ATLANTEAN KODEX - The Pnakotic Demos
2007 · New Iron Age Records

Détails

Derelictus
le 19 avril 2018 (23546 lectures)

   Epic doom

Si le nom dAtlantean Kodex revient assez frquemment depuis une dizaine dannes parmi les amateurs de mtal pique et virile, ce nest pas un pur hasard. Les allemands le doivent en partie la prsence de Phil Swanson ses dbuts, il fait quelques choeurs sur The Hidden Folk, et en partie ce premier enregistrement, qui ne devait tre que des dmos. Et cest bien la valeur de ces quatre titres qui font vraiment la diffrence, et qui nont rien perdu de leurs forces une bonne dcennie aprs leur premire parution. Il faut dire que le quartet, lpoque, avait fait en sorte de marquer les esprits, dans une veine qui sinspire grandement de Solstice, ne serait-ce que le nom, mais qui nen oublie pas pour autant les rfrences Manowar, Manilla Road ou bien encore Omen et Bathory, et de citer les rfrences littraires usuelles que sont Howard, Lovecraft et Tolkien. Le dcor est facile planter dans la mesure o lon dveloppe ici des compositions assez longues, o lon prend le temps de dvelopper ses ides, comprendre par l quon nhsite pas bien re-exposer ses motifs et de laisser les instruments sexprimer en laissant le chant de ct. Lon sait prendre son temps dans ses intonations homriques, mais lon ne se prive pas non plus dacclrer la cadence, histoire de montrer de quel bois lon se chauffe, sans que cela ne dnote vraiment.

Tradition oblige, lon aime bien user de ces fameuses mlodies et twin leads pour agrmenter chaque titre, et il y a une certaine puissance dans cette musique. Outre celle dploye par les compositions en soi, le batteur a surtout bien appris ses gammes en coutant Scott Columbus - Manowar - et martle ses futs, comme un forgeron une pe contre une enclume. Il y a videmment ces lignes de chants fires et victorieuses, avec, videmment si je puis dire, ces refrains que lon garde en tte, notamment sur le tubesque Marching Homeward. Et puis, il y a aussi les petits clins doeil, comme cette reprise du thme du film The Fellowship of the Ring sur The Hidden Folk, ou bien cette rythmique qui rappelle fortement le Gates of Valhalla de Manowar sur From Shores Forsaken. Et en parlant de Manowar, ce nest nul autre que le guitariste Ross the Boss, - meilleur guitariste ayant jou au sein de Manowar sur leurs meilleurs albums -, qui est venu faire le guest sur ce mme titre. Autant dire quau niveau de la crdibilit, il ny a pas mieux. Il demeure en tout cas quatre titres vraiment captivants, avec suffisamment dnergie, de puissance, et la petite pointe de nostalgie qui va bien avec tout a, pour en faire un trs bel exemple de ce que peut et doit tre lepic doom metal de qualit.


The Pnakotic Demos en trois mots : puissant, flamboyant, enttant


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs