RIDE FOR REVENGE - Ride for Revenge & Bizarre Uproar
2008 · Sarvi Levyt

Détails

gulo gulo
le 25 mars 2016 (951 lectures)

   Industriel Rituel Dub

Des fois que, vraiment, bêtise ou distraction, je n'aurais pas remarqué l'extrême porosité de toute frontière qu'on pourra vouloir établir entre Loinen et les vieux Swans - ni qu'en cette chaude et pulvérulente région de l'organisme maraudent, en toute impunité et synchronisme, des individus microbiens qui ressemblent à s'y méprendre à Scorn, Godflesh et Drug Honkey ? Un petit disque chassieux, infesté de poux et de prions, pour serviablement me le rendre plus indubitable encore ? Et confirmer au passage, par la bande, avec l'argument-surprise du primate-métal finlandais, la solidité des ponts naturels tribaux entre industriel et dub ? Fallait pas, les gars, mais vous avez rudement bien fait de le faire nonobstant.

Le pire ? Cette sensation que Ride For Revenge jouent à peu près tout le long de cette collaboration le même morceau (qu'ils ont d'ailleurs également joué sur un certain nombre d'autres disques), lequel morceau pourtant d'une plage à l'autre vous fait penser alternativement, et toujours furieusement, comme une illumination si l'on ose dire, ou une démangeaison génitale - qui aux vieux Coffins, qui à Whitehouse, qui à SPK, qui à Horse Latitudes dont il est toujours, hum, plaisant de se rappeler de quelle abomination pullulante de germes ils sont la station debout et à quels râles bestiaux ils sont toujours susceptibles de retourner, qui à Headbutt, qui à un nouveau projet enfanté par Peter Andersson un matin de mal aux cheveux particulièrement virulent, en redécouvrant Flowers of Romance avec Henrik Nordvargr Björkk - et tout le long à Techno Animal et Beherit qui seraient le même groupe. Qui dirait non ?

Ride for Revenge & Bizarre Uproar en trois mots : necro, dub, infection


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Excellent
Excellent