DEINONYCHUS - Deinonychus
2000 · Ars Metalli

Détails

Derelictus
le 27 janvier 2018 (252 lectures)

   Doom death Black metal

Au fond, il n’est sans doute pas anodin que ce quatrième album de Deinonychus soit un album éponyme, si l’on regarde bien ce qui a précédé et ce qui a suivi, comme un pont entre deux périodes. Toujours est-il que c’est à partir de cet album que Marco Kehren prend enfin ses distances avec une imagerie un peu gothique et un peu kitsch, et où il délaisse ses anciens oripeaux romantiques, à commencer par une imagerie passéiste, pour quelque chose de plus dur et de volontiers plus froid et, surtout, désespéré. Non pas que cette composante était totalement absente des deux précédentes réalisations du néerlandais, c’était même un peu son image de fabrique, notamment à cette époque où il faisait partie du roster d’un label qui comprenait pas mal de groupes de black metal ayant aussi cette imagerie, mais sans le côté pleurnichard que pouvait avoir Odin, car ainsi se faisait surnommer Marco Kehren à l’époque. Cet album, qui fait suite au très apprécié, et surestimé pour ce qui me concerne, Ark of Thought, est surtout le premier enregistré à la suite de son passage au sein de Bethlehem.

L’on ne peut pas dire ce que cela soit finalement aussi innocent que cela, tant l’on s’émancipe ici de certaines kitscheries d'antan pour prendre des attraits volontiers plus violents et vindicatifs. S’il y a toujours une présence assez prégnante des claviers sur cet album, ils prennent largement moins les devants qu’auparavant, ne serait-ce que dans le mixage, qui laisse bien plus de place aux guitares, rendant ces huit titres bien plus incisifs. Il y a évidemment toujours cette accointance avec le black metal, et l’on retrouve assez régulièrement des passages avec ce riffing typique, avec quelque chose de plus acéré, mais en même temps de plus nocif. Car c’est avant tout cela qu’il faut retenir de cet album: si Marco Kehren y a durcit le ton, il rend aussi tout cela bien plus noir et désespéré, avec un rendu volontiers plus austère. L’on retrouve cela tout le long de cet album avec des compositions vraiment bien ficelées, jouant souvent sur la bivalence que ce soit au niveau rythmique qu’au niveau de l’intensité. Il n’y a ainsi rien de linéaire mais, a contrario d’un Bethlehem, c’est bien moins hystérique et virevoltant, puisque la force de cet album c’est aussi ce côté complètement dépressif qui vous prend par la main et qui vous cajole comme pour mieux vous enfoncer dans cet état.

Cela peut paraitre paradoxal étant donné ce qui a été annoncé auparavant, mais c’est tout à fait cohérent tant l’ensemble demeure très mélodique. En cela réside toute la singularité du projet de Marco Kehren: il y a ici une ambivalence qui demeure la ligne directrice de cet album, entre attachement et répulsion, comme si l’on voulait montrer les deux facettes de l’existence, dans un monde un peu manichéen. D’ailleurs, le duo n’indique-t-il pas dans le livret du disque que ce groupe traite de la vérité dans le vie. Et c’est sans doute pour cela que l’on y décèle quelque chose de plus cruel et de plus malsain. Évidemment, tous ces sentiments sont tout autant mis en exergue par la musique que par le chant excellent et très versatile de Marco Kehren. Si l’on retrouve encore cette voie gavée d’infra basse, c’est surtout ses cris d’orfraie qui expriment vraiment bien tous ces sentiments de désolation, de colère, de désespoir et tous ces questionnements existentiels. Ce qui marque bien les esprits avec cette performance vocale, c’est cette sincérité dans ces lignes vocales, où il n’y a pas de calculs ou d’arrières pensées, mais vraiment une mise à nue d’un homme qui semble blessé par la vie. Et l’on pourrait presque voir dans cet album une forme de passage à l’âge adulte de la part de son créateur, comme si se réfugier dans un passé imagé était bel et bien terminé, et qu’il fallait désormais affronter les vicissitudes de la vie et tous ces fléaux qu’elle charrie avec elle.

Deinonychus en trois mots : fuite, en, avant


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Excellent
Excellent