[ SPLITS ] - Corrupted / Noothgrush
1997 · Reservoir Records

Détails

Krokodil
le 13 juillet 2017 (595 lectures)

   Funeral doom Drone doom Sludgecore

Rétrospective Corrupt'...ta gueule.

Pour une rencontre supposée à l'opposé du sommet, soit au fin fond des abysses, entre deux suppôts de Grief, forcément on s'attend à quelque chose d'épique niveau misanthropie, bavures d'acides sur plaies ouvertes et haine du monde en général. En fait, on s'attend à retrouver le Noothgrush et le Corrupted bien toxique des débuts, pour un max de toxicité bien comme au début, quoi... Pour sûr, les mecs font le taf sérieusement, vous servent la merde dans la verrine qui va bien avec, et la chose - disons la rencontre - est toxique ; du moins conforme au degré de toxicité que l'on est en droit d'attendre des deux groupes, qui - je le rappelle une nouvelle fois pour les amnésiques et les durs de la feuille - ne sont pas connus pour faire dans la finesse. Après... la toxicité c'est très bien, ça fait partie des ingrédients qui aident à faire le bon sludge, celui qui gratte comme de l'urticaire sous les burnes, mais ça ne suffit pas non plus à vous faire un disque de fou furieux. Le problème ici - hélas - c'est que derrière ladite toxicité, il n'y a pas grand chose à se caler sous la dent, du moins pas par rapport à ce que nos hommes ont déjà pu livrer auparavant. Pas de séquences traumatisantes, ni de grands moments de détresse, ni de grands moments de tabassage en règle, ni même de grands moments de simplicité, bref, pas grand chose.

Le sludge de Noothgrush est toujours sensiblement le même, à savoir ce simili-Grief ultra-stérile, désincarné et sec comme une vieille charogne entrain de se désintégrer au bord de la route. Triste dans le fond, triste dans la forme : tout comme on les aime. À gauche t'as Gary qui fait du Jeff Hayward (avec un poil plus de coffre), à droite t'as les guitares qui font du Terry Savastano (avec un poil moins d'ambition)... C'est le Noothgrush qu'on connait et qu'on affectionne, pas de doute. Mais bon, dans le genre "Grief tête brulée s'en va-t-en guerre", ça vaut pas Miserably Ever After, et "Hatred for the Species" ne vaut pas non plus "I Hate The Human Race". Corrupted, eux... haha. Ils vont clairement vers Paso Inferior. Leur obsession de l'inertie et des boucles qui tuent l'amour est bien là, les couches de larsens en phase terminale aussi, et les gars s'aventurent même là où Steve Reich préférerait encore la pendaison. La matière première du riff principal ("Inactive", on fera difficilement titre plus pertinent - d'ailleurs avez-vous remarqué que ce n'est ni de l'espagnol, ni du schpountz ?) est tout ce qu'il y a de plus early-Corrupted, dans leur pur registre bongrodébilosludge à eux, mais rien (d'émouvant ou pas) ne se passe. Après je dis pas, des disques où rien ne se passe, parfois c'est plutôt bien, et quand bien même ça ne le serait pas, personne n'est jamais mort d'avoir écouté un disque de Bunkur - par exemple - jusqu'au bout (à vérifier tout de même) ; après tout l'absence d'activité c'est très cohérent avec l'esthétique Corrupted, en plus d'être très doom, mais l'absence de qualité à l'inactivité ... Voilà. Pire : tout ça se termine en vilaine performance ultrasick avec Hevi qui beugle dans le vide et les guitares qui baignent dans le drone (ça c'est avant l'outro folk toute pourrie) : soit du toxique, rien que du toxique, et rien d'autre.

Voilà pour ce qui est de la version CD... qu'on va vite oublier.

(...)

Mais... Quand on y jette un oeil de plus près, à la fameuse réed de 20 Buck Spin, et qu'on constate qu'elle affiche la même tracklist que Question the Purpose of Human Existence, on pousse un soupir de soulagement. Les deux titres les plus dispensables (à savoir la cover de Neanderthal et le machin dronesick de Corrupted) ont été bannis pour de bon, et c'est très bien comme ça. (En fait, c'est pas qu'ils ont été bannis, c'est juste qu'ils étaient exclusifs à la version CD - sans doute pour le remplissage, mais bref...). Le remaster a de la gueule juste comme il faut, Noothgrush donne une impression de mollesse toute puissante, et Corrupted de puissance toute molle : de quoi faire pâlir vos plus beaux match sur Tinder. Le titre de Corrupted - Inactive - est également amputé de 4 bonnes minutes - ne me demandez pas lesquelles, le morceau est tellement répétitif et homogène qu'il est quasiment impossible de distinguer là où a eu lieu la chirurgie... Autrement dit, plus courte, plus compacte et dotée d'un tout nouveau son (sans pour autant dénaturer la laideur primordiale de la chose - ni la "toxicité"- soyez rassurés)  la version 20 Buck Spin présente de sérieux atouts et vient s'inscrire de fort belle manière dans un contexte où le sludge moche semble se faire de plus en plus rare. 

Pour finir sur une note d'optimisme, les trois mots de fin lui sont donc destinés.

Corrupted / Noothgrush en trois mots : statique, vid, abrutissant


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs