OLD MAN GLOOM - The Ape Of God
2014 · Profound Lore

Détails

Krokodil
le 15 mai 2015 (1132 lectures)

   Post hardcore Ambient Progressif

On a beau croire qu'Aaron Turner a repouss depuis longtemps les limites de l'ignominie, que ce soit avec Mamiffer, Split Cranium, le Isis de l'agonie n-prog, ou Greymachine (j'en oublie ?), le type ne finit jamais de provoquer de plus belles nauses, tirant continuellement de nouvelles fuses de dtresse depuis l'ocan d'extrme subtilit dans lequel il drive (et toujours personne l'horizon pour abrger son naufrage)... Ona beau se dire qu'il y a eu un trs bon Old Man Gloom -Zozobra- pour le nommer en toute loyaut-que l'on s'en contente largement et que l'on n'a pas ncessairement besoin d'un Zozobra : Le Retour, les mecs trouvent toujours le moyen d'en remettre une couche, ressortir les mmes sempiternelles pauvres guitares rythmiques double-croches, les mmes interludes samples et les mmes mimiques stylistiques, esprant encore toucher la corde sensible du fanboy qui n'a pas chang de calbut depuis 2005 et coute toujours Celestial avec ce mme sentiment de supriorit intellectuelle... Parce que le disque dont il est question, c'est un peu de a qu'il s'agit : la crme du hardcore crbral des 00's, Pelican, 5ive, Isis, Mouth Of The Architect, Omega Massif... Sans compter que depuis il y a eu comme une sorte de transition du cerveau vers les bouliches, avec l'arrive de la gnration post-lourde : si l'on savait depuis belle lurette qu'Aaron, Caleb et associs n'taient pas du genre faire dans la lgret, nul ne doutait qu'ils tenteraient un jour de faire encore plus lourd que Black Sheep Wall - disons de se payer le luxe d'une formule type "Black Sheep Wall avec un QI d'astrophysicien".Vous me rtorquerez probablement que c'est l la magie des musiques progressives, et que forcment, c'est pas la porte du premier crtin venu dont je dois sans doute faire partie ; et que pour peu que l'on appartienne la crme des best of the best de la science infuse a peut provoquer des tincelles dans l'esprit et dvier l'orbite de notre belle plante... Pour ma petite part, je dois bien admettre tre un peu hermtique toute cette panoplie d'effets de genre qui a bien du mal masquer la pauvret riffistique de l'ensemble (par piti retournez couter Intronaut si vous voulez du post-hardcore qui touche mchamment le manche), hermtique cette soupe de branleurs de premiers de la classe, qui bien loin de ses prtendues ambitions est d'un acadmisme pouvantable, et d'une laideur sans nom, pour le dire simplement.

The Ape Of God en trois mots : pathtique, indolore, tout-petit


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs