PROCESSION - Destroyers of the Faith
2010 · Doomentia / High Roller Records

Détails

Derelictus
le 26 août 2018 (9124 lectures)

   Epic doom

Rappeler aux bons souvenirs du monde entier que le doom metal vient du metal, tout simplement, cest un peu le leitmotiv de Procession. Cela peut paratre prtentieux, mais aprs tout, si lon replace dans le contexte de la sortie de cet album, cela se tient. Ce fut mme assez amusant de constater que cet album et son successeur ont permis pas mal de personnes de sintresser au doom metal traditionnel et lepic doom metal, et en cela, lon ne va pas se plaindre. Ce qui surprend dailleurs avec ce premier album des chiliens, sorti quatre annes aprs la formation du groupe, une gense due en partie la dcouverte du style, c'est quil tient trs bien la route. Cest assez fou comment toutes les rfrences du genre, tant anciennes que contemporaines, ont bien t digres et lon a l une sorte de syncrtisme de ce quil se fait de mieux en matire depic doom metal. videmment, lon trouvera ici des traces et des gros clins dil de tout ceci sur ces trois gros quart dheures, mais loin dtre un hommage frle et fbrile aux grands anciens, il y a dj une personnalit qui saffirme et qui sexprime sur ces six robustes compositions.

Cela passe bien videmment par une trs bonne inspiration, et cela fait un bien fou, aussi simple cela puisse tre, dcouter ces six titres, qui, sans rvolutionner le genre, font preuve dune certaine efficacit et dune grande fluidit. Il y a forcment de quoi sduire tout amateur du genre, avec tous les artifices que lon est en droit dattendre lorsque lon parle depic doom metal. Ne cherchez pas, toutes les composantes rpondent lappel, et pas besoin de remplir un billet dabsence pour justifier un manque demphase ou de trs bons choix dans la manire dagencer les compositions. Ce qui fait la diffrence, cest que les chiliens nous dvoilent quelque chose de rudement viril: il se dgage en effet une belle puissance de lensemble. Le chant de Felipe Plaza y est pour beaucoup dans cette impression. Certes, il nest pas flamboyant en soi mais il dgage une certaine intensit qui fait que lon y croit autant que lui, et il a mme le bon got de seffacer pour laisser parler la musique en elle mme, comme sur le final de White Coffin par exemple, mais cela vaut pour lensemble de ce disque. Sajoute cela un bloc massif entre lui et ses deux acolytes o lon ne note pas de fautes de got et o lon sent bien quil y a ici autant lamour des choses bien faites quun rel respect pour certains dogmes.

Lon pourra dire que cest parfois un peu prmch, que telle ou telle mlodie nous rappelle quelque chose, mais au final cest sans doute aussi ce qui fait le charme de ce Destroyers of the Faith, - lon aurait pu penser quils auraient opter pour Defenders of the Faith, mais comme ctait dj pris -, tant il est dune redoutable efficacit et quil ne perd en rien de sa vigueur. En plus, il y a une certaine fracheur, que lon ne retrouvera pas forcment par la suite, celle dune jeune formation qui en a dans le ventre et qui est prte en dcoudre. Cela tombe bien, parce que cest bien dans ce registre quil faille mettre cet album.

Destroyers of the Faith en trois mots : puissant, rugueux, teutonique


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Excellent
Excellent