THE GATES OF SLUMBER - Like a Plague Upon the Land
2005 · Hellride Music

Détails

Derelictus
le 07 octobre 2018 (11810 lectures)

   Traditional doom

En lan de grce deux mille cinq, lorsque tu faisais partie du Circle of True Doom - C.O.T.D pour les intimes - aux cts de Orodruin et de Reverend Bizarre, tu tais dans lobligation de sortir un EP qui soit aussi long quun album, ctait comme cela, cela faisait partie de la charte que tu signais quand tu intgrais ce cercle privilgi. C'est ainsi que cet EP, qui naffiche officiellement que cinq titres, mais qui en contient neuf au final, dpasse lheure de jeu, mais aussi pour des raisons techniques, Karl Simon et ses copains de jeu tant des petits malins. Tu devais galement faire preuve dune certaine passion pour les rfrences du doom metal, sinon tu te faisais ostraciser, cest pour cela que lon retrouve ici une reprise de Pentagram - Ask No More - et une reprise de Saint Vitus - War is Our Destiny -, The Gates of Slumber samusant dailleurs reprendre trs frquemment des titres des californiens. Autant dire, que tu ne peux pas faire plus true doom metal que cette ralisation, vendue avec un patch, histoire de garnir sa veste, et dailleurs le numro de srie de ce disque nest autre que HM-2, autre gros clin dil la culture metal.

Avec tout cela, lon pourrait se dire que lattitude a dpass la musicalit, et ce serait ainsi dommage den rester l, car nous assistons ici la mue du trio vers quelque chose d la fois plus pique, et lon sent bien que les lectures et les coutes du trio se refltent ici, et la fois foncirement engag dans cette vague nostalgique du bon vieux metal des annes quatre vingt. En un mot, comme en cent, cest cet instant que sopre la transition entre The Awakening, encore un peu traditionaliste sur les bords, et le combattif Suffer No Guilt. Nanmoins, lon ne retrouve pas les excs du second nomm, le groupe sachant encore faire preuve de concision. Par contre, lon sent bien sa patte qui sinstalle clairement ici: ces fiers bras nen finissent pas denquiller les titres aussi pesants que vigoureux et surtout redoutables defficacit. Cest presque ce qui pourrait clairement caractriser chacune de leurs compositions prsentes ici, et tant pis si certaines sont des r-enregistrements ou que l'on rencontrera d'autres sur telle ou telle ralisation par la suite, il y a bien quelque chose qui se passe. Dj, lon sent que le trio a une bien meilleure cohsion densemble et que Karl Simon assume pleinement son rle de chanteur et affiche de nets progrs ce niveau.

Ensuite, lon ne peut nier que le bedonnant guitariste avait clairement besoin de son acolyte, le regrett Jason McCash, pour contrebalancer sa fougue: il y a une complmentarit entre les deux qui est excellente, et qui conforte bien lide quun autre guitariste idoine ne pourrait simmiscer dans ce binme. Parce que malgr les aspects bourrus des deux acolytes, il y a parfois des soubresauts ou des arrangements, ou encore des chemins de traverses, qui rendent ces titres vraiment prenants, sans compter les excellents soli de Karl Simon, toujours aussi inspirs. Mme quand certaines paroles sont assez clichs, je pense notamment celles de Iron Hammer, o nombre de titres de chansons de leurs groupes favoris servent de vers, mais qui passent comme une lettre la poste. Alors, videmment, tout nest pas encore poli comme sur Conqueror ou Hymns of Blood and Thunder, mais lon sent bien que leur doom metal se mtine de plus en plus dinfluences heavy metal, pour le bonheur des uns et le malheur des autres. De mon ct, cest cette coloration nettement heavy metal qui ma toujours plu chez cette formation, et la voir prendre ses ailes et saffirmer comme telle avec cette ralisation lui donne un cachet assez sympathique, voire mme intemporel. Lon pourrait presque affirmer que The Gates of Slumber est rellement devenu The Gates of Slumber avec cette ralisation.


Like a Plague Upon the Land en trois mots : chausser, ses, gonades


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs