gulo gulo
le 24 octobre 2017 (428 lectures)

   Psychedelic folk Rituel

Pour qui n'aime rien tant que l'odeur des savoirs faisant l'objet d'initiation, et celle du danger qui toujours les environne, pareille à un frisson parcourant l'air autour d'eux, le chuchotis d'un crotale ; pour qui aime le mystique et le mystère, donc, pour eux-mêmes avant tout et non pour leur contenu - et après tout n'est-ce là qu'appétit d'épicurien délaissant le fond pour la forme ? Maintes doctrines ne professent-elles pas, que c'est le chemin qui compte et non l'arrivée ? La destination en tant que trajectoire, qu'asymptote, plutôt que comme point fixe, et mort ? Le rituel en soi, la texture même du mystère, c'est encore mieux que le voyage, cette basse opération logistique : c'est l'essence pure de l'expérience spirituelle. Master Musicians of Bukkake, forcément, la relèvent encore, en épicent les sanglantes teintes, puisque ces musiciens viennent du rock et l'Occident, non de la digne orthodoxie - à laquelle ils empruntent cependant quelques doctes, pour s'assurer des meilleurs pigments.

Pour qui, donc, de préférence au tourisme savant, à l'humanisme, à l'exotisme souriant, à la richesse des paysages, goûte pareilles sensations, et les peintures rupestres surtout parce qu'elles pourraient être peintes avec du sang, et la menace sabbathique à tous ses repas, de préférence accompagnée d'un rêve de vin rouge de l'Antiquité aussi lourd qu'une mamelle d'idole, et la musique de Sunn O))) surtout lorsqu'elle penche vers le grandiose et le peplum immobile : si tout cela le ravit, apaise, emplit de félicité, Totem Two est un disque recommandé - et, malgré les ravageuses œillades que la pochette de Totem Three lui puisse adresser, le seul Master Musicians of Bukkake qu'il lui faut.

Totem Two en trois mots : rubis, carmin, carlate


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Excellent
Excellent