FORMALIST - No One Will Shine Anymore
2018 · Third I Rex

Détails

EyeLovya
le 30 septembre 2018 (2045 lectures)

   Funeral doom Sludgecore Black metal

La musique n'est-elle pas le plus beau et le plus universel des langages ? Quel plus doux sentiment que celui de la communion entre deux tres humains vivant deux endroits diffrents du globe qui ne se sont jamais rencontrs quand la musique fait rsonner entre eux les mmes motions ? Formalist, italiens des bas-fonds, usent de leur bouillon black doom vs. sludge atmo pour jouer les traducteurs et montrer comme la haine pourrait tre le lien qui nous unit tous, et que la misre n'a rien du tout de moins pnible au soleil.

On ne parle pas non plus de dbutants, puisque derrire le micro officie Ferdinando Marchisio, ekehe Herr Morbid, qui a fait ses armes dans le milieu de la dpression musicale en fondant Forgotten Tomb aux dbuts des annes 2000. Ainsi, Arson ouvre le bal avec son orage de guitares ponctu d'une cymbale o d'une caisse claire a et l, funeral black-ish donc, avant que la sauce ne tourne au sludge ample la Thou et ses arpges bizarrement jolis : Ferdinando vocifre tout ce qu'il peut avec force de grimaces pour contraster avec ces notes mystrieuses qui fascinent autant qu'elles laissent la part belle aux pulsions d'automutilation. C'est la teinte black suicidaire qui amne aux gr de ces trois titres un peu de, hh, couleur et de relief aux parties sludge dvastes la Meth Drinker, donc Noothgrush, donc Grief. Cette mme couleur qui est leur meilleur atout puisqu'en rester au sludge les aurait directement relgus au banc des quatrimes couteaux anonymes dont tout le monde se branle, et qui apparat dans ces quasi-mlodies qui rappellent l'aspect humain en dtresse derrire le trognon noiraud de junkie nihiliste, et rendent ces postillons de misanthropie presque touchant. Mainlined en est l'exemple le plus vident, tant ces accords sonnent comme du Cult of Luna au plus romantique, ce qui serait le cas ici aussi s'il n'y avait ce chant de vipre en corpsepaint pour ramener suffisamment de laideur et d'aigreur en fin de bouche. Et d'aigreur il y a abondance, recroquevill la bile aux coin des lvres, la face grise et effraye autant qu'agressive, les yeux exorbits et les ongles comme des griffes. Il y en a vraiment qui ont la drogue mauvaise.  

No One Will Shine Anymore en trois mots : blafard, dgot, haineux


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs