ACRIMONY - The Acid Elephant E.P.
1995 · Godhead

Détails

Derelictus
le 27 mai 2018 (6304 lectures)

   Traditional doom Stoner

Au fond, quest-ce qui fait que lon apprcie autant et toujours cette musique, et notamment ce groupe gnial que tout le monde ou presque semble avoir oubli, si ce n'est parmi les lecteurs de ces pages, enfin, tout du moins, je l'espre. Cest dj cette saveur unique entre ces riffs sabbathiens, qui sonnaient dj vintage lpoque et qui nont rien perdu de leur efficacit de nos jours, cest mme toujours aussi jouissif que de se dlecter de ces derniers, et rien nempchera de dodeliner de la tte ds lintroduction de Spaced Cat #7. Lon peut mme parler pour Acrimony dune authenticit et dune originalit qui ne faillissent en aucun cas, cest mme, sans le moindre doute, le petit tour de force de cet enregistrement. Cela, et le fait que la musique dploye par le quintet est toujours aussi enchanteresse, comme si toute cette bonne humeur devenait instantanment communicative et nous faisait oublier toutes attaches terrestres. videmment que lon se laisse rapidement prendre au jeu de ces quatre titres, le nier ne serait quune preuve de mauvaise fois. Quatre titres donc, pour vingt cinq minutes de musique et dont limpact demeure toujours aussi bon. Les exgtes feront la fine bouche en se disant quil est coinc entre un premier album sympathique mais insuffisant de consistance et dune deuxime album purement magique et toujours aussi formidable. Mais cest l que lon sent tous les progrs acquis par nos cinq gallois, notamment dans les bonnes ides agrmentant chaque titre, une bien plus grande fluidit dans les enchanements et un dbut dallongement des parties instrumentales, prfigurant bien la ppite qui tait alors en prparation. Cela se constate aisment sur Spaced Cat #7 provenant de Hymns to the Stone et r-interprt pour loccasion, avec dailleurs un petit solo de bong, - comme quoi ils avaient eu lide bien avant dautres -, et sur The Bud Song que lon trouvera par la suite sur Tumuli Shroomaroom. Il serait inconvenant de taire ce groove unique dont sait faire preuve le groupe, cette aisance dchainer les lments et savoir jouer de manire hardie avec les contrastes. Sans doute que le dernier titre est une parfaite illustration de tout ceci, avec ce final incandescent o lon a dj perdu pied dans cette transe unique o lon ne fait plus quun avec les diffrents niveaux de conscience. Lon nest pas encore du niveau de ce que sera Tumuli Shroomaroom, qui peut dailleurs le prtendre encore de nos jours, mais lon sent bien quun palier avait t franchi et que les gallois avaient quitt le sol terrestre pour naviguer vers dautres cieux, certes, parfois de manire encore timore, mais il y avait dj tout le potentiel qui allait clater par la suite. Et puis, au diable cette hirarchisation, il y a tout de mme ici de quoi senthousiasmer pour un groupe qui lpoque faisait preuve dune rare singularit et qui est toujours aussi dlectable de nos jours.

The Acid Elephant E.P. en trois mots : mise, en, bouche


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs