SLEEP - Live at the Gilman street project, Berkly CA
1992 · [ inconnu ]

Détails

   Traditional doom Stoner Grunge

Nous sommes beaucoup nous tre demands comment Dopesmoker aurait sonn en live. Ce bootleg ne rpond pas exactement la question, puisque ici est trait l'album Holy Mountain 90%, un an avant sa sortie mais permet d'extrapoler, au vu de la matrise dont font preuve les musiciens, qu'ils n'auraient srement eu aucun mal, avec un peu d'entranement pralable, rendre le voyage sonique d'une heure possible (il existerait d'ailleurs un boot de cette chanson, sans doute en studio, illustr par Arik Roper, mais je n'en ai jamais aperu la couleur ou lu la moindre info ce sujet.).

Le concert donn au Gilman Street Project en Californie, fief du trio, est de courte dure, d'environ une demi-heure, sans doute une prestation en premire partie de Cathedral et Penance en octobre 1992 et fait la part belle l'album qui s'apprte sortir. Cinq chansons d'Holy Mountain, parmi lesquelles on notera nanmoins l'absence de l'efficace ponyme, The Suffering de Volume One qui passe inaperue parmi les autres compositions et le fameux Sonic Titan qui malheureusement ne se retrouvera pas sur SHM mais dont la version prsente (oui, c'est bien celle-ci) ira s'adjoindre l'dition TeePee de Dopesmoker. Si vous la connaissez, vous savez quel est le niveau de qualit sonore de ce live. Un pisode discographique absent de la carrire de Sleep, pas indispensable au vu de la disparit, la taille et l'extravagance de celle-ci, mais auquel cet objet pallie fort bien.

Chaque instrument est parfaitement audible et l'ensemble est parfaitement quilibr: la basse claque, la guitare, merveilleusement acide la complte idalement, s'autorisant des larsens transperant qui se joignent la masse pour un trip noisy de qualit et la batterie assure comme toujours son travail de stabilit rythmique. Les musiciens semblent leur aise domicile et sont en parfaite osmose, excutant chaque morceau la perfection (peu ou prou de pains dissonant), confrant mme ceux-ci un groove plus hargneux qu' l'habitude. La voix de Cisnero, srement pas trs net, est passe travers une rverb' et celui-ci s'en donne coeur joie pour beugler (chose qu'il affectionnait l'poque), compltement possd par sa musique et s'adresse au public pour nommer chaque titre, encore peu familier de ceux-ci. Un public trangement absent, hormis quelques sifflets et cris, permettant de se focaliser avec bonheur sur Sleep et non sur les dlires alcooliss d'un mec redcouvrant la phontique du mot fuck et le rptant haute voix pour son seul plaisir auditif.

Un bootleg d'excellente facture et facilement trouvable sur la toile que je ne saurai que vous conseiller de rcuprer, ne serait-ce que pour constater que Sleep tait aussi dou sur scne que sur albums.

Live at the Gilman street project, Berkly CA en trois mots : brut, percutant, fidle


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs