[ SPLITS ] - Rorcal / Process of guilt split
2014 · Lost Pilgrims / Cal of Ror / Chaosphere / Nooirax...

Détails

gulo gulo
le 14 septembre 2014 (1619 lectures)

   Post hardcore Industriel Black metal

Savoir prsenter les choses est un art. Bon, on parle de l'autre malandrin de Lost Pilgrims, que je surveille d'office comme le lait sur le feu et le brigand qu'il est, mais me serais-je autant empress d'couter le ci-devant disque, si ledit ne m'avait prcis qu'il n'tait pas plus impressionn que a par Process of Guilt, avant que les trois morceaux ici prsents ne lui mettent une petite claque derrire la tte (en vrit c'est une autre partie de son anatomie qui aurait souffert, mais ma pudeur naturelle et ma mre m'interdisent de la nommer ici) ? Pouvant assez facilement m'identifier la premire partie de son affirmation, c'est donc avec autant de circonspection que de promptitude que je suis all la rencontre de la chose.
Et il a fallu, d'abord, couter les morceaux de Rorcal. Si vous pensiez que Vilgvge tait un virage, reconsidrez. Vilgvge russissait sonner encore hardcore doom et indcrottablement Rorcal, en jouant du black ; ou presque. Rorcal joue dornavant, et jusqu' ce qu'ils en dcident autrement, du black, dont au milieu des blasts ne subsistent que de maigres lambeaux de ce qu'ils ont t (clin dil !) ; on reconnatra bien la filiation, sur la piste de quoi semblent nous mettre les titres, avec ledit grisant album, et la talentueuse patte, et tout ceci se laisse agrablement couter, mais on attend d'eux plus abrasif, plus accident, plus dentel, plus puisant.
C'est donc frais, dispos, et l'estomac dans les talons qu'on arrive devant Process of Guilt et son "Liar" en trois mouvements. Et qu'on se le prend comme une lourde gifle. Du postcore l'ancienne qui s'assume, dans la simplicit la plus tranchante : c'est dire grosso modo du vieux Neurosis renforc de grosses poutrelles de Godflesh, sans chercher dissimuler qu'on vient de quelque part, prfrant consacrer son nergie bien jouer cette musique, y mettre du cur, de la densit, de la vie - et, forcment, comme toujours en suivant cette mthode, le caractre vient rapidement se manifester la surface. Ici, il s'affirme dans l'quilibre classieux qui s'tablit entre les deux dites influences, les lments neurosiens venant trangler et ceinturer avec leur pret primitive les armatures industrielles corrodes qui rayent l'horizon, et l'angularit cruelle de celles-ci donnant une trajectoire plus agressive aux mouvements ascensionnels, une acuit et duret plus grande aux postures altires et taciturnes. Comme qui dirait une musique minemment sidrurgique mais qui serait joue, trs organiquement et fluidement, par une horde prhistorique dont les gnes driveraient de l'ours plutt que du primate ; une musique abrupte et rugueuse, qui pourtant dodeline, chappe la gravit malgr toute sa pesanteur, et dont les fascinantes flaques de guitares irradies portent invinciblement la contemplation et aux humeurs bleu nuit. Pour tout dire une beaut ; en soi, et en ce sentiment qu'elle donne d'assister la naissance vritable du groupe.

Rorcal / Process of guilt split en trois mots : la, suite, vite !


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
Excellent
Excellent