PHOBOS - Tectonics
2004 · Appease me...

Détails

Sinical
le 13 octobre 2005 (713 lectures)

   Industriel Freak doom

En gnral, quand un groupe cite comme rferences Godflesh, Neurosis (et accessoirement Voivod, je dis accessoirement parce que je ne connais pas), deux sentiments me titillent: le premier, c'est une lueur d'intrt vivace qui s'installe au fond de mes yeux. Le second, presque immdiatement conscutif, c'est un sentiment de mfiance, d'apprhension et de doute mal plac.
En l'occurence, avant de me procurer cet album, j'en avais dj receuilli quelques echos trs favorables. Bon. Signe encourageant. Mais je dois bien dire que c'est surtout la rference Godflesh, incurable fan que je suis, qui m'a pouss jetter une oreille sur les mp3 proposs sur le site.
Et franchement, j'ai pas mis deux secondes (...enfin si quand mme mais c'est histoire de dire) avant de me dcider. Phobos, c'est vraiment du godflesh la sauce doom. Du metal indus lent, crade, sale et rappeux comme une dalle de bton. Des ambiances suffocantes, limite post apocalyptique, plombantes. Avec Tectonics, vous plongez tout droit dans un univers urbain dvast, d'o l'homme a quasiment disparu, rfugi sous les vestiges d'une civilisation prtentieuse et trop sr d'elle mme.
"Tectonics", c'est sans doute parce que ce cd donne le sentiment qu'une entit mi-mcanique, mi-organique s'est rveille pour deverser sur le monde son flot sonore de lave visqueuse et fumante. L o Godflesh et Neurosis laissent parfois un temps de repos, Phobos dcide d'enfoncer le clou...ou plutt les clous, mais aussi les visses, les piques, les brochettes, les cure-dents, en bref tout ce qu'il peut trouver de piquant et de douloureux.
Les rles saturs et haineux d'une me prisionnire jamais d'une machine dregle et maudite, des larsens stressant de grattes monocordiques, des sons de basses assourdissants et des rythmiques toutes droit sorties des usines tracteur de Stalingrad en temps de guerre: la recette de Phobos est prouve, mais galement terriblement novatrice. Ce ct asphyxiant et cette sensation de constamment se retrouver sur un tapis roulant qui dfile entre un nombre indfini de machines-outils dont le seul objectif est de rduire un peu plus chaque fois la surface de votre corps constituent la marque de fabrique de ce "Tectonics", qui devrait ravir les doomsters ouvert sur les musiques industrielles. Et je sais qu'il y en a un paquet.

Tectonics en trois mots : asphyxiant, mcanique, btonn


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
Coup de cœur
Coup de cœur