gulo gulo
le 03 janvier 2015 (786 lectures)

   Doom death

J'aime le nom du groupe, que mon inconscient associe, trs probablement et avec ma bndiction cordiale, Ataraxie autant qu' Atavist. J'aime le nom de l'album, et ma propre incertitude quant l'existence du mot, avec son aura de vieil anglais et d'Alice au Pays de l'Acide Nihilique. J'aime les titres des trois premiers morceaux sur quatre. J'aime la pochette du disque, la discrte ambigut de sa teinte putride entre morosit minrale et terre tide, et sa classieuse gaucherie. J'aime que le doom-death d'Anhedonist soit morne et tire une morne tronche de six pieds de long, et qu' l'instar d'Evoken il lui tienne cur de nous prouver que l'autre bout du cosmos, c'est pas toujours la grosse teuf psychdlique comme chez Greg Chandler, non non non, des fois c'est pas drle du tout, c'est sinistre et c'est morne. J'aime Dark Descent, qui est ce qu'on peut imaginer de plus digne de l'appellation "LE label death metal de qualit" - s'il vous plat : Desolate Shrine, Lvcifyre, Ghoulgotha, Lantern, Mitochondrion, Miasmal, Ritual Necromancy... et bientt Tyranny. J'aime mme, rien qu'un peu, comme chez Inverloch, le morceau de death metal "rentre-dedans" de cinq "fulgurantes" minutes au milieu des fleuves de dsesprance qui l'entourent, avec ses churs bien caves vols chez The Slaughterhouse.
J'ai donc largement plus que le compte de raisons irrationnelles, et partant toutes-puissantes, d'tre coupablement indulgent envers une musique qui peine me convaincre autrement que vellitairement, et pour la parer d'une sduisante paisseur qui n'existe nulle part ailleurs que dans mon univers fantasmatique. Je vais donc cesser d'en chercher de plus objectives et moins pertinentes, type niveau de composition et ainsi de suite.
J'ai beau essayer et ressayer, quelque chose comme, allez, tous les six mois depuis sa sortie, qui remonte un peu prsent, de me prsenter candide devant le disque, je dois m'incliner : je ne comprends pas. Et par simple humilit, je vais cesser de chercher comprendre.

Netherwards en trois mots : jour, sans, pain


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs