychophage psychopompe ('tain je suis en forme, moi). Dans cette contre dvaste o l'espoir n'a pas droit de cit, il n'est rien faire que suivre le cortge menant au jugement, la plus ignoble et insoutenable preuve de l'tre humain, personnifie ici par une voix immonde, furtive et abyssale, laissant plner les doutes les plus affreux quant son origine... Sans parler de l'origine des instigateurs de l'atrocit que je viens de vous dpeindre, qui mettra vos nerfs rude preuve pendant une cinquantaine de minutes.

Flight of the behemoth en trois mots : cauchemardesque, cosmique, nauseux


Facebook 

Chargement...