Hard "70s Blues rock Folk

Ici, nous tenons le disque le plus sensible et oserai-je, stupfiant du groupe. Un disque aux antipodes des deux premires ralisations. Un disque qui malheureusement fend le line up en deux, car seuls Page et Plant ont compos ce dernier, un loignement horripilant tant donn les qualits de la section rythmique, devenant alors un simple faire valoir.

Bien moins lectrique que par le pass, ce phnomne s'explique par le choix des deux solistes de s'isoler la campagne anglaise, dans un cottage nomm "Bron Y Aur". Ce nom ne vous dit rien ? Si si, regardez bien. Les deux compres y voient une source infinie d'inspiration et de ressourcement, eux en pleine phase mystique & fantasy.
Page abandonne sa Tlcaster pour lui prfrer son homologue acoustique tandis que Plant n'offrira jamais meilleure performance vocale durant sa priode "juvnile".
Si l'album dmarre en fanfare avec la russie "Immigrant song", ds "Friends", le groupe instaure ce climat rustique et chaleureux qu'il prendra plaisir dvelopper tout au long du LP. "Gallow's pole", "Tangerine", "That's the way", "Bron y aur stomp", et "Hats of to (Roy) Harper", en fait la totalit de la face B, dvoilent un Led Zeppelin en totale adquation avec sa mascotte : arien, voyageur, pos et majestueux.
Du cot "lectrique", si on dnombre toujours certaines perles (il faut bien satisfaire la masse qui assurera l'avenir financier du groupe) comme le gnial "Out on the tiles", c'est bel et bien le dantesque blues de "Since I've been loving you" qui aurait pu s'imposer comme le classique de Led Zep' aprs "Whole lotta love" si ceux-ci n'avaient pas t supplants par "Stairway to heaven".

Un disque dcal, lumineux comme sa pochette, la dlicatesse exacerbe, bien loin du heavy rock qui a fait la gloire du dirigeable. Et c'est cette audace qui en fait un classique indtrnable.

Led zeppelin III en trois mots : lger, gracile, sensible


Facebook 

Chargement...