EyeLovya
le 31 août 2015 (1018 lectures)

   Doom death Freak doom Rituel

Sortez lames et pentacles, la messe va être rude.

Vous vous souvenez peut-être de ces fans d'auto-mutilation que furent Woods of Belial, beaucoup trop sérieux et extrêmes dans leur BM attitude ? Bien. Il aura fallu 12 années supplémentaires pour que se révèle finalement le possible Grand Ordonnateur de ces soldats plus que volontaires au suicide.

Le doom occulte du Serbe (déjà) déballe une puissance de charisme impressionnante, aussi glauque qu'impérieux, il est supérieur, au sens purement physique du terme : Temple of Gnosis surplombe et contemple son œuvre de sa loge, il sème la décadence mentale et l'amour du Malin et s'abreuve des orgies sanglantes et des flammes dévorantes qui en forment le décor. Une grandiloquence faite pour asservir le bestiaire d'Ævangelist et le confiner sous terre, Temple of Gnosis s'ouvre grand à la détresse humaine, seule motivation à s'élever un peu plus sous le poids des roches et accéder à l'illumination par la souffrance.

L'avantage du one man band, c'est de pouvoir laisser carte blanche totale à ses psychoses pour satisfaire ses délires autistiques et subversifs, son attrait inconscient de la domination et ses aspirations à faire souffrir les autres, quand le quotidien et son éducation ne servent qu'à emmagasiner frustration et aversion, assister malgré soi en permanence à l'inarrêtable spectacle de la bêtise humaine, laisser le dégoût d'autrui grandir toujours et mettre sous pression un mental à l'équilibre déjà précaire. HMT en profite pour mettre toute sa foi au service du culte du mal, et rêver de jouer à l'inauguration de la statue de Baphomet en juillet dernier.

L'inconvénient, on s'en fout complètement ici. HMT laisse sa machinerie occulte infuser d'indus et de dark ambient, sans aucun frein social, et ça fonctionne très bien comme ça. Foutez-lui la paix, qu'il reste seul et mal, que ses fenêtres restent closes, qu'il se sente les cornes pousser, que son doom-death soit d'autant plus habité, plus maléfique, que son mal-être grandisse et que ses processions sonores soient encore plus malsaines !

Mysterivm Magnvm en trois mots : biophobe, suicidaire, drang


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
Excellent
Excellent