Rocky Turquoise
le 22 janvier 2006 (900 lectures)

   Doom death

Posons le dcor, Turn Loose the Swans est considr tort ou raison comme l'une des (sinon la) pierres angulaires du doom death '90s. Pour autant, en voil un fait bien trange, car ce disque est de trs loin le plus barr et difficile d'accs de My Dying Bride...

Pour situer, le bond musical depuis As the Flower Withers quivaut a peu prs celui effectu par Anathema entre The Silent Enigma et Alternative 4. De ultra sourde et poussireuse, la production est devenue trs obscure, humide mais limpide. 75% des vocaux sont clairs. Les tempos ont t diviss par 10. Les riffs ne sonnent plus death mais vritablement doom. La structure des titres devient vraiment compltement complexe et torture, voire incohrente, et les arrangements et passages atmosphriques au piano et violon ont la part belle...

Aujourd'hui accrocher ce disque n'est probablement pas chose parmi les plus aises : il a vieilli. Surprenant encore, il commence par un interminable titre au piano sans la moindre guitare, et fini de mme. Les passages doom qui se voulaient sonner comme des boulis de rocs ne sonnent plus que comme de vagues galets peinant onduler une mare sombre. Il y a pourtant la voix claire chaleureuse et ennivrante d'Aaron, les passages atmosphriques interminables au violon ou au piano, les acclrations death amenes de faon suprenantes, les lyrics Shakespearien mtaphoriques au possible quasiment incomprhensibles, cette jaquette gniale et totalement incernable, ce grain de production clair et sombre, froid et chaud la fois absolument inimitable, et il sera dommage de ne pas arriver creuser cet enchanement de compos parmi les mieux construites et les plus intressantes qui soient.

Turn loose the swans en trois mots : dpressif, tortur, 16th-century


Facebook 

Chargement...