MUDHONEY - Five Dollar Bobís Mock Cooter Stew
1993 · Reprise records

Détails

Derelictus
le 18 février 2018 (335 lectures)

A l’instar des Melvins, Mudhoney n’avait sans doute pas grand chose à faire chez une major, notamment après ce boom de la scène grunge et l’avidité de ces grandes maisons de disques de capitaliser sur ce succès et les rentrées d’argent. Non, il n’y avait vraiment rien qui pouvait vraiment retenir Mark Arm et compagnie sur un label qui n’avait sans doute pas compris que ces quatre musiciens étaient bien trop épris de liberté pour rentrer dans un moule, qu’on ne pouvait pas vraiment les brider continuellement. C’était même oublier que trois de ces musiciens étaient déjà en activité depuis une bonne décennie et qu’ils se démarquèrent par leur volonté de rester originaux. Si Piece of Cake n’avait pas eu le retentissement escompté, ce n’est sans doute pas avec cet EP que la donne allait changer. Cela reste dans cette lignée assez relâchée depuis l’album Every Good Boy Deserves Fudge, soit un groupe qui ne s’astreint à aucunes limites et se laisse aller où bon lui semble, au grès des humeurs et des influences que l’on souhaitait mettre en avant. En résultent sept titres dont le seul liant seront le chant unique de Mark Arm et ce son aigrelet, quasiment garage et bien loin de la garniture de fuzz et de big muff des débuts. Après, il ne faut pas se leurrer, cela reste cradingue, et surtout bourrés d’effets que l’on pourrait presque qualifier de psychédéliques, et plus précisément dans cette manière de percer le mixage, notamment sur No Song III et la réinterprétation de Make It Now, devenue Make It Now Again, et bourrée de flanger et de delay. D’ailleurs, c’est bien là un trait de caractère de ce groupe, c’est qu’il ne s’est jamais pris au sérieux, et les samples incongrus sur Underide, n’en finiront pas de vous convaincre. C’est d’ailleurs ce qui fait le charme de cette réalisation, c’est que tout se déroule tranquillement et le groupe nous embarque un peu plus dans les racines d’une Amérique profonde, quasiment redneck. En tout cas, à l’instar d’un Mark Lanegan une année auparavant sur son deuxième album solo, l’on retourne un peu ici les sillons d’un vieil héritage du pays, le tout passé évidemment à la moulinette Mudhoney. En fait, cela annonce un peu la future collaboration entre le groupe et l’artiste de country Jimmie Dale Gilmore -  connu aussi pour son rôle dans The Big Lebowsky -, et ce qu’ils commenceront à faire apparaître pleinement sur Since We’ve Become Translucent. En tout, il y a quelque chose d’assez jubilatoire sur ces sept titres, aussi variés puissent-ils être, et c’est là que l’on retrouve la patte de Mudhoney et ce côté complètement détaché d’une certaine rigueur. Rien que pour ça, il vaut le détour, et faisait bien office d’amuse bouche pour patienter avant la sortie de My Brother the Cow.

Five Dollar Bobís Mock Cooter Stew en trois mots : dťcontractť, amusant, rustique


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs