Derelictus
le 15 avril 2018 (26303 lectures)

   Heavy metal Epic doom

Pour commencer, je pense que je dois un gros mea culpa par rapport ce disque que javais htivement descendu en flche, la faute sans doute un propos moins flamboyant que ce quoi je mattendais au vue des chroniques dithyrambiques et les retours quil y eut concernant ce Doom Decimation, et, un peu aussi, cause de cette hype qui suit le groupe, en raison notamment dune signature sur un label bien en vue de nos jours. Et pourtant, cet album a de nombreux charmes qui fait quon se surprend lcouter bien plus frquemment, au fil des mois. Je ne vais pas lambiner plus longtemps, cet album est excellent, car il recle tout ce que lon peut attendre dun bon album depic doom metal, avec des compositions forges lacier tremp et un ct foncirement revanchard qui en ressort. Cest dailleurs loin dtre assez monolithique en terme de tempi, lon sait tout autant assurer en mid tempo belliqueux, que sappesantir avec grce, et se permettre quelques acclrations de temps autres, histoire de montrer que lon en a sous le pied. Qu'est-ce qui fait vraiment la diffrence avec Procession? La rponse est simple: ce groupe assume clairement ses influences dans le genre. Et lon retrouve encore trace de cela sur cet opus, qui fait la part belle aux souvenirs des jours heureux dun Candlemass ou dun Solitude Aeturnus, mme si lon objectera que Felipe Plaza Kutzbach na peut tre pas autant de prestance au chant que les illustres chanteurs de ces deux groupes. Quimporte, il a aussi une personnalit qui saffirme de plus en plus, et cest cela qui fait rellement plaisir, avec un ct raill pas dplaisant. Mais ce qui fait rellement plaisir avec ces chiliens, et ce qui est dailleurs le plus probant ici, cest quils assument fond leurs influences metal, et plus particulirement celui des annes quatre vingt. Cest cette coloration qui clate ici au grand jour qui en constitue son plus gros atout, comme ce pont trs manowarien sur Amidst the Bowels of Earth, et tous ces gimmicks qui sentent bon le old-school, comme ces leads de guitares, mais galement la dure de cet album qui respecte les trois quart dheures rglementaires. Et puis, cest toujours apprciable de voir deux guitaristes renouer avec la tradition des duels de soli, comme lon peut en avoir quelque fois sur ces titres, l aussi, cest typiquement le genre de chose qui fait rellement plaisir entendre. En cela, leur argument quils nappartiennent aucune mode, annonc firement dans le livret du disque, nest pas quun simple gimmick, cest une ralit qui clate la face des auditeurs avec cet opus. En fait, cest bien ce ct nerd, fans de metal et des classiques du genre, qui donnent Procession toute cette singularit, et qui lui permet denquiller sur ce Doom Decimation huit trs bonnes compositions sans nous laisser vraiment de rpit, en dehors du fait de nous donner envie dheadbanger comme un fou, de sortir sa guitare en carton, et de revtir sa veste patches. Et rien que pour a, cet album vaut le dtour.


Doom Decimation en trois mots : traditionaliste, clinquant, efficace


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs