CONAN - Existential Void Guardian
2018 · Napalm

Détails

Derelictus
le 26 décembre 2018 (12676 lectures)

   Traditional doom Crust

Jai des grosses ttes damplis lampes, des trs gros baffles qui psent quatre vingt kilos dont je suis incapable de monter tout seul sur scne, des grosses pdales trois cent euros lunit, mais malgr tout a, je narrive toujours pas composer de vrais riffs de doom metal. Voil tout le syndrome de Conan et dune flope de groupes interchangeables entre leurs vnrations pour les amplis Orange ou Matamp et la confection dun pedal board plus large que votre table tapisser. Pourtant, entre nous a aurait pu matcher, ne serait-ce quavec le nom, mais rien ny fait. Je trouve ce groupe toujours aussi soporifique car rien ne se passe dans sa musique, part faire du power chord et beugler dessus en mode  regardez, je suis un vrai barbare des temps modernes . Alors oui, le gros son est l, a cest sr, bien gav de fuzz comme il faut, mais bon, cest un point o quand le trio se paie le luxe dun morceau quasiment crust sur Paincantation et bien lon ne comprend rien parce que cest purement de la bouillie sonore. Heureusement quil y a Chris Fielding pour enregistrer tout a. Au moins ce titre, au mme rang que lalbum, nous permet dapprcier le jeu de brute de Johnny King qui commence allonger son curriculum vitae gentiment, mais bon, je nai pas attendu ce disque pour savoir quil savait jouer de la batterie, il lavait bien dmontr dans Altar of Plagues et Malthusian. Lon me fait signe quil y a sept titres sur cet album: cest bien de dmarquer les pistes, parce que lon ne sen rendrait pas compte si lon navait pas de telles indications. On peut dire quil y a peut tre un riff mmorable dans tout ce fourbis, celui douverture, mais bon, il sonne tellement inspir par le Monotheist de Celtic Frost que sa seule coute ma donn envie de rcouter lpitaphe des suisses. Autant vous prvenir, il ne se passe toujours pas grand chose ici, on sennuie toujours autant, et quand en plus lon se permet de rallonger la dure de lalbum avec quatre titres live, lon nest pas loin de toucher le fond et de faire raquer le pauvre fan, mme si je ne comprends toujours pas comment ce groupe peut avoir des fans. Voil, quand je veux du riffing qui tabasse, jai Monotheist pour a, quand je veux que a soit plus rentre-dedans et que a sente la foudre et la poussire, jai toujours Blessed Black Wings pour cela, - parce quau moins Matt Pike, lui il sait jouer de la guitare malgr son mur damplis Orange -, quand je veux que a sente la furie de la guerre, jai Bolt Thrower pour cela, - notez dailleurs le petit jeu de mot de la cinquime piste -, et, surtout, quand je veux une musique qui fasse honneur Conan, le Cimmrien pas les anglais, jai les quatre premiers Manowar pour cela, ou bien la discographie dIronsword.


Existential Void Guardian en trois mots : poussif, linaire, somnolant


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
Mauvais
Mauvais