NIBIRU - Caosgon
2013 · Argonauta

Détails

gulo gulo
le 24 juillet 2015 (978 lectures)

   Psyché Black metal Space Rock

Le sacrodoom, on va appeler ça, vous voulez bien ? Zaum, Om, Saturnalia Temple, Eight Hands for Kali, toutes ces salades de parchemin... On voit tout de suite de quoi on parle, pas vrai ? Un sous-genre ultra-sub-codifié d'un genre ultra-codifié.

Nibiru pourtant y apportent quelque chose de bien à eux. On est au bord de dire qu'ils s'y comportent de façon aussi étrangère que celle dont Alien Deviant Circus joue du black, mais ce n'est pas tout à fait ça. Peut-être est-ce tout simplement du kraut - la réponse à tout quand on ne sait pas trop, ce qui m'arrive souvent - mais doute-t-on de toutes les façons un seul instant, que tout n'ait été déjà fait dans les musiques d'en bas ? Du moins Nibiru sonnent-ils aussi frais qu'il est décemment possible sur un terrain où la fournaise sacrificielle est de règle ; frais de par une fluidité surnaturelle que possède leur forme de transe à eux et qui n'est pas si commune au pays du metal hashishin ; hormis chez Zaum, mais c'est que Zaum absorbe son hashish sous forme de pain d'épice, moelleux à souhait, et assidûment trempé pour faire bonne mesure dans le miel d'agave.

Nibiru est plus râpeux que cela. Âpre est le mot, et probablement n'est-il pas innocent que le nom d'ADC m'ait effleuré l'esprit : on pourrait encore comparer Caosgon avec Oranssi Pazuzu - mais exécuté avec une animale et antique férocité qui tient autant du black metal le plus carnassier, que de la gourmandise débridée du rock psyché originel. La même insanité d'aujourd'hui, mais qui se manifeste - attention aux shrapnels - chez une poignée de grossiers primitifs pleins de puces, poussés à l'abri de la civilisation, et qui découvrent l'autotune et la propulsion interstellaire. On en supputerait presque qu'ils doivent être au moins Italiens pour oser avec une telle impudeur naturelle de ruraux - avant de se rappeler qu'ils le sont.

 

NB : ne pas oublier de vous dispenser du dernier morceau, long et inoffensif, et qui fait tristement chuter la note.

Caosgon en trois mots : une, entre, fracassante


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs