PROCESSION - To Reap Heavens Apart
2013 · High Roller Records

Détails

Derelictus
le 07 octobre 2018 (11793 lectures)

   Epic doom

Destroyers of the Faith naura donc pas t un feu de paille pour Procession, et lon sent bien que leuropanisation du line-up, avec larrive dun nouveau batteur, ayant entre autre jou dans In Solitude, et dun nouveau guitariste auront laiss des traces, pour le bien de la formation et sans aucune condescendance pour les musiciens prsents aux dbuts de laventure. Cest dailleurs assez intressant de voir le bond en avant quil y a entre le premier album et celui-ci, et ladjonction dun second guitariste fait entrer le dsormais quatuor dans une certaine cour, restreinte quelques audacieux. Cest mme plus que flagrant de voir combien les titres se sont toffs, et combien les influences sont dsormais parfaitement digres et assimiles pour ne pas se dire que tel ou tel passage fait penser telle ou telle rfrence. Cest dj l un bon point, mais ce n'est pas le seul, car il y a sans doute eu ici une volont denfoncer le clou, mais de le faire de manire assez maline et assure.

Preuve en est cette versatilit entre ces six titres qui vont souvent dans des directions opposes, le lien tant quelles revtent toutes cette coloration pique et engage que lon ne peut nier la formation. Lon retrouve tout aussi bien des ppites plus rentre dedans, commencer par Conjurer et le titre ponyme, que des semonces plus classiques comme Death & Judgement, et des choses plus surprenantes, dont The Death Minstrel. Lon notera pour cette dernire que cest sans doute lune des compositions les plus raffines du groupe, toute en subtilit et en mlancolie, telle une marche funbre, o le leader de Primordial vient dclamer de belle manire un pome de Rilke: les frissons sont garantis sur ce titre, qui surprend rellement et qui ne laisse nullement indiffrent. Surprendre, parce que Procession, cest tout de mme un parangon dune forme de doom metal, mergeant un moment on lon semblait avoir oubli que ce genre venait lui mme du heavy metal, et comme laime le dclamer Felipe Plaza lors des concerts de la formation. Il y a donc toujours cette forme de rvrence pour les grands anciens, ctait un peu le but de la gense de ce groupe, mais avec ce sentiment que lon reste dans un crneau bien dfini mais point trop limitatif dans la mesure o l'on peut se permettre certaines liberts. Nanmoins, ce qui est constant c'est que tout cela est excut avec un grand respect du cahier des charges mention "old-school", commencer par la dure de lalbum, qui nexcde pas les trois quarts dheure, comme dans les annes quatre vingt.

videmment, il y a ici certains clichs rcurrents, mais cest aussi cela qui fait la marque de fabrique de Procession, et indubitablement le fait que lon se surprend se repasser assez souvent cet album, qui a un potentiel de grower non ngligeable. Cela tient notamment une monte en puissance au fur et mesure que lon avance dans cet album, avec une seconde moiti absolument imparable, dont ce morceau titre qui, et je sens que vous lavez vu venir, vous fera headbanguer comme jamais, lever le poing ou brandir tout objet contondant factice en acier et reprendre ce refrain imparable, cest aussi l toute la beaut de lepic doom metal, et cest l aussi o Felipe assume pleinement son rle de leader engag. Cest peu de le dire quil y croit: il pourrait emmener nimporte quel freluquet froussard se battre dignement sur le champs de bataille en hurlant  mcrant  lennemi faisant face lui, invectivant ainsi les masses comme un William Wallace lors de la bataille de Stirling Bridge. To Reap Heavens Apart ne fait que confirmer ce que lon sentait venir avec les deux premires ralisations de Procession, avec un trs bon travail dans lcriture et dans le calibrage de chaque titre dont linventivit nentache aucunement lefficacit. Lon comprend aisment le succs de cet album et de cette formation, amplement mrit lorsque lon est capable de produire un tel album.


To Reap Heavens Apart en trois mots : rvrencieux, chevaleresque, enflamm


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Coup de cœur
Coup de cœur