Krokodil
le 25 mars 2018 (9588 lectures)

   Post hardcore

Plutt que le retour en force, la confirmation. Confirmation que Will Haven n'a strictement rien envier quelque voisin que ce soit. Confirmation que Will Haven pulvrise un peu plus chaque nouvelle sortie le genre qu'il a lui mme enfant. Confirmation que Will Haven est une vritable singularit l'chelle d'une scne "metalcore" tristement insipide et homogne. Confirmation que Will Haven est l'un des rares hritiers de Neurosis avoir russi son mancipation. Et cetera. Oui, Will Haven confirme tout le bien que l'on pense d'eux depuis Voir Dire (depuis Carpe Diem si l'on est capable d'un minimum de bonne foi), et encore oui, Will Haven confirme qu'il a l'toffe d'un vrai grand groupe...

Avec cette nouvelle sortie, les californiens reviennent vers leurs vieilles amours neurosiennes, et affirment un poil plus fort qu'avant leur appartenance au groupe des survivants de Through Silver in Blood. Entendez juste ces P****N de guitares. Des monstres de saturations et d'opacit, rigs comme tant de remparts infranchissables, qui bien que siamoises avec celles de Stephen Carpenter (dont l'invitation fait vachement plaisir), semblent avoir encore franchi un palier supplmentaire en matire d'crasement et de rduction de la matire tat de poudre insignifiante. Entendez juste comme elles grondent et sentez juste comme elles psent, et priez juste pour que la charpente qui vous protge du monde extrieur ne cde pas sous son poids de constellation entrain de s'effondrer... Quant cet ternel corch de Grady Avenell ? Et bien, il assure - comme toujours - dans son rle de pilier, d'institution du hardcore, et ponctue merveille ce torrent de bton visqueux qui touffe tout sur son passage. (Sans parler de l'intervention (droutante de prime abord et vidente par la suite) de Mike Scheidt, singularit dans la singularit, mashup de Devin Townsend, de Nightly Gale et de vieux Neurosis)...La batterie, pour sa modeste part, ne possde certainement pas le son le plus massif au monde, mais elle frappe et emboutit avec une froideur et une indiffrence martiale pas loin d'voquer le meilleur de This Gift Is A Curse, notamment sur la monstrueuse "Bootstraps". Autant dire que tout est l, l o il faut.

La magie dans tout a ? Will Haven n'a mme pas besoin de radicaliser son jeu, ni de frapper plus grave ou plus lourd pour martyriser un peu plus nos enceintes, ni de puiser dans l'infrabasse comme l'on puiserait au fond d'un gouffre pour insuffler davantage de noirceur sa musique ; Will Haven droule en toute simplicit et toute nature, poursuit tranquillement sa merveilleuse trajectoire toute en poursuivant sa merveilleuse pure, mord la chair de son froid polaire tout en parvenant toujours exercer la mme implacable pression, jusqu' ce que vos yeux vous sortent des orbites. Non, Will Haven n'a pas besoin de repousser les limites puisqu'il les a dj dpass depuis un moment, et qu'il est dj ce groupe de hardcore de l'entre-deux trouble et temptueux, du clair-obscur perptuel, de la lumire blafarde et de l'ombre carnassire qui se regardent en chiens de faence, du transfert systmatique entre ce qui lve et ce qui enterre ; un peu la manire des Hybreed et autres Post-Self ...Voyez le genre.

Bref, Will Haven n'est pas prt d'tre rattrap par la descendance... ni de remettre les pieds sur terre.

Muerte en trois mots : pesant, arien, dconnect


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Coup de cœur
Coup de cœur