HOODED MENACE - Gloom Immemorial
2014 · Doomentia

Détails

gulo gulo
le 10 janvier 2015 (1012 lectures)

   Doom death Psyché

Pouvez-vous croire que je suis all vrifier ? La vieillesse est un naufrage... Mais videmment, la contradiction n'tait pas au rendez-vous : c'est une loi aussi avre que sa cousine celle de Murphy, certains groupes sortent leurs meilleurs, voire parfois leurs seuls bons morceaux, sur format vinyl, court qui plus est, et/ou partag. Heureusement, une tendance semble se dessiner ces derniers temps chez de gnreux labels, pratiquer un peu plus frquemment l'exercice de compilation de tous ces trsors dissmins sur cd. Lors qu'on aurait plutt attendu au hasard du ct d'Anatomia, pour le suivant en profiter, et d'avoir quelque chose d'un peu plus excitant s'offrir qu'un Dead Bodies in the Morgue qui ne leur rend pas hommage leur juste dimension (mme si dans leur cas c'est plutt la raret qui est dplorer ct albums, et certainement pas leur qualit), c'est pour un groupe dont on attendait strictement rien que le constat vient.
Car en effet, surprise d'autant plus divine qu'inattendue, Hooded Menace comptent au nombre, et les moments de gnie correspondants... sont presque aussi gniaux qu'inattendus. Ces rois avrs du laid, du riff farineux, du solo sorti trop tt du micro-ondes et du morceau dont la seule harmonie entre ses tratologiques lments est leur unanime hideur, se montrent ainsi sous le jour inconnu d'un sorte d'Electric Wizard version death metal de revenant et qui aurait de l'humour - attention : bien entendu pas celui par lequel on s'exonre de croire sa propre musique, mais ce sens de sa propre lgret qui finalement ne donne que davantage de poids votre propos - maill de samples horrifiques chaleureux comme un bon petit motel familial, capable de mler dans le plus grand naturel ambiances nanar-zombie-machettes, et doom-death patricien, de bien mieux russir que sur ses albums ses obsessionnelles acclrations d'obse morbide fan d'Iron Maiden, et ce faisant de trouver un mlange bien plus homogne que sur lesdits, puisqu'on croirait par endroits entrevoir la fluide, moelleuse merveille d'un mariage entre Coffins et du vieux Opeth, ou entre Tyranny et Obituary... Oui, je suis bien conscient que la crdibilit de mon expos vient d'en prendre un drle de coup, et pourtant... On se sent comme chez soi dans ces morceaux alors qu'on se sent ailleurs - en train d'couter le disque qu'on mettra aprs, plus prcisment - sur les albums : on a le douillet sentiment d'couter non une compilation mais un album, un qui sortirait chez Razorback, dans leur ambiance chaleureuse et dcontracte, entre un Horrific et un Acid Wi... h, attendez !
C'est bien sr, bon sang, Gloom Immemorial est la fois le bon album de Hooded Menace et le bon album d'Acid Witch, en poussant juste un peu, purg qu'il est des penchants trop cabotins dans la crtinerie de ce dernier, et des prtentiards dans le grandiose des albums des premiers ; juste crtin et beau la fois, pour paraphraser l'autre grand couillon. Ah. Le grand mot est de sortie une fois de plus. C'est qu'il ne suffira pas pour tre sr d'tre compris, d'avoir lch deux fois "chaleureux" ; c'est qu'il faut bien se figurer qu'on parle de la bande originale death metal - par Six Feet Asunder - d'un western lovecraftien sur fond de crpuscule martien permanent. Je ne vous spoile pas la chose, y a au moins deux - voire trois, voire quatre... - scnes sublimes qui sont aussi inattendues qu' tomber. C'est qu'on en comprendrait presque qu'ils puissent se rclamer de tonton Lee ; je veux dire, certains d'entre vous auront peut-tre remarqu qu'il n'y pas qu'une tiquette, sur le ct. Et que j'ai cit Acid Witch. Bref.

Gloom Immemorial en trois mots : le, bon, pain


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

Excellent
Excellent