Nirguna
le 03 juillet 2004 (723 lectures)

   Doom death

Comme le dit trs bien mon cheval, on ne peut pas tre gnial tous les coups, et franchement, sur ce coup-ci, difficile de voir aujourd'hui dans ce disque autre chose qu'un brouillon, une vague esquisse maladroite de ce que sera durant les deux albums qui suivent un des plus beaux reprsentant du Doom-death mlodique puis du Doom atmo. Ici, on a affaire une sorte de gros pachyderme qui se meut sans grce ni nergie, ructant plus qu'autre chose, sur une musique vaguement mlodique, aux riffs gnralement dpourvus d'intrt, parvenant difficilement communiquer l'motion que l'on peroit pourtant, sans y prendre part, cause de maladresses structurelles trop grandes. Ce n'est pas vraiment que les mlodies de fond soient mauvaises, mais on a de la peine se prendre au jeu, excepts quelques passages, notamment la premire piste: les breaks sont souvent faiblards, parfois carrment insupportables de mollesse, et tout ceci contribue rendre l'ensemble assez insipide, malgr quelques bonnes ides. Je tiendrais peut-tre un discours diffrent si j'avais dcouvert cet album il y a dix ans, mais force est de reconnatre que ce disque a mal vieilli au milieu de la concurrence et surtout de la suite de la carrire du groupe. Signalons quand mme le trsor de cet album, la chanson Sleepless, dont tout le monde s'accordera dire qu'elle est une des plus mivres pices du groupe, mme l'heure actuelle (ce n'est pas pour rien que Cradle Of Filth l'ont reprise, non plus), mais pure, quel tube... Quel solo! Je pourrais tuer pour ce solo. Et quelle voix... Reconnaissons au moins ceci au groupe des dbuts, Darren White a une voix fantastique pour ce style de Doom-death, et vite au groupe de sombrer dans la platitude affligeante laquelle les compos de cet album le destinait pourtant. Dois-je encore mentionner le dernier morceau, une affreuse piste ambiante toute de clavier vtue qui doit durer au bas mot deux ou trois heures, alors que l'album est dj bien assez chiant sans le prolonger encore du tiers de sa dure. Bon, oublier, franchement... Sauf pour Sleepless (qui quant elle doit tre absolument vite dans la version r-enregistre avec Vincent au chant, sortie en bonus sur la rdition la plus rcente de The Silent Enigma, qu'on se le dise...) et la valeur "historique" du disque...

Serenades en trois mots : culte, brut, poussif


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
 
Coup de cœur
Coup de cœur