[ SPLITS ] - Astroqueen vs buffalo
2004 · Dias De Garage

Détails

marystonage
le 24 novembre 2005 (1339 lectures)

   Stoner Thrash metal

En cette priode o les top10 de l'anne commencent fleurir sur le forum de Slow End, ressortons donc ce disque positionn vers le haut de la liste de votre serviteuse l'an pass la mme poque. Un petit split CD opposant 2 groupes gographiquement aux antipodes - Astroqueen tant originaire de Sude, Buffalo d'Argentine - mais plus diamtralement opposs du tout quand il s'agit de pratiquer leur Stoner Rock.

Evidemment, pour avoir lu la chronique d' 'Into Submission' (n'est-ce pas ?), le premier et - ce jour - seul album d'Astroqueen, vous savez qu'ils proposent (voire imposent) leur musique d'une manire abrupte, entrant sans dtour dans le vif du sujet, pas de temps perdu en intro superflue ou n'importe quelle autre forme de manipulation d'auditeur l'aide de pincettes, hop l (ou plutt vlan) il est plong dans un bain de saturation d'un coup, et ce n'est pas l'enchanement presque d'une traite de leur 6 titres qui adoucira les choses. Ça, a n'a pas chang (et c'est bien). Ce qui a chang (et c'est mieux), c'est que Distoman n'a pas constamment le dessus sur ses camarades, ce qui est particulirement bnfique la 2° guitare et la basse. Maintenant qu'on a le loisir de pouvoir profiter pleinement des 2 guitares, un nouvel aspect d'Astroqueen se rvle au fil de leurs pistes, via notamment de frquentes divagations sixcordiennes en solo, comme sur The Untitled ou The Shades Of John Doe : il y a une bonne dose de metal dans le stoner de ce quatuor scandinave, la rythmique militaire un peu la Dozer, et les riffs hachs et corrosifs profusion permettent mme de prciser : Trash Metal, un tempo toutefois plus modr qui ne manquera pourtant pas de faire remuer plus ou moins fortement les ttes ou / et les pieds.

Pour rester dans le thme du pied, passons Buffalo. Tout d'abord, sachez que Claudio a tenu la basse 2 annes durant chez Los Natas, qu'il a galement fait partie de diverses formations stoner et extreme metal plutt inconnues de nos contres, et qu'il tient toujours le rle de batteur au sein d'un combo sludge pas plus connu par chez nous. Un pass aussi lourd se ressent immanquablement : ces 3 argentins font au moins autant de bruit que 4 sudois. On ne tardera pas constater qu'un des principal point commun cette paire de groupes doit tre leur me de guerriers car, l encore, Buffalo nous sert assez franco du gros stoner trashy l'overdrive ambiant, o les drapages metal ne sont pas choses rares. Leur recette eux n'a nanmoins pas la mme saveur du tout, puisque les textes sont chantes en espagnol, d'une manire quelque peu cacophonique qui rappelle parfois El-Thule, et que, de toutes faons, il faut bien le dire : Buffalo font quand mme preuve de plus d'inventivit. En tmoigne les phases instrumentales sur presque chaque titre, ainsi qu'un souci du dtail bien plus prononc qu'Astroqueen, notamment sur Jesus, El Arquitecto, le long duquel ces fameux passages instrumentaux se font carrment hypnotiques quand ils ne se transforment pas en slides, toujours tout en heaviness.

C'est bizarre, on dirait du Dozer et du Dragonauta mlangs de l'.Anacrusis. C'est bien bon les splits (surtout celui-l), mais un album en bonne et due forme une fois de temps en temps a serait pas du luxe pour pouvoir vrifier cette incroyable thorie !

Astroqueen vs buffalo en trois mots : fort, franc, furieux


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Excellent
Excellent