Nirguna
le 16 juillet 2005 (969 lectures)

   Funeral doom Psyché

Chroniquer ce disque est vraiment pnible, tout compte fait. Comment voulez-vous chroniquer consciencieusement un disque aussi long et puisant s'enfiler ? Je vous le dis tout net, au chapitre des chroniques qui relvent plus d'un sentiment gnral que d'un dcorticage rigoureux de l'objet qui nous occupe, celle-ci tiendra une bonne place. Oui parce que faire du dcorticage, a va sur les albums de death metal de 27 minutes, qu'on peut s'enfiler 3 ou 4 fois d'affile sans sourciller. Mais l. l. s'enfiler pratiquement deux heures d'Esoteric et son mur de son vertigineux, c'est un vritable challenge, et pour une fois l'expression chape de plomb ne serait pas galvaude.

Comprenez-moi bien, cependant. Esoteric est un groupe rellement fascinant, mais essayer de l'couter attentivement sans tre dans un tat de conscience second relve de la folie furieuse. Esoteric est une crature (sans blague ?) abyssale (de mieux en mieux) rampante et glatineuse (mais OÙ va-t-il chercher tout a ?) de la pire espce. celle que vous entendez se traner dans votre couloir, et qui met en moyenne 20 bonnes minutes passer devant chacune des portes de votre appartement, en dgueulant une bile phosphorescente d'une couleur indescriptible, celle que vous avez d'ailleurs toujours essay d'imaginer l'poque o, tout petit, vous tentiez dsesprment d'inventer une nouvelle couleur. enfin bref. Ce blob, donc, se prend de temps en temps le pied (oui c'est comme les escargots, les blobs, a n'a qu'un pied) dans le tapis, ce qui donne lieu des pousses de violence pisodiques et chaotiques, qui sont pour la peine un peu mieux incorpores l'ensemble que sur l'album prcdent. Pendant ce temps, vous, vous tes toujours planqu sous votre duvet en esprant que a passe.

Pour gayer un peu l'atmosphre, Esoteric nous gratifie aussi de quelques samples (mais sont-ce vraiment des samples ?) pas piqus des hannetons et tout fait reprsentatifs de la musique. I'm in the dark here. Leur apparition est plutt rare, mais ils font un effet boeuf, croyez-moi. En-dehors de a, c'est toujours la mme rengaine. Une grosse nappe de bouillie sonore funeralisante, quelques effets et solos un choua psychdliques, et c'est rgl. Enfin part que a dure deux heures. Et aprs avoir barboter pendant deux heures l-dedans, ce ne sont pas vos petites mains poteles qui seront toutes fripes, mais vos tympans et votre volont. Bon trs franchement. Se farcir les deux disques d'affile relve de l'acharnement, parce que quoiqu'on en dise, ce disque est vraiment d'une monotonie anantissante au niveau des compos, qui semblent d'ailleurs mettre un point d'honneur ne laisser transparatre aucun sentiment. Mais le son est tellement gigantesque qu'il est vraiment mmm. intressant/plaisant/prouvant (?) de s'y immerger l'occasion. A dose raisonnable, ce disque offre (comme les autres albums du groupe, d'ailleurs) une excellente alternative lorsque les groupes de funeral commencent vous les briser avec leurs geignements.

The pernicious enigma en trois mots : moite, touffant, cauchemardesque


Facebook 

Chargement...