WINTER - Into darkness / eternal frost
1990 · Future shock

Détails

Rocky Turquoise
le 11 juin 2004 (1106 lectures)

   Doom death Death metal

Beeuuuh... C'est donc au tour du death puant des New-Yorkais de Winter de faire son apparition sur ces pages... D'ailleurs vous l'avez sans doute senti venir... comme aujourd'hui il faisait moche... comme votre enfoir de voisin n'a rien trouv de mieux faire que de cramer son poisson qui ne paraissait dj pas bien frais... comme la petite vieille en face est trangement sortie de chez elle allonge sur un brancard ce matin... comme pue la mort dans votre piole mal range ou des bestioles grouillent dans tous les coins... y'a quelque chose de pourri au royaume de Winter...

Un peu d'histoire, la version chronique ici se rfre la rdition 1999 de Nuclear Blast, qui regroupe le mini sorti en 1994 Eternal Frost (tant lui mme une rdition d'une dmo de la toute premire dmo du groupe sortie en 1989, et n'ayant vrai dire pas beaucoup d'intert puisqu'il n'offre que peu d'indits par rapport l'album lui mme, et quelques morceaux dans des versions plus brutes), et l'album Into Darkness paru chez Nuclear Blast en 1992 (tant lui mme une rdition du mme disque sorti en 1990, avec une tracklist un poil diffrente, chez Future Shock Records, label qui mit la clef sous la porte peu de temps aprs... on les avait prvenu que c'tait pas un coup qui fleurait bon...). Maintenant que vous avez en plus mal au crne, entrons dans le vif du sujet.

Winter est un peu, avec Autopsy, l'un de ces pres aujourd'hui oubli du gros doom / death brut et infme, du riff qui sent la sueur et l'apocalypse, du chant baveux faon vieux zombi qui finit pniblement un marathon. Winter joue du death metal deux kilomtres heures, trs sec (ambiance je crve assoiff au fond d'un caniveau), avec un batteur assassin qui martle avec parcimonie juste l o il faut, et un son de guitare (forcement) old school et dgueulasse. Leurs compositions sont oppressantes, lourdes, linaires et interminables, parsmes de longs plans instrumentaux, compositions qu'un rare solo non-mlodique ou une brusque acclration groovy qui empeste le gaz d'chappement viennent parfois ponctuer. Il y a mme et l quelques claviers discrets ou samples, qui avouons le, chouent plus ou moins dans leur tentative d'ajouter un peu de froid au death dessch de Winter...

Le point noir, c'est que ce disque normment vieilli. Les guitares qui se voulaient lourdes et touffantes en 1990 sont juste encore un peu vrombissantes en 2004... De mme que la voix death vomie qui en prend pour son grade niveau abyssal... Et ce qui pouvait passer pour de l'extrme avantgardiste il y a 15 fait un peu btement sourire l'heure d'aujourd'hui... Reste un groupe auquel jeter une oreille par simple curiosit, pour lui rendre sa juste place aux ct des tenors du style.

Into darkness / eternal frost en trois mots : puant, oppressant, sec


Facebook 

Chargement...